Un tour à vélo sur le chantier de la F50

Une snelfietsroute, c’est un « itinéraire vélo rapide ». Mark Wagenbuur nous emmène découvrir ici celui qui devrait prochainement relier plusieurs villes du Brabant-Septentrional. Où l’on se rend compte au plus près du terrain que le réseau cyclable des Pays-Bas, qui est déjà le plus dense et cohérent du monde, est dans un processus d’amélioraton continue.
Voici la traduction de « A cycle ride on the F50 under construction » publié le 22 juillet 2020 sur Bicycle Dutch.

La construction d’une partie de la F50 est en cours en ce moment même. Il s’agira à terme d’une véloroute rapide nord-sud dans la province du Brabant-Septentrional, d’Oss à Uden et plus loin vers Veghel. Depuis Oss, il existe déjà depuis 2003 une bonne véloroute, sous la forme à l’époque révolutionnaire d’une vélorue. Ce type d’aménagement a depuis essaimé dans tous les Pays-Bas.

La F50 fait partie du réseau provincial des véloroutes qui est actuellement conçu et aménagé à plusieurs endroits. Détail d’une carte schématique de la province du Brabant-Septentrional. La partie entourée est celle que j’ai parcourue et que je montre dans la vidéo.
La vélorue d’Oss (2003) était en avance sur son temps et peut être utilisée par tous les types de vélos, y compris un vélocargo (bakfiets) comme celui-ci.

Le 17 septembre 2003, la fietsstraat (vélorue) d’Oss à Heesch (environ 4 km de long) a été inaugurée en grande pompe. À l’époque, l’idée d’une vélorue était très novatrice. Il s’agissait d’une adaptation de la vélorue allemande et elle a attiré beaucoup d’attention dans la presse. Elle a été étudiée par des experts du vélo de tous les Pays-Bas.

Un design typique de fietsstraat (vélorue). Une bande centrale en relief et deux bandes latérales de couleurs différentes. La surface principale est en asphalte rouge et les panneaux avec la bicyclette/couronne indiquent que les gens qui font du vélo sont les seigneurs du lieu.
À cet endroit, la F50 au premier plan croise la F59 de Oss à Bois-le-Duc qui va de gauche à droite sur cette photo. Le pictogramme de la F59 est presque visible.

À l’origine, l’idée de vélorue était une participation à un concours de design organisé par la province du Brabant-Septentrional. Elle n’a jamais remporté de prix, mais la province a tellement aimé cette idée novatrice qu’un budget a été dégagé pour mener des recherches plus approfondies. Il a fallu notamment examiner les implications juridiques. La vélorue n’existe pas dans la législation néerlandaise. Pouvait-on cependant la construire et l’utiliser en toute sécurité ?

À l’entrée dans Heesch, la piste cyclable combinée (cyclomoteur/vélo) se transforme en une véritable piste cyclable sur laquelle seuls les cyclomoteurs légers (plaque bleue) sont autorisés à circuler. Vous pouvez voir qu’un passage a été créé ici pour s’assurer que les cyclomoteurs rapides (plaque d’immatriculation jaune) puissent accéder à la chaussée principale.
Malheureusement, les cyclomotoristes préfèrent la piste cyclable et les deux usagers qu’on aperçoit sur cette capture avec une plaque d’immatriculation jaune ont choisi de rester sur la piste cyclable. C’est illégal mais pas vraiment verbalisé.

