Dix-septième vélorution à Ingré : le paradigme roulant

Comme souvent, l’incorruptible sherpa du cortège de la vélorution – aka tonton JP – a sorti de sa sacoche dès le lendemain de la dix-septième vélorution orléanaise du 19 juin 2021 un billet bien troussé sous le titre délicieusement sarcastique, et potentiellement cryptique, de « Orléans – Ingré, c’est « cyprès » ! ». Je n’ai pas grand chose à ajouter à tout ce qu’il écrit, si ce n’est quelques photos et, surtout, la vidéo réalisée par Fernand James de El Studio Fernando. Pris dans une relation toxique avec le vélo – voir son douloureux accompagnement du Rayon vert dont j’ai parlé ici – il s’est à peine fait violence pour remonter en selle et infiltrer le cortège vélorutionnaire au culot, maillot de foot sur le dos et caméra au poing. Pour sûr, ca valait le coup de mouiller le maillot (surtout sur la fin) !

Le trajet en 2D

Une boucle d’environ 16 km au cours de laquelle les camarades qui sécurisent le passage du cortège n’ont pas chômé.
Encore une fois bravo à eux/elles. 👏

Voir en plein écran

« Comme j’ai raté France – Hongrie » ⚽

Titre alternatif : Fernando à vélo 1 — TV à gogo 0

Il y a dans cette courte vidéo un passage paticulièrement hilarant autour du mot « paradigme« .
Visionnage impératif pour mieux apprécier la suite du billet.

Le changement de paradigme en mouvement

Potelets XXL excentrés dans tunnel riquiqui pour passer sous la tangentielle. Une explication à leur présence ?
Devant la mairie d’Ingré.

Même avec un cortège relativement modeste (un peu plus de 70 personnes), le relancer après un arrêt est toujours délicat. La présence d’un jeune enfant incommodé a encore plus compliqué la donne. Résultat : un petit groupe de retardataires a été isolé du plus gros du cortège. J’en étais et me trouvais fort dépourvu de n’avoir pas repéré le parcours. Jusqu’au moment où, après avoir proposé de monter un camp de fortune sur l’herbe rase bordant un des nombreux ronds-points du lieu et d’envoyer les enfants chercher du bois, je me suis souvenu que je dispose (enfin) depuis quelques mois d’un outil up-to-date disposant d’un GPS et d’un outil de cartographie. En quelques glissements de doigts sur l’écran j’ai pu nous repérer et découvrir que ce n’était pas trop compliqué d’essayer d’opérer une jointure.

Le ciel est menaçant, les égarés pédalent vers leur destin, mais Fernando reste détendu et papote comme si l’Euro était déjà dans la poche des Bleus.

La jonction s’est bien réalisée sur la RD2157 déjà à moitié mal requalifiée.
Enfin, mal requalifiée du point de vue de la circulation des vélos avec un machin partagé à largeur variable sur le trottoir.

À droite un vélorutionnaire, à gauche un pseudo aménagement cyclable tout neuf (s’il ne vous saute pas aux yeux c’est normal).

Une fois le cortège consolidé, il a parcouru la terre battue du chantier de cette RD2157 qui se poursuit plus à l’est en direction d’Orléans. L’occasion de repérer tout ce qui, une fois de plus, ne va pas aller une fois ces travaux achevés.
Cette vélorution pas si tranquille s’est terminée au vert par un itinéraire déjà exploré lors du voyage d’étude vers le Pôle 45.

Instantanés

Quelques photos bonus rescapées d’une sélection impitoyable :

Tonton JP refixe son monopignon récemment installé sur son Bluamarko.

C’est à ma connaissance la première fois qu’une chambre à air éclate lors d’une vélorution :

Making-of

Fernando était partout. Connaissant désormais la manière de faire du lascar, je suis certain qu’il a assez de rushes pour réaliser au moins quatre ou cinq autres vidéos de ce format. Et aussi amusantes.

Interview à hauteur de trike.
Cette scène figure dans le final cut.

Floflo forever

Certains jeunes plus ou moins désœuvrés font les cons le soir à Ingré en voiture1, frustrés d’avoir râté la vélorution.
Et puis il y a un jeune du cru qui va jouer au football… au Mexique !
C’est lui2 :

Dans un geste d’une rafraîchissante spontanéité, Florian Thauvin félicite les participants de la vélorution orléanaise3.
Crédit : Антон Зайцев, CC BY-SA 3.0 GFDL, via Wikimedia Commons

Pendant ce temps-là dans la Hongrie d’hier et d’aujourd’hui

Livraison d’une télé aux grands parents de Fernando.
Crédit : FOTO:FORTEPAN / Rádió és Televízió Újság, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Le papa de Fernando au manège.
Crédit : FOTO:FORTEPAN / A R, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Et pourquoi on a pas des arceaux de ce type à Orléans, hein ?
Crédit : Globetrotter19, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Notes

  1. « Trois jeunes Orléanais en garde à vue après des rodéos et violences contre des policiers », La République du Centre, 23 juin 2021.
  2. Il n’y a aucun enseignement à tirer de ce rapprochement tout à fait gratuit. N’essayez surtout pas de devenir sportif professionnel, arrêtez de faire les cons au volant et préférez la mécanique vélo.
  3. Pour celles et ceux qui ne suivent pas les pérégrinations des footballeurs professionnels, Florian Thauvin a commencé à jouer au foot au club d’Ingré. Ce que certains énervés, sur place, n’ont pas oublié : « Football : « Mouille le maillot ou casse toi… » une banderole hostile à Florian Thauvin affichée à Ingré dimanche matin (retirée depuis) », La République du Centre, 15 février 2021.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. janpeire dit :

    « Résultat : un petit groupe de retardataires a été isolé du plus gros du cortège. »
    On avait dit « pas le physique ! »

    Plus sérieusement, j’aime bien la photo « sous le tunnel ». Les poteaux sont multifonctionnels :
    1/ limiter les scooters
    2/ empêcher la circulation des vélo-charettes (les enfants apprendront bien assez tôt le chemin de l’usine)
    3/ éclairer car sauf erreur de mon cintre, ce sont des bornes d’éclairage (je passerai vérifier une nuit).

    C’est moi où ce tunnel nous a fait perdre le tricycle ?
    Ce tunnel est ancien, mais lors de la perte des 5% autorisés, j’ai pris le passage aérien, au dessus de la l’autoroute urbaine, puis le carrefour, mais je ne me souviens plus de l’avoir croisé « après » l’autoroute urbaine.

    Sur l’égarement d’Ingré, ce n’était pas la peine de se faire piquer pour recevoir le wifi, la 5G et toussa. Une bonne vieille carte, il n’y a que ça de vrai.

    « À droite un vélorutionnaire, à gauche un pseudo aménagement cyclable tout neuf (s’il ne vous saute pas aux yeux c’est normal)» heureusement que je ne saute pas aux yeux 🙂 je suis végé, pas le plus militant des présent⋅e⋅s ce jour là, mais quand même.

    JPB

    • « Les retardés à Ingré » aurait fait un titre acceptable. 😀

      Le tricycle était toujours parmi nous comme on peut le constater trois photos plus loin (qui apparaissent dans l’ordre chronologique dans cette section).

      Sans GPS, je n’aurais pas su où je me trouvais au moment où j’ai consulté l’ « ordiphone ». 😉

      Je n’avais pas perçu le risque de confusion sur cette légende, confusion qui ne peut pas être d’ordre syntaxique, enfin j’espère ! 🤓

      PS : et merci pour la trace réexploitée sans vergogne !

  2. J’aime bien ces itinéraires foutraques car ils montrent l’ampleur du désastre des aménagements cyclables dans notre agglomération.

  3. V-LO dit :

    Merci Jeanne pour le récit de cette Vélorution qui s’apparentait quand même à une petite galère. Où la mécanique, l'(in-)expérience et la météo s’allièrent face à un groupe de 70 cyclistes qui eut la drôle d’idée de pédaler jusqu’à la touristiquissime Ingré… 😉
    La vidéo de Fernando est très sympa.
    En lisant ce billet et celui de JP, je me demande quel est le profil des participants. Pourquoi ceux qui pédalent plutôt occasionnellement, ou alors de manière pas trop aventureuse, participent-ils à la Vélorution ? Pourquoi les plus aguerris, les vélotaffeurs… ne participent-ils pas plus à ces moments de visibilité ludico-revendicatifs ? Une idée ?

    • Que de bonnes questions dont j’aimerais avoir les réponses ! 😉

    • janpeire dit :

      Orléans n’est pas une ville de militant⋅e⋅s hors structures appelants à manifester (syndicats, groupe de pression…). L’usage du vélo n’est pas porteur, même pour les nouveaux élu⋅e⋅s, ou alors, c’est pour le poste et faire n’importe quoi, ce qui les renvoie à des conceptions archaïques du « système-vélo » (exemple : le potentat d’Ingré…).
      Au delà, beaucoup de personnes font du vélo jusqu’à l’adolescence, et sa pratique reste réservée aux loisirs, pas à quelque chose de sérieux, ou alors, un sport.

      Encore ce samedi matin, la même commerçante qui me jure ne pas pouvoir faire les 5/6km de chez elle à son commerce me montre ses vacances à Annecy et me parle de « promenades » de 20 et 50km. J’ai manqué m’étouffer de rire, car bon, ce n’est pas si elle n’habitait pas « le long de la Loire à vélo© ».

      Et combien comme elle qui pense à leur image. C’est très bien écrit dans « pourquoi pas le vélo ? »

      JPB

  1. 2 juillet 2021

    […] lire et à voir dans ce billet […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :