Pédaler de Tilbourg à Oisterwijk (encore)

Un avant/après près de dix ans plus tard. Mark Wagenbuur continue d’explorer avec minutie les évolutions de l’environnement cyclable de son pays.
Voici la traduction de « Cycling from Tilburg to Oisterwijk (again) » publié le 24 novembre 2021 sur Bicycle Dutch.

Mon trajet pour le billet de cette semaine se fait sur un itinéraire familier. J’ai à nouveau pédalé de Tilbourg à Oisterwijk, comme je l’ai fait il y a presque 10 ans, sur un itinéraire qui avait alors déjà plusieurs décennies. Dans la vidéo précédente, publiée en janvier 2012, je partais de la gare de Tilbourg. Cette fois, j’ai commencé à l’entrée du parking à vélos souterrain du centre-ville. La plupart du parcours est toujours exactement comme il y a dix ans, mais à Oisterwijk, certaines parties des revêtements ont été refaites.

La piste cyclable de Tilbourg à Oisterwijk, vieille de plus de 40 ans, est un itinéraire très rural. À cet endroit, elle aurait besoin d’un bon coup de balai. La largeur utilisable est trop réduite par toute la végétation (morte) sur le côté droit.

Je n’ai pas pu trouver la date exacte de construction de cet itinéraire, mais il s’agit d’une extension du premier itinéraire expérimental de Tilbourg qui a été aménagé en 1976/1977. La première partie vers Oisterwijk, à côté de la ligne de chemin de fer de Tilbourg, a en effet été terminée en 1977. Certaines sources ultérieures affirment que l’ensemble du parcours a été construit en 1976, mais ce n’est pas vrai. J’en ai trouvé la preuve dans un rapport d’évaluation du gouvernement national qui a été rédigé en 1977. Comme le gouvernement national avait payé l’ensemble des travaux, il voulait évaluer dans quelle mesure cela avait été bénéfique. Les extensions vers Berkel-Enschot et Oisterwijk sont mentionnées dans ce rapport, mais elles n’avaient pas encore été construites à l’époque. La décision de construire l’extension vers Oisterwijk (et de la faire financer à 100% par l’Etat) a été prise le 23 mars 1977. Le chantier a dû être entrepris peu après cette décision, donc en 1977 ou peut-être en 1978. Cet itinéraire a donc plus de 40 ans aujourd’hui.

La partie qui longe la Spoorlaan est la plus ancienne du parcours et fait partie de la piste cyclable expérimentale originelle de Tilbourg.
Ces schémas sont tirés d’un rapport d’évaluation de 1977. Ils montrent comment l’itinéraire a été planifié juste à côté des voies ferrées.
Il s’agit de la bretelle d’accès au viaduc sur le périphérique est de Tilburg. Elle est visible sur le côté droit du dessin ci-dessus.

La première partie de l’itinéraire, dans la municipalité de Tilbourg, avait été une véritable entreprise. Le tracé est parallèle à la voie ferrée mais traverse le périphérique est et un canal. Un pont et un viaduc ont été conçus juste à côté de la digue sur laquelle passe la voie ferrée, mais, comme le montrent les coupes transversales de l’évaluation, cette digue a dû être considérablement modifiée. Cela a fait de cette partie l’un des tronçons les plus coûteux de l’itinéraire de démonstration de Tilbourg, avec 1,4 million de florins. (Ce qui est comparable à 3,72 millions d’euros aujourd’hui.) Le coût d’un passage souterrain dans la ville n’est pas indiqué dans le rapport, mais cela a dû être très cher aussi.

Combiner la piste cyclable avec les voies ferrées sur la même digue n’a pas été facile. La digue ferroviaire a dû être considérablement élargie. En haut les anciennes situations et en bas les nouvelles à deux endroits de la Spoorlaan à Tilburg.
Le pont sur le Wilhelminakanaal a été conçu juste à côté du pont ferroviaire existant. Il était nouvellement construit lorsque la piste cyclable a été aménagée ici en 1976/1977.
Quelques coupes transversales supplémentaires et une carte de l’itinéraire jusqu’à l’endroit où il se divise (à droite) en un itinéraire vers Berckel-Enschot (traversant la voie ferrée inférieure et allant vers le nord(-est)) et un itinéraire vers Oisterwijk (vers l’est).

Il était agréable de comparer l’état de l’itinéraire avec celui d’il y a 10 ans. Pas grand-chose n’a changé, mais juste à la sortie de Tilbourg, le cheminement aurait besoin d’un balayage. Les feuilles mortes de l’automne le rendaient un peu trop étroit. J’espère que cela sera fait bientôt. De véritables changements ont été apportés dans la commune d’Oisterwijk. Je l’ai remarqué tout de suite, car l’enrobé n’était plus rouge et il y avait des lignes au bord du chemin. C’est très moderne, donc je savais que cela devait être récent. Les images de l’ancienne vidéo montrent que cette partie a effectivement été refaite. À un endroit, le chemin est devenu beaucoup plus vert, mais peu après, une rangée d’arbres a été enlevée. Ces arbres n’avaient pas l’air vieux, mais j’ai quand même été surpris qu’ils aient été enlevés.

L’Oisterwijksebaan avec le revêtement (probablement) d’origine en enrobé rouge, avec quelques reprises ici et là, tel qu’il était en 2012.
Après 2012, la piste a été refaite avec de l’enrobé noir. Les lignes sur le bord aident les gens à mieux répérer les bords. Beaucoup d’accidents se produisent parce que les gens sortent de la piste sur les côtés et tombent. Il y a une nouvelle haie entre la piste cyclable et la route. Il y a aussi beaucoup plus de verdure sur le terrain privé à droite.
Un peu plus loin sur la même Oisterwijksebaan, la piste disposait d’une ligne de (jeunes) arbres côté chaussée. Ici aussi, quelques reprises dans le revêtement.
Exactement le même endroit en 2021. La surface est beaucoup plus belle et j’aime bien la haie, mais je trouve regrettable que les arbres aient disparu. Il y a une tendance à supprimer les arbres le long des routes de campagne parce qu’ils seraient dangereux pour les conducteurs. Je dirais qu’ils ne le seraient pas pour les conducteurs qui respectent les vitesses maximales de sécurité et qu’ils aident également les conducteurs à maintenir leur vitesse suffisamment basse.
Il arrive que l’on trouve des véhicules à moteur sur la piste cyclable. Dans ce cas, quelqu’un faisait de la maintenance sur la voie ferrée. La piste cyclable est heureusement assez large pour permettre de croiser ces véhicules en toute sécurité.

Une intersection – avec priorité pour les cyclistes sur une route plutôt fréquentée – est actuellement en cours d’aménagement à Oisterwijk. Le panneau annonçant les travaux était déjà là lorsque j’ai filmé ce trajet il y a environ un mois.

Un journal local rapporte : « Malgré des aménagements antérieurs, qui ont eu un certain effet, le croisement de la piste cyclable avec Baerdijk est toujours considéré comme un point dangereux. Cela pose régulièrement des problèmes à l’endroit où se croisent le trafic cycliste intense et le trafic automobile en provenance et à destination du centre. Les recherches de notre rédaction ont montré que les stops sont souvent ignorés par les automobilistes. Les ‘panneaux d’avertissement’, placés il y a quelques années, n’ont pas eu d’effet significatif. »

Un porte-parole de la municipalité a déclaré : « Nous voulons rendre ce croisement plus sûr en élargissant l’espace de refuge central, en installant des matériaux de pavage clairement différents et une partie de couleur verte pour la piste cyclable. »

N’est-il pas intéressant de constater que c’est toujours le trafic automobile et surtout le comportement des automobilistes qui obligent à adapter les aménagements cyclables ? Dans ce cas, le pavage rouge standard de la piste cyclable a apparemment perdu sa valeur d’attention et la municipalité va donc essayer le vert. Espérons que cela fera la différence. Cette intersection est en effet la plus désagréable de tout le parcours ! Il faudra que j’y retourne plus tard, pour voir les changements.

Le panneau indique « Cette piste cyclable [sera] fermée du lun. 1-11-2021 au vendr. 26-11-2021 ». Ce carrefour devait être reconstruit pour le rendre plus sûr pour les cyclistes. Les conducteurs ne s’arrêtent pas toujours aux stops. Lorsque je suis passé, un automobiliste l’a fait décemment.
Fin de mon parcours. La rue qui traverse le centre ville d’Oisterwijk. Tout droit, le bâtiment de l’ancienne mairie. À gauche, un vieux kiosque à musique.

Dans l’ensemble, il s’agit toujours d’un parcours très agréable et rapide comme il l’a été au cours des 40 dernières années. J’ai parcouru ses 9,2 km en 26,5 minutes, ce qui représente environ 21 km/h, soit beaucoup plus vite que d’habitude. (Surtout avec ma condition cardiaque, c’était surprenant pour moi aussi, mais j’avais un fort vent dans le dos).

Mon trajet du centre de Tilbourg au centre d’Oisterwijk.

La carte :

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. janpeire dit :

    « Cet itinéraire a donc plus de 40 ans aujourd’hui. »
    Nos petits barons municipaux, départementaux et régionaux — valable au féminin pluriel — prennent cher dans ce billet qui apparait, malgré l’age de l’équipement présenté, comme un futur improbable.

    JPB

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :