Le gigantesque parking à vélos d’Utrecht enfin achevé

Mark Wagenbuur était aux premières loges de l’inauguration d’une infrastructure cyclable néerlandaise qui va encore faire bicher les vélotafeurs du monde entier. Voici la traduction de son reportage publié le 20 août 2019 sous le titre « Finally fully open: Utrecht’s huge bicycle parking garage » sur Bicycle Dutch.

Le plus grand parking à vélos du monde, à Utrecht, est désormais pleinement fonctionnel. Depuis lundi 19 août, ce garage situé à la gare centrale de la ville offre 12500 places de stationnement aux cyclistes. Une partie de l’installation était déjà en fonctionnement depuis deux ans, mais une dernière tranche de 5000 places vient d’être ouverte. L’inauguration du parking ainsi achevé a été conduite par la secrétaire d’État à l’infrastructure Stientje van Veldhoven, qui plaisante parfois en se qualifiant de « ministre des vélos », conjointement avec deux directeurs des deux compagnies ferroviaires et le maire adjoint d’Utrecht chargé notamment du réaménagement de la gare. Ces quatre personnes représentaient les quatre financeurs du projet.

Ces quatre personnes ont procédé à l’inauguration du garage. De gauche à droite : Ans Rietstra (directeur de projet chez ProRail), Stientje van Veldhoven (secrétaire d’État à l’infrastructure et à la gestion de l’eau), Victor Everhardt (maire adjoint délégué à la gare d’Utrecht) et Roger van Boxtel (président-directeur de NS).

Tout dans ce Stationsstalling (« parking de la gare ») est impressionnant. Le chiffre faramineux de 12500 emplacements de stationnement, un temps de construction de près de 5 ans, un coût supérieur à 30 millions d’euros. Cet aménagement fait partie intégrante de la nouvelle gare d’Utrecht. Si sa construction a duré aussi longtemps c’est qu’il a fallu tenir compte des contraintes d’exploitation de la gare toujours restée ouverte. Les travaux se sont donc déroulés par phases. La première tranche du nouveau parking a été ouverte en août 2017. Il disposait alors d’une capacité de 6000 places. En octobre 2017, se sont ajoutées 1500 nouveaux emplacements, portant le total à 7500. On annonçait, et espérait, une fin des travaux de la dernière tranche pour fin 2018 mais c’était trop optimiste. Avec un retard sur le planning de 8 mois, le parking est désormais achevé, ce qui fait déjà l’objet d’une couverture médiatique nationale et internationale.

A quelques endroits on peut apercevoir les trois niveaux du garage. C’est par là aussi que pénètre la lumière du jour. Les cheminements en gris sont destinés aux piétons et clairement distincts des cheminements en rouge pour les cyclistes.
Depuis le sous-sol, en levant les yeux, on peut apercevoir des personnes circulant à vélo aux niveaux supérieurs.

Ce parking est très différent de l’ancien détenteur du titre de plus grand parking à vélos du monde. Ce complexe japonais de la gare Kasai de Tokyo, ouvert en 2008, a une capacité de 9400 places. Dans un sous-sol situé 15 m sous la gare, 50 ascenseurs-automates se chargent de stocker les vélos dans de profonds silos inaccessibles aux usagers. Le complexe néerlandais n’est pas basé sur un système automatique aussi sophistiqué qui peut être sujet à dysfonctionnement. On peut entrer et circuler à vélo dans le parking de la gare d’Utrecht en toute simplicité. Il est si vaste (350 m de long) qu’il a été conçu en ce sens. On peut aussi le traverser pour continuer sa route. Le premier niveau, au rez-de-chaussée, est pensé comme un raccourci. Cela prend une minute de le traverser. Après l’entrée, on choisit un des trois niveaux pour stationner son vélo. Ces niveaux sont accessible via des rampes. Des panneaux indiquent en temps réel les places disponibles aux différents niveaux. Les deux premières années d’utilisation ont montré que les usagers ont pris des habitudes. Le niveau – 1, au sous-sol, est le plus souvent utilisé par les personnes qui doivent prendre le train. Il faut dire que ce niveau donne accès directement aux quais via un tunnel. Les personnes qui travaillent dans le quartier ou qui se rendent au centre commercial choisissent le niveau + 1. Depuis celui-ci quelques marches d’escalier seulement permettent d’atteindre le jardin suspendu. Le niveau du rez-de-chaussée est réservé aux abonnés. Carte des lieux (PDF 1.9Mb).

Jadis, le bâtiment abritant le parking à vélo de la gare d’Utrecht ressemblait à ça. Ce bâtiment temporaire en bois et peint en bleu était l’œuvre de l’architecte local Gerrit Rietveld en 1955. Cette photo date de 1967. A cette époque, il y avait un total de 4800 places réparties dans 4 bâtiments. Quand la gare a été reconstruite dans les années 70, ces bâtiments ont été démolis. Celui-ci a disparu en 1972.

Ce parking a été conçu par Ector Hoogstad Architects à l’occasion d’un concours en 2011. Il fait partie intégrante de la nouvelle gare. C’est dû à une lente évolution dans la façon dont les Pays-Bas ont pris en compte les besoins des cyclistes. Il y a quelques décennies, le parking à vélos était un bâtiment situé dans les environs de la gare et confié à la gestion de quelqu’un qui devait en tirer un revenu. Puis les villes et les compagnies ferroviaires ont repris la main et ont décidé de rapprocher ces installations de la gare. Ces parkings ont fini par être saturés (qu’on pense à Groningue par exemple). C’est à l’occasion de la reconstruction de nombreuses grandes gares que les parkings à vélo ont fini par être intégrés directement aux nouveaux bâtiments. C’est le cas à Arnhem et ici à Utrecht.

C’est là que j’ai stationné quotidiennement mon vélo de 1995 à 2012. Au sous-sol sous les quais 1 et 2. Ce garage était la propriété des chemins de fer. A cause du chantier de la nouvelle installation, ce garage a fermé en 2012.
Le même sous-sol fait désormais partie du nouveau parking. Le lieu appartient toujours aux chemins de fer à la différence des autres parties du complexe, propriété de la ville d’Utrecht. Les piliers supplémentaires soutiennent la nouvelle structure construite au-dessus. C’est désormais la zone dédiée aux vélos équipés de paniers et de sièges enfants, des vélos qui ne tiendraient pas dans les racks standards. C’est là aussi que sont stockés les 1000 vélos du système de location OV-Fiets.

Le plus grand parking à vélos du monde a coûté très cher. La ville d’Utrecht explique que son coût dépasse largement les 30 millions d’euros soit plus de 2400 € par emplacement vélo. Les travaux ont été financés par la compagnie ferroviaire ProRail (à hauteur d’environ 60 %), la ville d’Utrecht (20 %) et le ministère des transports (20 %). Nederlandse Spoorwegen (transport de passager) et l’Union européenne, via le programme CEF (Connecting Europe Facility), ont également contribué. En tout ces différentes entités ont déboursé plus de 50 millions d’euros dans l’aménagement, toujours en cours, des parkings à vélos de la nouvelle gare centrale d’Utrecht. Cette nouvelle installation est la propriété de la ville qui se charge de sa gestion. Un accord financier a été trouvé avec toutes les parties prenantes pour assurer la maintenance et la gestion quotidienne de l’ensemble. Celui-ci est ouvert 24h/24 7 jours sur 7 ce qui implique une équipé dédiée d’environ 40 personnes en incluant l’équipe qui s’occupe de l’atelier cycle pour petites réparations. L’ancien parking sous les quais 1 et 2 était la propriété des chemins de fer. Il est désormais intégré à l’ensemble. C’est désormais la zone dédiée aux vélos équipés de paniers et de sièges enfants et c’est là aussi que sont stockés les 1000 vélos du système de location OV-Fiets. Il reste la propriété des chemins de fer qui a conclu un accord avec la ville pour sa gestion.

Une plaque commémorative datée du 19 août 2019 renseigne sur les institutions ayant financé le « Stationspleinstalling » : le ministère de l’infrastructure et de la gestion de l’eau, la ville d’Utrecht, ProRail et Nederlandse Spoorwegen (deux compagnies de chemin de fer). Co-financement du programme européen Connecting Europe Facility (CEF).
Une scène malheureusement fréquente : quand le garage était plein, deux préposés en fermaient l’accès et orientaient les personnes qui se présentaient vers les autres parkings à vélo de la zone. Avec les 5000 nouvelles places ce cas de figure sera, on peut l’espérer, plus rare1.

La première partie du complexe a été intensivement utilisée pendant ces deux dernières années. Les lundis, mercredis et vendredis le taux d’occupation oscillait entre 80 et 90 %. Les mardis et jeudis le parking était souvent plein. Malgré cela, les usagers ont attribué la note moyenne de 8 (sur une échelle de 1 à 10) au site. Il y a encore des travaux aux entrées nord et sud du parking. La zone autour de l’entrée nord devrait être achevée courant 2020. L’entrée sud devrait rester en chantier jusqu’en 2021. Encore un peu de patience donc.

L’entrée nord semble opérationnelle vu d’ici. Mais tout est encore en travaux. Cette entrée, et ses alentours, devraient être achevés courant 2020.
Maintenant que l’entrée sud est ouverte, les deux pistes unidirectionnelles du complexe sont des itinéraires cyclables officiels, y compris pour les gens qui ne comptent pas venir y stationner leur monture. La ville va observer de près comment ça se passe. Il se pourrait qu’il soit difficile à l’heure de pointe le matin de tourner à gauche dans les corridors d’accès aux racks sur abonnement.

Si l’on prend en compte tous les parkings à vélos situés dans ou à proximité de la gare centrale d’Utrecht, on arrive à une capacité de 33000 places dont 22000 en accès libre et gratuit les premières 24h. C’est conforme aux objectifs que s’étaient fixés les promoteurs du projet. Cela risque toutefois de ne pas être suffisant dans un avenir proche. Rien que la semaine dernière, la croissance du nombre d’usagers du train s’est avérée être de 4,6 % au premier semestre 2019 alors que les prévisions tablaient sur une croissance de seulement 1,9 %. Étant donné que 53 % des navetteurs arrivent à la gare à vélo, les parkings actuels seront saturés dès 2025 ou même plus tôt. La ville travaille d’ores et déjà à de nouvelles solutions.

La vidéo de la semaine sur le plus parking à vélos du monde.

Notes

  1. C’est bien le cas comme l’a précisé Mark Wagenbuur sur Twitter (27 octobre 2019). Cette voie étant désormais une piste cyclable, elle ne peut de toute façon plus être fermée à la circulation. NdT

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. janpeire dit :

    Plus d’un jour après, je suis le prem’s à demander la même chose pour la mégalopopole d’Orléans. Avec de la volonté, encore, la gare de Fleury aurait été en mesure de recevoir une version adaptée d’un tel parc lors de la construction de la 1er ligne de tramway.

  1. 7 septembre 2019

    […] de bitume rouge. Les deux tiers des racks à vélo sont temporaires. A l’ouverture du plus grand parking à vélo du monde (au bout de la rue à droite sur la photo) ces racks seront enlevés. Le même parcours à […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :