Un retour d’expérience sur le Urban Arrow Family — par Genepedia

Depuis Vashon Island dans le nord ouest des États-Unis (État de Washington), Gen M continue d’explorer sur son blog l’univers du vélo-cargo. En tant que mère de trois enfants – voir « La famille s’agrandit : grossesse, nouveau-né et trois enfants à vélo » – elle est très attentive au caractère pratique de ces engins. Son retour d’expérience est particulièrement détaillé et instructif.
Voici la traduction de son billet publié le 12 octobre 2020 sous le titre « Urban Arrow Family review ». Avec son aimable autorisation.
En raison de la longueur du texte, j’ai ajouté des intertitres ; ainsi que les liens externes – sans affiliation aucune.

À la recherche d’un vélo-cargo

En 2017, lorsque nous avons commencé à nous intéresser aux vélos-cargos, la gamme Urban Arrow (UA) figurait en tête de ma liste de vélos à essayer. Malheureusement, je n’en ai jamais eu l’occasion. Si les vélos Riese & Müller n’étaient pas les plus faciles à trouver cette année-là, l’UA semblait relever du mirage. Bien qu’ils ont été distribués aux États-Unis bien avant les R&M, ils ne se diffusaient que lentement et nous ne trouvions pas de vélos de démonstration. Clever Cycles à Portland en avait quelques-uns en commande, mais ils étaient déjà vendus et nous n’avons pas pu arriver à temps à Portland pour en essayer un avant qu’ils ne rejoignent leur nouveau foyer. De plus, les modèles d’UA disponibles à l’époque n’avaient pas les caractéristiques que nous recherchions pour Seattle. La plupart étaient équipés de freins à tambour et d’un moteur moins puissant que celui du Packster. Finalement, nous avons abandonné l’idée d’essayer l’UA et nous avons opté pour le Packster. Deux ans et demi et plus de 7000 miles plus tard je n’ai aucun regret. Ce vélo-cargo nous a parfaitement convenu. Mais la famille Urban Arrow a continué de nous titiller.

Au cours des deux dernières années et demie, l’Urban Arrow a subi quelques changements. La distribution aux États-Unis s’est nettement améliorée et de plus en plus de magasins le proposent. La version haut de gamme est maintenant équipée de freins à disques hydrauliques au lieu de freins à tambour et du moteur Bosch Performance CX qui fournit suffisamment de couple à ce lourd vélo pour gravir les collines de Seattle. Il y a aussi maintenant une option de double batterie et une option de transmission par courroie. Tout cela en fait un vélo solide, prêt à affronter le relief de Seattle.

L’année dernière, l’Urban Arrow a été présenté à G&O et j’ai enfin pu en voir un, grâce à un petit test au salon Bike and Outdoor de Seattle. J’ai été impressionnée, mais j’avais des réserves sur la position de conduite et sur la façon dont le vélo se comporterait à l’extérieur du béton lisse et plat de l’espace d’exposition. Mais maintenant que nous vivons sur Vashon Island, je n’ai plus l’occasion de passer chez G&O pour des essais. De plus, je voulais vraiment pouvoir donner une chance au vélo, plutôt que de me contenter d’un tour rapide. Je n’aime pas faire des critiques sur des vélos que je n’ai pratiqués que quelques minutes et j’ai pensé que l’Urban Arrow méritait une critique complète.

L’UA est magnifique en noir, mais comme pour le Packster, j’aimerais une déclinaison de couleurs.

Entre-temps, le Load 75 a commencé à se frayer un chemin jusqu’aux magasins et a conquis des clients. Le marché du vélo-cargo s’était complexifié !

Le temps de l’essai

À l’époque où j’ai acheté mon Packster 80, il n’y avait vraiment que deux options pour acheter un vélo-cargo à assistance électrique avec moteur pédalier adapté aux terrains accidentés : le Packster et le Bullitt STePS. Le Packster a battu le Bullitt sur deux points cruciaux : 1) le moteur Bosch CX avec lequel il était disponible avait un couple plus élevé, et donc une meilleure capacité en montée que le moteur e6000 qui était la seule option pour le Bullitt à l’époque, et 2) vous pouviez l’acheter avec un espace de chargement pour un ou deux enfants (Packster 60) ou jusqu’à quatre enfants (Packster 80) sans avoir besoin de recourir à une caisse personnalisée coûteuse beaucoup plus large que le guidon. Bien que j’aie testé de nombreuses autres vélos-cargos, la Packster a été mon favori dès le départ grâce à ces caractéristiques (et quelques autres).

Avec l’arrivée du Load 75 et de l’Urban Arrow sur le marché américain, il y avait maintenant deux autres vélos qui pouvaient raisonnablement rivaliser pour le titre de meilleur cargo à assistance électrique pour les familles de plus de deux enfants. Comme l’un des grands avantages d’un vélo-cargo est la possibilité de transporter des enfants en bas âge, j’ai à nouveau souhaité avoir la chance de pouvoir comparer l’Urban Arrow et le Load 75 à mon Packster à la naissance de mon troisième enfant en mai 2019. À l’automne, j’en ai donc parlé avec les gens de G&O et j’ai décidé de passer une semaine avec l’Urban Arrow lors des vacances d’hiver pendant la fermeture du magasin.

Même si l’hiver n’est peut-être pas le moment où la plupart des gens sont les plus enthousiastes à l’idée de monter sur un vélo, j’étais impatiente d’avoir l’UA au beau milieu d’un temps humide et froid. C’est là qu’un bakfiets fait ses preuves, et l’UA semble particulièrement bien équipée pour y faire face, avec une large gamme d’accessoires spécialement conçus pour transporter les enfants de tous âges par tous les temps.

J’ai demandé que le vélo soit équipé d’adaptateurs Maxi Cosi, d’une banquette et d’une capote de pluie (canopy). J’aurais aimé avoir le porte-bagages arrière, mais le vélo de démonstration n’en avait pas encore et j’ai utilisé suffisamment de porte-bagages pour imaginer facilement ce que serait le vélo s’il en avait un. Cela m’a donné une configuration comparable à celle que j’ai utilisée sur mon Packster, et qui pouvait s’adapter à l’utilisation du vélo avec les trois enfants à bord.

Urban Arrow (à gauche) avec une banquette et un Maxi Cosi. Packster 80 (à droite) avec siège pour bébé Melia et deux sièges pour enfants. Crédit photo : Woody Peterson

Comme d’habitude, mes enfants étaient très excités d’essayer le nouveau vélo. Au cours de la semaine où nous l’avons eu, nous avons parcouru environ 80 miles (130 km) sur le vélo, nous avons reçu des commentaires de plusieurs amis cyclistes, nous avons fait une sortie supermarché (avec deux enfants), nous avons reçu beaucoup de photos de comparaison entre le Packster et l’UA (ainsi que d’un Metrofiets et d’un Load 60 pour faire bonne mesure), et nous avons trouvé un ami exceptionnellement grand pour faire un tour sur les deux vélos à des fins de comparaison.

De gauche à droite : Load 60, Urban Arrow Family, Packster 80, Metrofiets. Les 3 vélos de droite sont conçus pour transporter 3 enfants et plus, dont un bébé. Le Load 60 est configuré pour transporter 2 petits enfants pouvant s’asseoir sur une banquette. Crédit photo : Woody Peterson
Costco en vélo-cargo ! Nous avons transporté 2 enfants dans l’UA et la plupart des achats dans le Packster. Ce voyage a été l’occasion de voir comment l’UA a suivi le Packster dans les collines (ils suivent complètement le rythme) et quelle autonomie le Packster a perdu en 7000 miles de route (pas beaucoup !).
Et oui, notre Costco le plus proche dispose de BEAUCOUP de places de parking pour les vélos, mais il ne peut en fait n’en accueillir qu’une poignée en raison du mauvais emplacement et du mauvais choix d’attache-vélo.

Ressenti et analyse

Dans l’ensemble, mes enfants ont beaucoup aimé le vélo. Et même si j’aime mon Packster et que j’ai adoré notre Load 60, l’UA m’a tout autant impressionné, à d’autres égards. Il y a beaucoup de choses que j’ai vraiment aimées sur le cargo, mais si je devais choisir ma préférée, ce serait la façon dont le cargo se comporte au sol quand je le charge. Le Packster est une bête maladroite quand il s’agit de le manœuvrer à pied. C’est encore plus vrai quand vous ajoutez quelques enfants dans la caisse. Je pense que je suis moins sensible à cela que la plupart des gens parce que j’utilise le Packster depuis longtemps, mais j’ai quand même été impressionné de voir à quel point l’UA était meilleur sur ce point. Conduire à la main l’UA et essayer de le manœuvrer à côté d’un arceau-vélos est beaucoup plus facile que je ne le pensais. Je m’attendais en fait à ce que l’UA soit pire que le Packster parce que les enfants sont assis plus haut, mais en dépit de son poids plus élevé, il est très stable et compact quand on s’affaire autour.

Le deuxième aspect que j’apprécie particulièrement c’est la large gamme d’accessoires disponibles sur le marché pour faire face à toutes sortes de situations de transport d’enfants. Je ne pense pas qu’il y ait un autre bakfiets sur le marché qui propose la même gamme d’accessoires spécialement conçus pour cela. En comparaison, avec le Packster, le Load ou le Bullitt, vous devez être un bon bricoleur ou disposer d’un magasin de vélos en mesure de fabriquer ses propres accessoires (ou qui travaille avec quelqu’un qui le peut) afin de gérer la même gamme de situations.

En même temps, l’UA m’a un peu déçu sur d’autres points. L’un des principaux arguments de vente de l’UA est que la position de conduite est censée vous permettre de poser les pieds au sol tout en ayant une bonne extension des jambes une fois en selle, ce qui supprime la nécessité de sauter de selle à chaque arrêt pour garder le vélo stable. Il est vrai que lorsque j’ai réglé la hauteur du siège pour avoir l’extension des jambes que je voulais, j’ai pu poser une partie de mes pieds sur le sol, mais uniquement les orteils, pas assez pour me sentir en sécurité en restant en selle à l’arrêt avec un vélo bien chargé. Pour que mes pieds touchent complètement le sol tout en restant en selle, je devais la positionner au niveau le plus bas possible. En comparaison avec les autres bakfiets sur lesquels j’ai passé du temps (Packster, Load, Metrofiets, Bullitt), l’UA offre plus de capacité à poser les pieds, mais pas suffisamment pour faire une différence dans la façon dont le vélo se comporte sur ce point. Je ne me sentais toujours pas à l’aise à moins de descendre de selle lors des arrêts, et la configuration générale du vélo rendait la chose plus gênante que sur le Packster.

Position des pieds à l’arrêt si je reste en selle sur l’Urban Arrow (hauteur de la selle réglée pour permettre une extension complète des jambes pendant le pédalage). Certainement PAS les pieds bien à plat sur le sol.
Même chose sur le Packster 80. Difficile à voir sur cette photo, mais je touche moins le sol que sur l’UA. Je ne peux pas non plus mettre suffisamment pied à terre pour me sentir en confiance à l’arrêt sans descendre de selle.

De même, je n’ai pas été très impressionné par la polyvalence du cargo en fonction de la taille de l’utilisateur. À 5’6″ (168 cm), je suis de taille moyenne et je me suis senti à l’aise. Tout comme mon frère qui mesure 6′ (183 cm). Mais en regardant à quelle hauteur j’ai dû descendre la selle pour que mes pieds touchent entièrement le sol, je pense que beaucoup de personnes de petite taille vont être déçues de la hauteur minimale de la selle sur l’UA (s’ils espèrent ne pas avoir à descendre de selle à l’arrêt). J’ai oublié de mesurer spécifiquement, mais il semble que la hauteur soit inférieure de 2″ au minimum que le Packster peut atteindre. Une amélioration, certes, mais pas autant que ce à quoi je m’attendais et pas assez basse pour que beaucoup de gens de petite taille puissent mettre les pieds à terre. À l’autre extrémité du réglage en hauteur, nous avons également mis en selle le compagnon d’un ami de 6’5″ (195 cm) sur l’UA et le Packster et avons constaté que l’UA est apparu comiquement trop petit pour lui réglé ainsi au plus haut. Le Packster, en comparaison, était très confortable pour lui. L’UA sera un meilleur choix pour les cyclistes de petite taille, mais il ne leur offrira peut-être pas une position de conduite confortable à l’arrêt, et le Packster est certainement le meilleur choix pour ceux qui sont très grands. Il est possible d’améliorer son fonctionnement pour un cycliste de grande taille en modifiant la tige de selle ou la potence, mais ces modifications le rendront probablement aussi moins confortable pour les petits cyclistes, ce qui pourrait poser un problème en cas de grande différence de taille entre plusieurs utilisateurs du cargo.

J’ai aussi eu une relation contrariée à la capote de pluie. C’est un très bon produit. Elle est assez spacieuse : je n’ai pas eu de problème pour y placer mes enfants de 4 ans et demi et de 6 ans et demi sur la banquette. La conception de base a beaucoup de points communs avec la capote Blaq que j’utilise et que j’adore sur mon Packster, mais avec moins de prise au vent. Elle est aussi un peu plus facile à plier et à ranger sur le vélo que la Blaq et sa conception est simple mais permet d’accéder à tous les objets importants. Elle est donc moins susceptible de rencontrer des problèmes comme des montants tordus ou des fermetures éclair cassées ou qui fuient qu’on rencontre sur des modèles plus complexes. Mais cela signifie aussi qu’elle ne possède pas certaines des caractéristiques que l’on trouve sur ces modèles plus complexes (comme un dos fermé) et que certains peuvent souhaiter. Mon premier gros ennui, c’est que je ne pouvais absolument pas voir le bébé à l’intérieur sans me baisser très bas. Sur le Packster, je peux la voir à tout moment sans avoir besoin de changer de position, donc c’était une grande déception. La seconde est que j’ai trouvé que la fixation à l’arrière de la caisse était difficile et délicat au point que j’ai fini par me tordre/casser les ongles plus d’une fois en essayant de la faire glisser. Bien que les connecteurs (maintenant remplacés par de nouvelles versions dont j’ai entendu dire qu’elles étaient beaucoup plus faciles) de l’auvent du Blaq puissent être parfois gênants, je ne me suis jamais blessé d’aucune manière en les utilisant. Dans l’ensemble, la capote de pluie UA est très bien conçue. Elle garde les enfants au sec sans vous empêcher de leur parler, elle laisse beaucoup d’espace pour les enfants sur la banquette arrière (le passager de la banquette avant devra cependant être de petite taille), et – le plus important – elle garde les enfants au sec. Certains se plaindront qu’elle a un grosse prise au vent, mais d’après mon expérience, elle est moins sujette à cela que d’autres capotes et, en fin de compte, il faudra toujours faire un compromis entre les configurations compactes qui sont plus aérodynamiques mais qui ne permettent pas de transporter des enfants de plus de 3 ou 4 ans et les configurations plus grandes qui ont une prise au vent mais qui permettent de transporter des passagers jusqu’à une bonne taille (petit adulte). Je pense que la capote de l’UA offre un bon compromis, d’autant plus que ce vélo-cargo se concentre sur le transport d’enfants, et pas seulement pour les 4 ans et plus.

Le pour et le contre en détail

Voilà pour l’approche globale. Intéressons-nous maintenant aux petits détails avant que je livre mon impression générale et donne mon sentiment sur les personnes auxquelles l’Urban Arrow conviendrait le mieux.

Les bons points :

  • Des tonnes d’accessoires
  • Vélo relativement compact pour la taille de la caisse et la capacité de chargement
  • Position de conduite verticale avec possibilité de poser (une partie) des pieds sur le sol lorsqu’on est en selle
  • Manipulation à basse vitesse/au sol
  • Béquille très solide avec plusieurs positions
  • Une grande capote de pluie
  • Le porte-bagages arrière peut accueillir un siège Yepp, limite de 25 kg
  • Semble un peu plus lent que le Packster, mais un trajet côte à côte suggère qu’il ne l’est pas
  • Un fond ouvert signifie un nettoyage facile, une fixation facile des accessoires sans percer de trous

Les mauvais points :

  • On ne voit pas le bébé à travers la capote de pluie (canopy)
  • La caisse est difficile d’accès pour les enfants (surtout quand on utilise un Maxi Cosi à l’avant)
  • La caisse est moins polyvalente pour le transport d’autres types de chargement que les caisses de la plupart des vélos-cargos
  • Le polypropylène expansé peut être cassé et déchiré par les enfants/chutes/etc
  • Le polypropylène expansé occupe une grande partie de l’espace de la caisse
  • Le fond ouvert rend l’espace à l’intérieur de la boîte moins chaud, permet à l’eau de pénétrer
  • Le fond métallique est sonore, plus facile à rayer, d’où le besoin d’un tapis de sol
  • La position de conduite n’est pas aussi puissante sur les grandes montées, ce qui peut donner l’impression de faire beaucoup d’effort pour avancer très lentement
  • La conception du porte-bagages arrière est un cran en dessous (pour un vélo dont vous ne pouvez pas choisir le porte-bagages)
  • Pas terrible pour les personnes de très grande taille (et quelques limitations pour mettre les pieds au sol pour les personnes plus petites)

Pour résumer :

De tous les vélos-cargos que j’ai utilisés, l’UA est sans aucun doute l’un de mes préférés. Il n’est pas aussi souple qu’un Load, aussi polyvalent que le Packster, ou aussi sportif que la Bullitt. Mais dans le domaine du transport d’enfants, il est difficile à battre. Si vous avez franchi le pas de passer des monospaces aux vélos-cargos, l’Urban Arrow Family est probablement le vélo qu’il vous faut. Si vous voulez des solutions toutes prêtes à tous vos problèmes de vélo en famille, l’UA répond présent. Si vous êtes un cycliste de petite taille et surtout si la manipulation du vélo au sol (comme lors du stationnement ou lorsque vous devez le conduire à la main) a tendance à vous inquiéter, l’UA vaut la peine d’être examiné sérieusement. C’est également un bon choix pour les enfants assez grands, car la banquette laisse beaucoup de place pour leurs jambes dans la caisse, et la capote de pluie est assez spacieuse (au moins au niveau de la banquette). L’UA est également très apprécié par ceux qui adoptent une position redressée et un style de conduite décontracté. Quelle que soit votre vitesse (et j’ai atteint des vitesses assez impressionnantes dans les descentes), vous ne vous sentirez pas sportif sur ce vélo. Mais je ne me suis jamais senti aussi néerlandaise sur aucun autre bakfiets. L’UA serait certainement mon meilleur choix pour transporter deux enfants et un bébé dans un Maxi Cosi en raison de sa facilité d’installation et de l’espace qu’il laisse pour les enfants plus âgés dans cette configuration.

Mon grand sac à langer caché sous le Maxi Cosi dans l’espace réservé aux pieds de l’UA, avec beaucoup de place pour les jambes des enfants assis sur la banquette.

Dans la famille des vélos-cargos je voudrais…

Alors, quel vélo choisir ? Bien entendu, si vous ne transportez pas d’enfants, ce n’est probablement pas le vélo cargo qu’il vous faut. Si vous transportez des marchandises très lourdes ou très volumineuses, UA propose d’autres solutions plus judicieuses. Si vous voulez un vélo cargo plus court à l’avant pour les petites charges, le UA Shorty vaut le coup d’œil. Si vous cherchez à transporter des chiens, j’envisagerai d’autres marques. Si vous aimez bricoler, le Packster ou le Bullitt seront plus à votre goût. Vous cherchez à pouvoir transporter presque tout, tout en ayant une installation pour enfant assez facile et confortable, prête en quelques secondes ? Le Packster 80. Vous cherchez un vélo sportif pour un enfant ou un chien et une base de chargement flexible et vous n’êtes pas trop petit ? Le Bullitt. Vous cherchez un moyen de transport souple pour cette rue pavée que vous empruntez pour aller travailler ou pour couper par un chemin de gravier en allant chercher les enfants à l’école ? Le Load. Ce sont toutes des situations où les défauts de l’UA, c’est-à-dire le manque de flexibilité pour transporter autre chose que des enfants, le manque de suspension, entrent en jeu. Il y a beaucoup de gens qui cherchent une solution facile pour transporter les enfants, et pour eux, l’Urban Arrow devrait figurer sur la liste des solutions les plus intéressantes.

Il est important de préciser que je ne parle dans ce billet que des options haut de gamme pour le transport de 3 enfants (et plus). C’est pour deux grandes raisons. La première est la combinaison relief pentu + beaucoup de charges + de nombreux kilomètres que je fais subir à mes vélos. Cette combinaison signifie que j’ai besoin de vélos dont les composants peuvent tenir la distance tout en subissant un stress assez important. La seconde est que je n’ai pas le temps ni la disposition nécessaires pour pouvoir faire face à des réglages ou à des temps d’arrêt avec n’importe lequel des composants, mais surtout avec le système d’assistance, ce qui signifie que j’ai tendance à opter pour des systèmes d’assistance intégrés avec un bon SAV et peu de risques de pannes. Il existe des options moins chères avec divers compromis, comme du côté du triporteur Bunch Bikes et du biporteur Madsen qui offrent des options d’assistance électrique et une grande capacité de chargement à un prix inférieur. Ce n’est pas la bonne option pour moi mais pour les familles qui ont besoin d’un prix d’entrée plus bas, ce pourrait être le bon choix.

Les trois enfants installés dans l’UA. Une chose à noter est que les deux enfants plus âgés ont eu tendance à avoir besoin d’aide pour monter et descendre du vélo en raison de la hauteur des rebords de la caisse. Certes, aucun de mes grands enfants n’est un grimpeur expérimenté, mais tous deux peuvent généralement monter et descendre eux-mêmes de la caisse du Packster et ça me convient bien. J’ai donc trouvé agaçant de devoir les aider avec l’UA tout en jonglant avec les affaires et Baby J.

Vous souhaitez savoir comment le Load 75 peut servir de vélo cargo pour les familles nombreuses ? Restez branchés. Nous avons récemment acquis un Load 75 2019 d’occasion et même si ce sera finalement le vélo de T, j’en suis la principale usagère depuis un mois en attendant de remplacer un frein cassé sur le Packster. J’ai déjà beaucoup cogité sur le sujet, mais ce sera pour un autre billet.

Post-scriptum

Note : rédiger et publier ce billet m’a pris beaucoup de temps (merci le Covid !) et il y a eu deux grandes nouveautés pendant ce temps :

La première est que UA a sorti une nouvelle capote, la Rain Canopy Plus, qui ajoute quelques caractéristiques et augmente l’espace pour les passagers à l’avant de la caisse. Ce sera une grande bénédiction pour ceux qui veulent avoir des enfants plus âgés sur la banquette avant et pour ceux qui aiment avoir une capote plus riche en fonctionnalités. Je n’ai pas pu la voir en personne, mais il semble peu probable que cela résolve mon problème de ne pas pouvoir bien voir le bébé au travers de la capote.

La seconde est que R&M a abandonné le Packster 60 et le Packster 80, pour les remplacer par le Packster 70, qui est un vélo-cargo presque complètement différent ! Il passe d’un bras de direction à une direction à câble, ce qui raccourcit considérablement le cargo et réduit considérablement le rayon de braquage. Il passe également à une caisse polypropylène expansé très similaire à celle de l’UA et revendique une capacité de 3 enfants. En tant que propriétaire d’un Packster 80, je suis honnêtement assez réservée sur ce vélo cargo. La caisse est plus petite et plus courte, ce qui réduit ce que j’aime le plus sur ce vélo. Il a perdu presque toute la flexibilité que je trouve si utile pour faire du Packster 80 une authentique alternative à la voiture dans notre cas. Je pense que ce sera un vélo cool, mais il remplit un créneau vraiment différent (beaucoup plus proche de celui de l’UA) que le Packster 80. Je vais suivre attentivement la façon dont ces changements substantiels vont modifier le marché du Packster.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Sébastien dit :

    Marrant (ou pas) qu’il n’y ait quasiment que des vélos cargos à assistance électrique. Même les vendeurs délaissent le classique et tentent de nous vendre un électrique malgré le fait qu’on s’oriente vers du musculaire. .

    • L’auteure du billet évolue dans un environnement particulièrement vallonné semble-t-il. Je la cite : « une pente à 10 % est une pente relativement douce par chez moi ».

    • Gilles dit :

      S’il y a bien un type de vélos qui justifient l’assistance électrique, ce sont les cargos, dont la plupart sont nettement plus lourds que des velos normaux (et certains pensez même beaucoup trop lourds tout court !) le Bullitt reste à ma connaissance le plus léger des cargos (du moins sans caisses rapportées) ce qui permet de l’utiliser sans assistance plus facilement. Moi j’ai un Load 60, je joue avec les niveaux d’assistance autant qu’avec les vitesses, et je peux aussi rouler avec sans assistance, mais dans une côte ou en redémarrage chargé, je souhaite bien du plaisir à mes mollets (et ce n’est pas le plus lourd des cargos ; seulement 36 kg à vide).
      Par contre je trouve intéressante la nouvelle tendance des constructeurs à sortir des VTT ou vélos urbains beaucoup plus légers (de l’ordre de 15kg contre environ 22 à 25kg en moyenne pour un VAE actuellement, avec une assistance moins forte mais qui se rapprochent des vélos musculaires en pédalage sans assistance, tout en permettant le coup de pouce nécessaire si besoin. Le Specialized Turbo Vado SL est assez intéressant dans ce concept là. Dans cette tendance comme pour les VAE en géneral, la principale attention à avoir sous cet angle de vue concerne selon moi les résistances du système moteur une fois l’assistance coupée. Ayant aussi un Specialized Turbo Vado 5, j’ai découvert que les moteurs Brose n’ont pas ce problème et sont supérieurs aux Bosch à ce niveau (mon Load a un Bosch Speed d’ancienne génération, avec moins de couple aussi que le Brose… Je ne sais pas si les nouveaux Bosch sont améliorés à ce niveau, mais je ne peux pas passer aux moteurs nouvelle génération, sauf à changer de vélo – encore un des miracles de l’industrialisation…).

  2. L’aspect stockage / rangement n’est pas abordé alors que c’est un sacré frein à l’acquisition je pense.

    Ça fait quand même sacrément rêver un joujou pareil.

    • Je m’avance peut-être un peu mais du côté de Seattle, le gros pavillon avec double garage doit être peu ou prou la norme dès qu’on sort du centre ville.

      Mais c’est sûr qu’en France c’est un vrai sujet.

  3. Vincent dit :

    Merci pour la traduction.

    Deux suggestions :
    « excitée » « enthousiaste »
    « 80 miles » « 130 kilomètres »

    • Suggestions retenues ! 🙂

      J’ai mis la distance en km entre parenthèses (comme ce qu’elle a fait pour les tailles).
      J’ai remplacé « excitée » – qui n’est pas si impropre que ça dans le contexte – par « impatiente », pour éviter la répétition de l’adjectif « enthousiaste » présent dans la proposition précédente.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :