Brèves

Nouvelles du trafic, en trois lignes


De notre correspondant dans l’agglomération orléanaise


2021

Janvier

Comme tout automobiliste il devient piéton
Mais précipitamment, pour échapper à un échange déplaisant avec la police.
Pas assez rapide toutefois pour éviter de justifier l’absence de permis.

Cet autre le même jour et dans le même cas
reste dans sa voiture pensant s’échapper plus vite,
Jusqu’à la rencontre d’un poteau et d’une borne incendie.

Pendant que sa mère lui montre le bonhomme rouge
La jeune Anna compte sur ses doigts
7 grandes personnes traversant tranquillement.

Trop vite, trop jeune, trop tard dans la nuit, et finalement trop de policiers.
Trop puissante, la voiture ne lui appartenait pas, mais le cannabis oui.
Anthony A., d’Ingré, est passé devant le juge.

Christian C., d’Olivet, aime la vitesse et les accélérations puissantes.
En délicatesse toutefois avec les créneaux.
Les bandes cyclables sont idéales pour les conducteurs malhabiles.

2020

Décembre

Automobilistes bien isolés dans leur chez soi :
les cyclistes sont comme de passage
dans le jardin de centaines de petits propriétaires.

À Ste Croix on boucharde pour éviter la tôle froissée.
Pour les genoux et poignets des piétons et cyclistes,
les pavés des places de Gaulle, d’Arc ou Martroi resteront perfides.

Thomas T., tombé du pont George V.
Ébriété, désespoir ou exiguïté du trottoir ?
La municipalité d’Orléans se perd en conjectures.

Ravie de la gratuité des places en centre-ville,
Charline P., d’Orléans, pourra tranquillement garer sa camionnette près de la boutique.
Les clients, eux, viennent à pieds ou à vélo.

Novembre

Ni ivre ni malvoyante, Camille C., combleusienne, a dirigé sa roue sur un plot béton,
chemin de halage à St-J. de Braye. Chute, côtes fêlées, luxation, hôpital.
La nuit était elle aussi tombée, et le plot bien trop discret.

Défiler vers le haut