À vélo vers la pointe de Courpain (réserve naturelle de Saint-Mesmin)

Pendant le confinement, Mark Wagenbuur nous a fait bicher avec ses sorties du mercredi dans des espaces naturels aux Pays-Bas1. On ne va pas revenir sur le fait que le gouvernement français a poussé l’autoritarisme et l’absurdité jusqu’à traquer des promeneurs solitaires dans des coins reculés de notre beau pays2, cet épisode est derrière nous et c’est heureux. Peut-être savez-vous qu’il est aussi possible à Orléans de pédaler au sein d’une réserve naturelle. À l’occasion d’un reportage sur le site de la Grande Pièce que défend avec beaucoup d’opiniâtreté un collectif citoyen – L’affaire du terrain de BMX, avril 2018 – j’avais un peu circulé rive droite dans le périmètre de la réserve naturelle nationale de Saint-Mesmin. Mais c’est rive gauche que ce coin de nature préservé a le plus à offrir. Direction la pointe de Courpain, située à la confluence du Loiret et de la Loire.

Situation

Depuis la tête sud du pont de l’Europe, rejoindre l’extrémité de la pointe de Courpain représente environ 7 km. C’est donc un trajet tout à fait envisageable avec des enfants. Le début du parcours présenté sur la carte emprunte l’itinéraire officiel de La Loire à vélo (qui passe d’ailleurs par la partie en pointillés, une variante possible – que j’ai prise au retour).

Voir en plein écran

Ce n’est pas un coin secret pour happy few. Cette idée de sortie figure en bonne place sur les sites de Loiret balades et d’Orléans métropole tourisme. Aux beaux jours, l’endroit est bien fréquenté. À tel point que côté sud, des barrières ont dû être installées en 2018 pour empêcher les automobilistes de troubler la quiétude des lieux de juin à fin août3. Côté nord, atteindre l’extrémité de la pointe de Courpain se mérite car même si un (petit) parking existe à l’entrée de la réserve, il faut encore parcourir plus de 2,5 km de sentier forestier.

Quelques centaines de mètres avant la pointe est aménagé un parking vélos. Mais il est tout à fait possible de continuer à pédaler en se méfiant des racines et de quelques dévers.

Environnement

Citons La République du Centre qui publiait en 2016 un diaporama automnal pour le dixième anniversaire de la création de la réserve4 :

263 hectares situés à cheval sur cinq communes : Saint-Pryvé-Saint-Mesmin, Mareau-aux-Prés, La Chapelle-Saint-Mesmin, Chaingy et Saint-Ay, la réserve naturelle de Saint-Mesmin est un concentré de nature ligérienne. Elle a été instituée par un décret ministériel du 14 décembre 2006.

Sa particularité, qui justifie sa protection, est de rassembler tous les habitats naturels de la Loire : le sable, la forêt alluviale (voir vidéo ci-dessous), l’hydrogéologie de Courpain (où se rejoignent le Loiret et la Loire). 

La réserve est un lieu unique qui compte, selon les inventaires menés régulièrement, 241 espèces d’oiseaux, 368 champignons, 630 plantes, 205 arachnides, 437 coléoptères, 36 espèces de poissons, 36 de mammifères, 6 d’amphibiens…

En selle !

Ce jour là une surprise naturelle attendait les promeneurs quelques hectomètres avant la pointe… à l’aller et au retour.

Dans la vidéo qui suit, j’ai mis bout à bout quelques séquences avec dans l’ordre d’apparition :

  • La piste cyclable de la rue Gaston Deffié. On pourrait la qualifier de « copenhagoise » si ce n’était pas un trottoir avec les défauts inhérents (étroitesse, bateaux et angles).
  • La rue des Hautes Levées qui passe sous le pont de l’A71.
  • Une surprise sur le sentier en forêt.

Et au retour :

  • Le sentier dans la forêt avec un aperçu de ce que donnent les croisements avec d’autres usagers. L’environnement verdoyant adoucit les mœurs et tout le monde est courtois avec son prochain : en règle générale, les piétons s’arrêtent pour laisser passer les cyclistes lorsque le sentier est trop étroit pour se croiser.
  • À nouveau la rue des Hautes Levées bien fréquentée.

Parmi les visiteurs du jour :

Le tronc couché fait un parfait appui-vélo.

La République du Centre a rappelé « Les trois choses à ne pas faire sur la pointe de Courpain » (juillet 2018) :

  1. Ton chien, tu ne promèneras pas
  2. Le bois mort, tu ne ramasseras pas
  3. Un feu de camp, tu n’allumeras pas

Le point 1 est probablement le moins respecté. Au vu des restes d’un foyer sur la berge, le point 3 ne l’est pas complètement.
Dans les tous cas faire du vélo n’est pas interdit, alors continuons d’en profiter !

Notes

  1. Voir Pédaler dans la réserve naturelle du Maashorst (Brabant-Septentrional), Parcourir à vélo la réserve naturelle de Kampina (Brabant-Septentrional) et Pédaler dans le « Sahara néerlandais ».
  2. « Priver les Français de nature, la société de contrôle jusqu’à l’absurde », Reporterre, 14 mai 2020. Voir aussi, pour le lieu qui nous intéresse, « N’allez pas vous promener au bord de l’eau à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin ! », La République du Centre, 24 avril 2020.
  3. « Voitures interdites à la pointe de Courpain, à Mareau-aux-Prés », La République du Centre, 9 juin 2020.
  4. « La réserve naturelle de Saint-Mesmin a dix ans », La République du Centre, 15 novembre 2016.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. janpeire dit :

    Un très beau classique du dégourdissage de jambes, sauf que à la sortie du pont de l’Europe, il faut fuir le trottoir Deffié (étroitesse, angles des places de stationnement, ressauts, manque d’entretien, dos-d’ânes, sortie et prolongement vers l’itinéraire de la Loire à vélo…) pour privilégier la rue des Htes Levées.

  2. REGIS REGUIGNE dit :

    Les amis ; n’oubliez pas de « ne pas oublier » vos déchets de pique-nique sur place. Vous les rapporterez jusqu’aux poubelles les moins loin, ou chez vous ; OK ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :