Rue Royale de Noël

Avant les inévitables vœux de fin d’année, et alors que la fête de Noël s’achève, dernier billet de l’année 2017 en forme de presque hommage à la mise en lumière de notre chère cité en son axe royal créé au 18e siècle. Vous vous en souvenez peut-être : à la fin de l’été, Jeanne était allée faire un tour du chantier en cours d’achèvement rue Royale. À la bonne nouvelle de la suppression des pavés s’ajoutaient de légitimes interrogations cyclologiques Lire la suite

À la découverte du mail boulevard Alexandre Martin

Le service des archives municipales et communautaires d’Orléans accomplit un beau travail de communication au travers notamment d’un site web qui propose des expositions virtuelles sur l’histoire de la ville (ainsi qu’une Encyclo au contenu fort riche). Une de ces expositions est consacrée aux mails et s’intitule « des remparts aux boulevards ». Si ce n’est la vitesse autorisée, « des remparts aux autoroutes urbaines » aurait pu convenir au vu de ce à quoi ressemblent lesdits boulevards : du deux fois trois voies de circulation en section courante. Pourquoi s’intéresser en particulier au boulevard Alexandre Martin alors ? Parce qu’une petite voix a suggéré à Jeanne de tester à vélo le trajet de la gare au centre des congrés en mode aller/retour. Lire la suite

Un labyrinthe au carrefour

À son corps défendant, Cornelius Castoriadis – qui n’a sans doute jamais écrit sur le vélo − m’a inspiré le titre de ce billet. J’imagine qu’on cherchera en vain dans sa grande oeuvre intitulée Les carrefours du labyrinthe des considérations sur la problématique de la mobilité urbaine. Mais toute personne qui se déplace à vélo en dehors de sa zone de circulation habituelle se trouve toujours confronté tôt ou tard au sentiment de ne pas savoir où diriger ses roues – comme l’impression de se retrouver dans un labyrinthe. Lire la suite

Au contact des autres dans la ville

Parmi les avantages que se déplacer à vélo procure, il y a celui d’être en contact immédiat avec son environnement. Nul habitacle plus ou moins confortable, nul vitrage plus ou moins teinté ne font écran comme dans une automobile, un bus ou un tramway. L’arrêt imprévu est toujours possible. En cela le cycliste vit la ville comme tout piéton en fait spontanément l’expérience, autrement dit quasiment tout le monde à un moment ou à un autre de sa journée (sauf peut-être la personne importante trimballée de voiture avec chauffeur en avion privé). À vélo, ça va tout simplement un peu plus vite. Mais pas trop vite pour que la relation aux autres en soit immanquablement dégradée. Lire la suite

Venir à vélo au festival de Loire

Il était écrit que l’édition 2017 du festival de Loire serait un succès. Et le soleil a eu l’heureuse idée de briller généreusement sur les cinq jours de l’événement. La communication officielle, largement reprise par la presse locale, a beau jeu d’avancer que davantage de monde que n’en compte tout le département du Loiret – de la maternité à la maison de retraite – est venu arpenter les quais orléanais du 20 au 24 septembre 2017.  Une seule chose est certaine : ils ne sont pas tous venus à vélo.

Lire la suite

Petit(e) Orléanais(e) deviendra grand(e)

Qui dit rentrée scolaire, dit retour des trajets pendulaires vers les établissements d’enseignement avec son lot d’embouteillage et de manœuvres hasardeuses. Les lignes jaunes disparaissent sous le clignotement des feux de détresse. Les moteurs tournent à l’arrêt. C’est peu dire que la manière dont les enfants sont emmenés à l’école est un enjeu majeur de mobilité. La proximité des écoles de secteur fait qu’heureusement, beaucoup de parents accompagnent à pied leurs enfants. Du côté des établissements de l’enseignement privé, les trajets générés sont plus importants, absence de carte scolaire oblige. Lire la suite

Voiturette et gymkhana

Il y a la voiture et ses nombreux conducteurs sans permis et il y a la voiturette sans permis (enfin, presque). C’est mignon « voiturette », c’est presque attachant. Dans la rue, ça reste bruyant et encombrant. Et plus ou moins confortablement assis derrière le volant de ce quadricycle à moteur (ainsi que le code de la route appelle ce type de véhicule dans son article R311-1) le conducteur a tout loisir de mal se comporter à l’égard des autres usagers de la route Lire la suite