L’interminable chantier autour de la gare centrale d’Utrecht avance

Un autre avant/après de Mark Wagenbuur sur un quartier qu’il connaît bien à Utrecht. Cette ville est « souvent présentée comme la nouvelle capitale mondiale du vélo » explique Stéphane Baillargeon dans un article pour le quotidien montréalais Le Devoir sous le séduisant titre « Nous avons décidé de revenir à une ville à échelle humaine » (27 novembre 2021).
Voici la traduction de « Will this place ever be finished? » publié le 1er décembre 2021 sur Bicycle Dutch.

Utrecht a terminé la requalification d’une autre rue. Il s’agit d’un axe reliant le centre historique de la ville à la gare ferroviaire. Finie ? Eh bien, pas tout à fait. D’un côté de la rue, la construction d’un parc et de quelques immeubles vient de commencer. J’ai entendu dire que cet endroit était en constante évolution. Ce n’est pas très loin de la vérité. C’était vrai au cours du siècle dernier, mais surtout au cours des dix dernières années. Jetons un coup d’œil aux environs de Smakkelaarsveld.

Le nouveau nom de la rue est « Smakkelaarskade » et voici à quoi elle ressemble depuis l’été 2021. Une piste cyclable, mais où les véhicules de livraison sont autorisés. C’est pourquoi je l’ai appelée vélorue dans la vidéo. C’est l’une des pistes cyclables les plus larges de la ville. Il est agréable de constater qu’il y a beaucoup d’espace pour la marche et des plantations amnées à s’étoffer. Le côté gauche de la rue va être aménagé. Il s’agira d’un canal avec un parc et des bâtiments à usage mixte : bureaux, bars, restaurants et appartements. Un bâtiment que l’on peut voir sur presque toutes les photos de cette série est le bâtiment carré verdâtre de 4 étages, au loin à droite du panneau de signalisation. Directement au-dessus de lui, vous pouvez voir le vert du dôme en cuivre d’une église qui est également visible sur toutes les photos, mais pas toujours clairement.
En 2012, le même endroit était en chantier avec une rue temporaire à côté d’une voie de bus. Cette voie de bus a ensuite été déviée à l’extrême gauche de la photo. À cette époque, la rue s’appelait « Smakkelaarsveld« . Le bâtiment verdâtre de quatre étages se trouve maintenant à gauche de la femme à vélo. Le dôme est presque invisible.
La voie de bus date des années 1980. Cette image (un arrêt sur image d’un film de 1983) a été prise lors de sa construction. À cette époque, les routes principales pour les voitures ont été détournées autour de cette zone, mais ces routes détournées étaient très larges. Le bâtiment d’angle verdâtre est maintenant beaucoup mieux visible grâce au zoom. Vous pouvez également voir très clairement le dôme en cuivre vert qui le surmonte. Image tirée d’une vidéo des archives d’Utrecht.
Les voitures pouvaient encore emprunter cette rue jusque dans les années 1970. À l’époque de cette photo, au début des années 1960, elle s’appelait « Leidseweg« . C’est toujours un nom de rue existant à Utrecht, (de fait, c’est une très belle piste cyclable), mais elle s’arrête plus à l’ouest maintenant et ne va plus jusqu’à cet endroit central de la ville. Le bâtiment d’angle est déjà là, mais le dôme de l’église constitue désormais un meilleur point de référence. Image tirée d’une vidéo des archives d’Utrecht.
Voici une photo du « Leidseweg » en 1929, quand Utrecht disposait encore de tramways. Les deux tramways sur la photo entrent dans un tunnel étroit sous les voies ferrées. Le dôme de l’église est à nouveau clairement visible. Image tirée d’une vidéo des archives d’Utrecht.

Le changement est le thème de ce billet, qui porte également sur les photos avant/après. Cet espace triangulaire à l’origine, situé à Utrecht, est un lieu animé depuis bien avant l’invention des voitures. Depuis l’ouverture de la première gare ferroviaire d’Utrecht, en 1843, cet espace est utilisé par la population pour se rendre à la gare. Les rues de cet endroit ont été adaptées pour accueillir d’importants flux de circulation lorsque le pont menant au centre a été doublé en 1926/1927. Après l’ouverture d’un nouveau tunnel sous les voies ferrées en décembre 1940, la zone a été spécialement réaménagée pour la circulation automobile. À la fin des années 1960, il était devenu évident que le nombre croissant de voitures nécessitait plus d’espace que celui qui était disponible. À partir des années 1970, les voitures ont été écartées de cette zone. D’abord sur des routes très larges, dont certaines ressemblaient à des autoroutes. (Pendant un certain temps, les « Catharijnebaan » avaient de véritables panneaux d’autoroute à leur entrée). Au cours de ce siècle, ces routes ont été déclassées une à une, en détournant le trafic de transit, non seulement autour du quartier, mais aussi autour de la ville. La pseudo-autoroute a été supprimée et la voie d’eau d’origine est revenue.

Comment cette zone a changé au fil des ans de 1920 à 2020. Une animation que j’ai réalisée à partir des cartes du site Topotijdreis.nl. Parfois, les cartes ont quelques années de retard sur les changements. L’autoroute urbaine n’apparaît qu’en 1980 alors que la première partie a été ouverte en 1973.
En 2012, cette rue s’appelait Stationsplein (place de la gare), ce qu’elle était jusque dans les années 1970, mais depuis, la gare était assez bien cachée et elle ressemblait plus à une rue qu’à une place. À partir de 1983, elle a également été l’emplacement d’une station de tramway. On peut voir une petite partie des deux grands bâtiments sur la photo suivante.
Cet espace s’appelle désormais Smakkelaarshoek et donne accès au plus grand parking à vélos du monde. Les escaliers au loin mènent à un véritable parvis qui est maintenant surélevé au niveau du hall de la gare, qui est situé au-dessus des voies ferrées. La place est couverte par le toit blanc formé de larges cercles. Derrière elle, vous pouvez juste voir une partie des deux bâtiments qui sont également visibles sur la photo précédente. Les rails du tram ont été déplacés vers la droite, à environ 25 mètres, derrière le nouveau bâtiment. La circulation automobile privée est totalement interdite ici. L’espace est désormais réservé aux piétons et aux cyclistes.

Dans les années 1980, les rues avaient été réaménagées pour les transports en commun (bus et tramway) principalement, mais aujourd’hui, la zone est à nouveau en cours de requalification. La zone est en chantier depuis aussi longtemps que je rédige mon blog. Le bus et le tramway ont obtenu une rue et une voie séparée (en partie partagée et dans un tunnel) et les pistes cyclables ont été redessinées plusieurs fois. Après les ultimes travaux, en avril 2021, les rues sont devenues principalement destinées aux déplacements actifs, à savoir la marche et le vélo. Certaines de ces rues sont des pistes cyclables, mais elles peuvent également être utilisées par les véhicules de livraison, car les magasins d’un centre commercial doivent être approvisionnés. Cependant, la zone est désormais principalement destinée aux personnes plutôt qu’aux machines.

La sortie du Leidseveertunnel vers 1962. Toute la zone a été conçue pour la voiture. Que ce soit en mouvement ou stationnée (à l’arrière-plan). C’était la situation jusqu’au début des années 1980. En 1977, alors que j’étais un jeune adolescent, j’y venais à vélo deux fois par semaine, pour aller de mon école au centre ville à une salle de sport de l’autre côté de la voie ferrée. Image tirée d’une vidéo des archives d’Utrecht.
C’est surtout après l’ouverture du tramway en décembre 1983 que la zone a pris un aspect différent. La route d’accès principal depuis Vredenburg au tunnel a été fermée et le trafic a été détourné via le Daalsetunnel. Seule la circulation automobile entre la gare et le tunnel était encore possible. Les travaux préliminaires pour la grande requalification étaient en cours en 2011, lorsque j’ai pris cette photo.
Dix ans plus tard, l’ancienne voie automobile a été transformée en voie réservée aux bus. La construction brute de décoffrage du passage souterrain sous les bâtiments qui doivent être érigés est déjà terminée. Il sera également utilisé pour le tramway lorsque les deux lignes existantes seront connectées, ce qui est maintenant prévu pour la mi-2022.
C’est le Smakkelaarskade renommé en 2021. Auparavant Smakkelaarsveld. La zone au premier plan sera à nouveau constituée d’eau. D’où le nouveau suffixe kade (quai) au lieu de veld (champ).
La même rue s’appelait Leidseweg lorsque cette photo a été prise en mai 1974. Elle montre bien le bâtiment Jugendstil (art nouveau) de la compagnie d’assurances De Utrecht, peu avant sa démolition. Vous pouvez voir deux chimères sur le toit, à gauche et à droite des lettres De Utrecht. Photo Utrechts Archief.
Une des deux chimères en 1974 et 2021. Les statues et de nombreux autres détails du bâtiment d’origine ont été préservés lors de sa démolition en 1974. À l’été 2020, les deux chimères ont été replacées sur le nouveau bâtiment qui a été achevé ici en 1978. Ce que vous voyez en 2020 n’est pas une reproduction, c’est exactement la même Chimère, qui est maintenant placée presque au même endroit qu’avant. De 1974 à 2020, elle a été conservée au Centraal Museum d’Utrecht.
Cette piste cyclable traverse une voie de bus, des voies de tramway et une route en 2012. J’avais filmé ici l’une de mes vidéos les plus vues en 2011. Cette vidéo a actuellement été vue bien plus de 1,6 million de fois.
En 2021, le carrefour a complètement changé. Il y a maintenant un viaduc pour les bus et à partir de l’année prochaine, les trams utiliseront également ce viaduc. La voie combinée tram/bus se trouvera à l’avenir sous un bâtiment à usage mixte qui va commencer à être édifié et qui devrait être terminé en 2024.

Le réaménagement des rues est maintenant terminé, mais il y a toute une zone entre elles qui va devenir un parc (à nouveau) avec trois bâtiments à usage mixte. La principale ligne de bus et le tramway passeront sous les nouveaux bâtiments et le parc. Cette partie de l’aménagement a déjà été édifiée, de sorte que les services de bus et de tramway pourront continuer pendant que le reste de la construction aura lieu.

En 2015, j’ai pris une vidéo depuis le dernier étage de l’immeuble de bureaux de la ville. À l’époque, l’océan de vélos était encore là. Le bâtiment avec le toit à double courbure était un parking à vélos temporaire. Tout ce parking à vélos a été retiré depuis septembre 2019, après l’ouverture du plus grand parking à vélos du monde à la gare.
Cette même zone centrale est vide en 2021. À l’emplacement de l’ancienne route bitumée, le canal finira par réapparaître. Le réaménagement a reçu le nom de Spark, abréviation de Smakkelaarspark.
Voici une vue du Spark tel qu’il pourrait être une fois les bâtiments et le parc en pente terminés, ce qui est maintenant prévu pour 2024. Les trams et les bus utilisent un tunnel sous les bâtiments et le parc. Ce tunnel est déjà en place, afin que les bus et les trams puissent rester en service pendant les travaux de construction. Photo Lingotto.
Mon portrait vidéo du Smakkelaarsveld d’Utrecht, en constante évolution.
Certaines rues sont enfin terminées !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :