Dialogue avec un chauffeur de taxi

Dans la vidéo qui suit, Jeanne est de retour sur le fameux spot de #gcum en bas de la rue Bannier. Et cette fois, ce n’était pas un fort aimable conducteur de Mercedes qui se trouvait stationné sur la voie cyclable, mais un chauffeur de taxi en Audi. L’occasion était trop belle d’entamer la conversation.

On n’entend pas bien les réponses du taxi mais il explique tout d’abord qu’il attend une personne âgée, puis il me conseille d’aller du côté de la gare d’Orléans (sous-entendu c’est encore pire là-bas) puis, face à ma demande de se décaler suffisamment pour laisser la voie cyclable dégagée, il évoque le risque d’être percuté par l’arrière (ce qui m’a sur le coup laissé perplexe, lui rétorquant que c’était déjà arrivé).

#gcum : les deux roues motorisées aussi

Avec le retour des beaux jours – clairs et secs – les motard(e)s ressortent leurs gros engins pour le plaisir de nos oreilles et contribuer un peu plus à la pollution de l’air. Certes, la situation est moins critique à Orléans qu’à Paris, où les conducteurs de deux-roues motorisées ont tout du danger public. Il est cependant possible de déplorer dans notre belle ville l’habituel envahissement de l’espace public qu’occasionne le stationnement de ces véhicules partout où son propriétaire trouve cela pratique. En particulier là où des arceaux sont prévus pour attacher des vélos.

Prenons l’exemple du parvis qui mène au centre commercial Place d’Arc. De nombreux arceaux ont été installés, ce qui est judicieux, tant l’endroit est fréquenté.

Or que trouve-t-on à une quinzaine de mètres de là ? Un parking deux-roues de belles dimensions, doté de pas moins de deux panneaux indiquant que seuls des deux-roues seront acceptés en son enceinte au risque d’une mise en fourrière du véhicule du contrevenant.

Parking2rouesvide

Seule une poubelle (à deux roues) a osé/daigné se garer sur ce parking deux-roues

Les décideurs d’Orléans Métropole ont-ils conscience du problème ? Une campagne de sensibilisation s’impose.

Et une dernière photo pour la route.

gcummotorueRoyale

Comment ça j’occupe quatre place de stationnement vélo à moi tout seul ?

Sur le pont on n’y danse pas

Le pont George-V est un des gros points noirs du réseau cyclable d’Orléans Métropole. Et cela fait longtemps que les décideurs ne décident rien (problème déjà évoqué sur ce blog). Tout repose donc sur la bonne volonté des automobilistes de prendre en compte la présence des cyclistes et de respecter leur espace vital. Un panneau discret à chaque entrée du pont rappelle l’automobiliste à son obligation de laisser au moins un mètre entre sa caisse et le cycliste qu’il entend doubler (article R414-4 du code de la route). Lire la suite

La courtoisie est une valeur sûre

À vélo, il n’est pas toujours nécessaire de se comporter en héros (comme JP). Les relations entre cycliste et automobiliste ne sont pas toujours aussi difficiles que dans la désormais célèbre « vidéo du cycliste lillois« . Parfois, la civilité et la courtoisie l’emportent sur le chacun pour soi et le je-m’en-foutisme. La preuve en vidéo :

Si vous connaissez le centre ville orléanais, vous reconnaissez le bas de la rue Bannier, haut lieu de #gcum déjà évoqué sur ce blog.

Qui tente de voler votre vélo (et avec quels outils) ?

Bonne question. Pour vaincre son adversaire, il faut le connaître ! Nous allons donc dans ce billet étudier les différents types de voleurs de vélo. Et nous examinerons ensuite les huit outils les plus fréquemment utilisés lors des vols de vélo. J’ai également ajouté des vidéos de vrais voleurs en action avec ces outils. Lire la suite