Quelques années plus tôt, une tentative ratée de réaliser une version néerlandaise de la vélorue allemande avait eu lieu à Utrecht. Utrecht avait choisi de réaménager une rue principale très fréquentée. La municipalité d’Oss a conçu deux nouveaux types de vélorues pour des zones résidentielles déjà tranquilles. L’une avec une bande rugeuse au milieu que les automobilistes peuvent chevaucher pour dépasser en toute sécurité les personnes circulant à vélo. L’autre modèle, sans bande centrale, est destiné aux rues plus étroites. Les deux modèles avaient des bandes séparées de chaque côté de la rue. Ces bandes étaient planes, mais dans un matériau et une couleur différents. Elles étaient destinées à rétrécir optiquement la rue et les bandes devaient également inciter les gens à pédaler plus loin du trottoir. La surface principale était l’asphalte rouge. À l’époque, le rouge était déjà connu comme la couleur des voies cyclables. L’intention de ces dessins était de signaler à tous les usagers que les cyclistes étaient les principaux usagers de la route à cet endroit et que l’automobiliste devait leur laisser plus d’espace qu’il n’en avait l’habitude à l’époque. La conception de l’espace devait provoquer ce comportement courtois puisque les règles de circulation restaient les mêmes qu’auparavant.

Les habitants des zones plus rurales des Pays-Bas semblent préférer les grosses voitures. Il est bon que vous n’ayez pas besoin de rouler à côté de ces véhicules. Même les conducteurs de ces engins doivent céder la priorité aux cyclistes, ce qu’ils font généralement.

La vélorue a été construite pour un coût de près de 2 millions d’euros. La province a payé 1,2 million, le reste a été pris en charge par la municipalité d’Oss. Ce fut une expérience très réussie.
Près de 4 000 personnes ont immédiatement utilisé cette vélorue au quotidien. Le volume de circulation automobile était bien inférieur à cela. Les rues plus calmes ont été appréciées par la plupart des habitants, bien que certains se soient plaints que les trajets pour se rendre chez eux avaient été allongés. Afin d’éliminer le trafic de transit de ces rues, des bornes ont été placées à des endroits stratégiques. Une politique désormais connue sous le nom de perméabilité filtrée.

Juste après l’entrée dans l’agglomération de Nistelrode (municipalité de Bernheeze), la rue se transforme en vélorue. L’itinéraire continuera à suivre la route à gauche et la traversera plus loin via un passage souterrain.

Oss a introduit un nouveau panneau pour indiquer clairement aux usagers de la route que ce nouveau type de rue existe. Sur ce panneau figure un symbole qui ressemble à la combinaison entre un vélo et une couronne accompagné du mot « fietsstraat » (vélorue) dans un rectangle orange. Cette forme indiquait aussi clairement qu’il ne s’agissait pas d’un véritable panneau de signalisation, puisqu’il n’existe aucun autre panneau de signalisation rectangulaire orange. Ce panneau était censé indiquer que le vélo est roi dans ces rues. Aujourd’hui, on retrouve ce symbole partout dans Oss – au pochoir également – et il y fonctionne. Malheureusement, ce symbole n’a pas été copié dans le reste des Pays-Bas. C’est la raison pour laquelle les autorités d’Oss ont annoncé que ces panneaux seraient remplacés par celui qui est désormais le plus utilisé pour désigner une vélorue. Il s’agit du panneau avec une voiture rouge derrière une personne blanche qui fait du vélo dans un rectangle bleu. Mais ce panneau n’est toujours pas légal aux Pays-Bas. La Belgique utilise le même panneau et la loi belge a été modifiée en ce sens, mais aux Pays-Bas, ce panneau n’a toujours pas d’existence légale. Il est simplement accepté par la plupart des usagers de la route, ce qui est sans doute encore plus important que de savoir si quelque chose est juridiquement réellement contraignant.

C’est ainsi que la partie manquante de l’itinéraire sera construite au cours du second semestre 2020. Le chemin de terre actuel se trouve juste au sud de la nouvelle partie.
Le chemin de terre qui commence à mi-chemin dans cette capture est censé être une piste cyclable obligatoire pour les cyclomoteurs et les vélos. Il est un peu inhabituel d’utiliser ce panneau pour un chemin de terre.

La vélorue de 2003 est reliée à un chemin bidirectionnel passant par Heesch et ce chemin
emmène les utilisateurs jusqu’à Nistelrode, environ 2 kilomètres plus au sud. Ce chemin a un revêtement de béton et il est bien éclairé la nuit. Au nord de Nistelrode, une route d’entrée très fréquentée dans le village doit être traversée. Cette traversée va devenir multi-niveaux. Dans la seconde moitié de 2020 un tunnel pour cyclistes sera construit. Un tunnel est nouveau pour ce petit village et les villageois ont dû se faire à l’idée que c’était vraiment nécessaire. Le passage souterrain sera ensuite relié à un tout nouveau tronçon de l’itinéraire. Quelques centaines de mètres de chaînon manquant devront être construits pour atteindre le partie nord-sud de l’itinéraire qui traverse le village. Actuellement, il n’y a qu’un chemin de terre à cet endroit
que j’ai également pris pour la vidéo. La nouvelle piste nord-sud vient d’être achevée au cours du premier semestre et c’est la nouvelle vélorue de Nistelrode. Pas une seule rue de ce village n’est droite et cela signifie que cette voie cyclable rouge serpente à travers le village comme si c’était la la route de briques jaunes du Magicien d’Oz. L’itinéraire n’est pas intuitif mais il ne reste plus qu’à suivre le tapis rouge. L’itinéraire passe devant une école primaire, ce qui signifie que cette école dispose désormais d’une piste cyclable sûre pour y accéder. La conception a d’abord été présentée aux villageois, et après quelques modifications, ils en sont maintenant généralement très satisfaits.

Le chemin nord-sud qui traverse Niselrode s’arrête ici. Cette intersection sera reconstruite pour créer
un tourne-à-gauche sécurisé pour rejoindre la nouvelle piste cyclable bidirectionnelle.
Voici ce tourne-à-gauche. Les cyclistes arrivant par la gauche du dessin ne pourront même pas
atteindre le carrefour en T actuel. Ils passeront au nord de celui-ci.

À l’extrémité sud de Nistelrode, le chantier est en cours. Il s’agit de la phase 2 du projet concernant la véloroute de Nistelrode jusqu’au périphérique d’Uden. Il s’agit d’une nouvelle coopération avec la province. La province finance la plus grande partie du projet car l’objectif est bien de réduire le volume de circulation sur les routes provinciales de la région. Dans le journal local, l’échevin à la circulation d’Uden a été déclaré : « Le réseau routier dans la région Oss – Uden est de plus en plus encombré. Cette nouvelle piste cyclable peut en partie résoudre ce problème, même lorsque le volume de trafic automobile ne diminue que de quelques points ».

La piste cyclable est déjà équipée de lampadaires. Mais elle sera élargie et à cet endroit, et elle passera entre les arbres et non pas à droite de ceux-ci comme actuellement.
Le plan du même endroit montre que le chemin sera légèrement déplacé vers la gauche pour se trouver entre deux rangées d’arbres. Les arbres protégeront du soleil et serviront de coupe-vent.

Le coût de cette partie de la F50, longue de 8,2 kilomètres, devrait s’élever à 4,8 millions d’euros (y compris le tunnel). Coût en grande partie assumé par la province du Brabant-Septentrionnal et le reste par les deux municipalités de Bernheze (Nistelrode) et Uden. Cette partie du tracé devrait être terminée d’ici la fin de l’année 2020.

Un type de revêtement surprenant pour cette piste cyclable à Uden. Des petits pavés de béton. Je ne pense pas avoir jamais vu ce type de revêtemet ailleurs sur une piste cyclable. C’était la première fois que je me rendais à Uden.

Au sud de Nistelrode, les travaux viennent de commencer. Une route qui dispose actuellement de pistes cyclables unidirectionnelles sur des dalles en béton sera équipée d’une piste cyclable bidirectionnelle côté nord avec un revêtement lisse d’asphalte rouge. À l’endroit où la zone habitée du village se termine, le chemin passera du côté sud de la route. Là, il se raccorde à un chemin bidirectionnel existant équipé de lampadaires mais ce chemin sera élargi, partiellement déplacé et il sera revêtu d’asphalte. Cette requalification a elle-aussi déjà commencé.

Cette rue d’Uden sera reconstruite. Il est déconseillé d’aménager une bande cyclable sur une route limitée à 50 km/h. La rue sera dotée de pistes cyclables unidirectionnelles de chaque côté.

Enfin, il existe un projet distinct dans la ville d’Uden. Cette partie de la F50 dispose actuellement de bandes cyclables dans une rue où la vitesse est limitée à 50 km/h. Cela n’est pas conforme aux dernières recommandations en la matière. La requalification de cette rue fait partie d’un projet visant à améliorer un itinéraire de transport public à Uden. Au départ, la municipalité avait proposé de continuer la piste bidirectionnelle dans cette rue, mais lors d’une réunion publique, en 2018, les habitants ont clairement dit ils n’aimaient pas du tout cette idée. Finalement, la ville est parvenue à un compromis avec les riverains. La conception a été modifiée et en janvier 2020, la décision a été prise de doter la rue de pistes cyclables unidirectionnelles de chaque côté. Cette requalification devrait prendre un peu plus de six mois et être terminée avant le 1er juillet 2021.

Le plan initial de requalification de cette rue prévoyait une piste cyclable bidirectionnelle côté sud. Lors d’une réunion publique, les gens ont collé des post-it rouges avec des remarques négatives sur le plan mis à disposition. Il n’étaient clairement pas favorables à ce projet.
La rue a ensuite été réaménagée et elle sera désormais dotée de pistes cyclables unidirectionnelles de chaque côté. Elles seront aussi proches que possible de la route principale. Cela répond aux souhaits des résidents, mais je ne suis pas sûr que ce soit aussi pratique que la piste cyclable bidirectionnelle qui avait été proposée à l’origine.

Il est déjà très pratique de faire du vélo d’Oss à Uden comme vous pouvez le voir dans la vidéo, mais cela deviendra beaucoup plus pratique et probablement plus rapide lorsque tous ces travaux de requalification seront terminés. La F50 sera étendue encore plus loin jusqu’à Veghel. Cette partie de l’itinéraire est prévue pour 2021-2022.

La vidéo de la semaine présente un trajet d’Oss à Uden sur la (future) F50 en temps réel.
Pour avoir un rapide aperçu de l’itinéraire, voici la version accélérée.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. janpeire dit :

    Je m’octroie la permission d’isoler ces 4 légendes du texte, comme autant de source d’inspiration pour le (ou la) futur-e élu-e « aux mobilités douces » dans l’agglomération d’Orléans :

    1 / Un design typique de fietsstraat (vélorue). Une bande centrale en relief et deux bandes latérales de couleurs différentes. La surface principale est en asphalte rouge et les panneaux avec la bicyclette/couronne indiquent que les gens qui font du vélo sont les seigneurs du lieu.

    2/ Même les conducteurs de ces engins doivent céder la priorité aux cyclistes, ce qu’ils font généralement.

    3/ Le chemin de terre qui commence à mi-chemin dans cette capture est censé être une piste cyclable obligatoire pour les cyclomoteurs et les vélos. Il est un peu inhabituel d’utiliser ce panneau pour un chemin de terre.

    4/ Cette rue d’Uden sera reconstruite. Il est déconseillé d’aménager une bande cyclable sur une route limitée à 50 km/h. La rue sera dotée de pistes cyclables unidirectionnelles de chaque côté.

    4 Points pour illustrer une volonté, un choix, une orientation dans un schéma de déplacement urbain et inter-urbain, 4 mêmes points qui feront encore défaut pour 50 ans à Orléans et son agglomération (même si le point n°2 ne dépend pas exclusivement des politiques).
    Pour ceux ou celles qui mettraient en doute ma parole, rendez-vous rue De Gaulle à Olivet ou St Jean le Blanc, ancienne RN20 au sud (Orléans) ou au nord (Saran), rue du parc (Orléans), à la Chapelle, à Fleury et ainsi, et ainsi.

    JPB

  2. Isabelle R. dit :

    J’adore le logo « vélo royal » !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :