Cœur de ville apaisé : Louvain montre la voie

C’était déjà sympathique de découvrir l’itinéraire F3 pour, depuis Bruxelles-Capitale, atteindre Louvain. Ça l’a été encore davantage de vivre quelques heures sereines dans cette florissante ville flamande de 100000 habitants – Leuven – siège de la plus grande université de Belgique : KU Leuven (plus de 50000 étudiants !1). Imaginez une ville où vous pourriez rester plusieurs heures en terrasse sans entendre un seul moteur pendant que piétons et cyclistes, nombreux, ne cessent de circuler tout à leur aise et sans heurts. Voici quelques impressions d’un cœur de ville apaisé au cœur de l’été2.

Le joyau architectural de la ville : le Stadhuis (hôtel de ville), fier représentant du gothique brabançon.

Une circulation distinguée

Voici les plans de Louvain et Orléans à la même échelle (on reconnaît tout de suite la forme d’une roue de vélo côté Brabant flamand !) :

Au-delà des différences topographiques, certes importantes, il faut préciser que les autorités de Louvain ont décidé en 2016 de mettre en place un plan de circulation éliminant tout trafic de transit à l’intérieur du ring (ce qui représente une superficie bien plus importante que l’intramail orléanais comme on peut s’en apercevoir d’un simple coup d’œil)3. Un communiqué de l’European Cyclists’ Federation (ECF) a salué les résultats de cette politique dans un communiqué tout récent (24 juillet 2019) : « 32% more Cycling in one Year after Eliminating through Car Traffic from the Centre of Leuven ». Le texte en explique le principe :

Le centre de la ville, d’une superficie d’environ 4 km², a été divisé en 5 secteurs et une zone piétonne sans voiture4. La nouvelle organisation du trafic a rendu impossible de conduire entre ces secteurs. Il est possible de se rendre en voiture depuis le boulevard périphérique dans ces différents secteurs mais si vous souhaitez par exemple aller du secteur jaune au secteur bleu voisin, ou orange, vous devez repasser par le périphérique. Cela signifie que le centre est toujours accessible aux voitures pour les résidents, les visiteurs, les livraisons ou les urgences, mais le trafic de transit a été supprimé. Vélos et transports en commun (bus) conservent tout liberté de mouvement dans le centre.

Visuel de la ville.

Le communiqué de l’ECF propose un saisissant avant/après de Tiensestraat. Et puis ce résultat : la part modale du vélo dans le centre est passée de 33% à 41%5.

La ville a remporté le European Green Leaf Award 2018 (c’est l’équivalent du European Green Capital Award pour les villes de 20000 à 100000 habitants) grâce notamment à cette politique de mobilité volontariste6.

Un problème…

Se retrouver avec son vélo comme l’automobiliste qui ne sait pas où garer sa caisse. Dans le centre de Louvain il n’y a quasiment pas d’arceaux si bien qu’on stationne son vélo plus qu’on ne l’attache/accroche7. L’antivol de cadre est donc l’accessoire roi.

Ah ouais quand même.
Spéciale dédicace à la TeamVSF : un T500 est stationné antivol de cadre enclenché.
Un Urban Arrow bien en place sur l’aire de stationnement (notez le siège junior sur le porte-bagage).

Le stationnement vélo fait l’objet d’une signalisation spécifique :

Le vélo comme espèce invasive ?

Du côté des sites universitaires, quelques aperçus :

Et dans la cour intérieure du collège Van Dale, un magnifique bâtiment du XVIe siècle, des vélos alignés…

… et sur une porte vitrée, un message plein d’humour :

… et du bonheur

Ce n’est pas rare de voir des personnes marcher à côté de leur vélo, y compris avec un biporteur :

Il existe des règles spécifiques à la zone piétonne centrale et quelques rues sont (en principe) interdites aux cyclistes ou interdites entre 11h et 18h308.

Et qui dit ville cyclamicale dit vélo cargo (avec sacoches !) :

Une enfant et son LiketoBike de chez Kokua. Notez les sacoches doubles adaptées à ce modèle 24 pouces.

Patrimoine vivant

Du côté du grand béguinage – petite ville dans la ville – calme absolu, vieilles briques et vieux pavés. Les maisons sont désormais habitées par des étudiants et professeurs. Comment dit-on chanceux en flamand ?

Varia

Parmi les dispositifs cyclables, la vélorue (fietsstraat) et ce qui ressemble fort à notre « chaussidou » (ou chaussée à voie centrale banalisée) :

41 % de part modale ? On peut encore faire mieux et un peu de propagande de selle ne fait jamais de mal :

« Encore une voiture de moins ».

L’université semble dotée de sa propre flotte de vélos :

Carter de chaîne siglé : la classe.

Dans une logique de distinction, certains préfèrent s’afficher avec ce qui ressemble à un croisement entre une trottinette électrique géante et un tapis roulant miniature : le Lopifit.

LOL

Terminons ce trop bref tour de la ville par un tweet maison sur ce qui s’est avéré être le vélo cargo d’un mécanicien cycle itinérant :

Et par un coup d’oeil sur une rue piétonne (probablement interdite à la circulation des vélos) :

Notes

  1. Soit, respectivement, 3 et 2 fois plus d’étudiant(e)s qu’à Orléans et Tours.
  2. Imaginer cette ville aux autres saisons excite la curiosité et l’imagination. Pédaler à la nuit tombante en décembre par exemple…
  3. Ce plan de circulation est à retrouver sur le site officiel de la ville. Dans l’argumentaire, ce point est mis en avant (traduction Google retouchée) : « La zone piétonne a été étendue et une zone sans voiture a été ajoutée. Il y a ainsi plus de place dans le centre pour les personnes qui y vivent, y font leurs courses et y travaillent. »
  4. Les choses ne sont pas parfaitement claires car il y a deux secteurs : un secteur piétonnier (voetgangersgebied) et un secteur « sans voiture » (autoluwe zone) mais qui semble quand même accessible aux riverains, livraisons et urgences (zone mauve foncée).
  5. Selon le réseau européen Polis dont Louvain fait partie, la part modale du vélo dans la ville, de manière globale, est de 17 % (à égalité avec la marche, quand la voiture est à 50 % et les transports en commun 15 %). Ces chiffres sont tirés de la fiche de ville membre sur le site du réseau Polis. Cette fiche précise : « Leuven is a very dynamic city with a strong growth in both population as employement. This results in a lot of traffic congestion while Leuven also sees a spectacular growth in public transport use (a five-fold increase of PT users in 20 years) and a high share in cycling (17-20% modal share). »
  6. On peut aussi consulter le support d’une présentation que Tim Asperges, adviseur mobiliteit pour la ville, a donnée sous le titre City of Leuven – Cycling Officer’s Secrets le 15 juin 2017 à l’occasion de Velo-City 2017.
  7. Le site visitleuven.be le précise : « In some streets, bicycle parking spaces are painted on the ground. »
  8. Le site de l’université KU Leuven explique la chose à la rubrique « Theft and safety » de cette page.

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Yann d'Orléans dit :

    Salut J.

    Pourquoi la ville a fait le choix de ne pas installer des arceaux ?

    A dimanche ! 😃

    • Salut,

      De ce que je comprends, les autorités veulent favoriser au maximum la rotation des vélos dans les rues du centre piéton et c’est donc un choix de ne pas installer d’arceaux.

      On trouve en revanche des arceaux dans les rues encore ouvertes à la circulation :

      Arceaux à Louvain

  2. Jade Bex dit :

    C’est fantastique de voir ma ville comme une touriste ! On se plaint beaucoup mais en fait Louvain est plus que agréable…
    Et chanceux en dialecte louvainois est « chancards », la Wallonie n’est pas loin. En Néerlandais c’est « gelukzakken » (des sacs de bonheur).

  3. kris Bachus dit :

    Pendant les vacances, Louvain est une ville extrêmement tranquille. Mais je vous invite de revenir si vous pouvez autour du 25 septembre, quand l’année académique aura commencé. Je vous promets: c’est une autre ville!🙂
    50.000 étudiant seront ajoutés aux 100.000 (autres) habitants, ça se voit! Les centaines de vélos seront remplacés par des dizaines de milliers, et à partir de ce moment-là, c’est (encore plus) eux qui règnent les rues!

    • Merci pour cette précision. Et comme j’aimerais me mêler au flux des étudiant(e)s, ça ma rajeunirait ! 🙂
      J’ai eu l’impression d’apercevoir des vélos d’étudiants « abandonnés » pour les vacances universitaires.

  4. clouchez2015 dit :

    Une ville belge « côté vélo », je comprends que ça vous ait marquée. Personnellement, je suis habitué à ce contraste avec notre région, habitant à…60 km seulement (Calais) de la frontière aujourd’hui virtuelle avec la Flandre Occidentale (Ostende, Furnes, Bruges, La Panne, Nieuwport etc…). Le simple passage de la frontière par les anciennes routes, et on change de monde, le vélo est partout, dans la pratique comme dans le partage de la voirie. Les piétons aussi (Furnes, 12 000 h, a une place immense sans la moindre voiture…). Ce sont des villes où j’aime aller pour me ressourcer lorsque le découragement me gagne de voir si peu de prise en compte chez nous, même si les choses avancent malgré tout, alors que nous avons le même potentiel de passage voire plus notamment, avec l’Angleterre.
    Mais il y a aussi un contraste à l’intérieur de la Belgique, la Wallonie étant bien en retrait par rapport à la Flandre. Peut-être le vélo parle-t-il flamand, et non français! Allez savoir! En tous cas bravo pour cet aperçu de Louvain et pour vos photos

  1. 5 août 2019

    […] Et Louvain alors, c’était comment ? Ce sera le sujet d’un autre roman-photo… 😎 (que voici) […]

  2. 19 août 2019

    […] ouverte – quel sentiment d’espace ! – et richement dotée de parcs. Après l’excursion à Louvain via une voie express vélo, voici une ultime carte postale de l’été […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :