Une base aérienne transformée en espace cyclable aux Pays-Bas

Peut-être qu’un jour la base de Bricy sera elle aussi rendue à la nature et deviendra cyclable. En attendant, celles et ceux qui y travaillent aimeraient certainement pouvoir s’y rendre à vélo de manière sûre et confortable… Mark Wagenbuur garde les roues sur terre mais nous fait un peu rêver quand même avec ce reportage.
Voici la traduction de « From air base runway to cycle path » publié le 29 septembre 2021 sur Bicycle Dutch.

Chaque fois que je montre une piste cyclable sur une ancienne voie de chemin de fer, il y a toujours des gens qui déplorent la disparition de la ligne. Dans ce cas-ci, c’est peut-être différent : Soesterberg dispose d’une piste cyclable sur une ancienne piste de base aérienne. La totalité de l’ancienne base aérienne militaire de Soesterberg, strictement fermée, est devenue une réserve naturelle publique largement ouverte (avec un musée de l’aviation militaire) après son rachat par la province d’Utrecht. Le nom de la base a été changé en parc de la base aérienne de Soesterberg (Park Vliegbasis Soesterberg).

L’ancienne piste d’atterrissage a été transformée en piste cyclable. Elle mesure 45 mètres de large et 3077 mètres de long.
Grâce aux multiples entrées et sorties, la piste cyclable peut même être utilisée pour des trajets utilitaires, mais la plupart des gens utilisent la zone pour le plaisir.

L’histoire de l’aviation dans la ville de Soesterberg, près d’Utrecht, a commencé vers 1910 lorsque deux concessionnaires automobiles ont obtenu l’autorisation de faire voler des avions depuis la lande. Ils ont organisé des spectacles aériens, des vols de plaisance au-dessus d’Utrecht et ont même construit leurs propres avions. La « lande volante » a attiré beaucoup d’attention au début, mais l’initiative a été de courte durée. Après quelques années seulement, en 1913, le gouvernement néerlandais a acquis le terrain d’aviation et ses bâtiments, principalement en bois, pour créer une « branche d’aviation de l’armée » qui allait devenir la Royal Netherlands Air Force (RNLAF).

Un spectacle aérien le 10 août 1911. Le bâtiment en bois à l’extrême gauche est la seule structure de cette époque qui existe encore. Photo N/B Utrechts Archief. Incrustation de ma propre prise de vue.
Le sergent-chef de l’armée de l’air américaine John A. Graham travaillant pour la branche de maintenance des munitions du 32e escadron de chasseurs tactiques, à vélo en décembre 1973. Photo : Institut néerlandais d’histoire militaire (NIMH)
En incrustation, quelques emblèmes du 32e TFS de la base aérienne de Soesterberg.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands ont occupé la base aérienne et l’ont modernisée en construisant trois pistes en dur, ainsi que des hangars et d’autres équipements. Cependant, tout a été complètement détruit en 1944. Après la guerre, il a fallu 6 ans pour reconstruire la base aérienne, mais la disposition des trois pistes a été conservée. La base est redevenue complètement opérationnelle en 1951. Des avions de chasse américains ont été stationnés à Soesterberg en 1954, dans le cadre d’accords de l’OTAN visant à protéger l’espace aérien des Pays-Bas et d’autres pays de l’OTAN en Europe occidentale. L’une des pistes a dû être allongée à l’arrivée des avions super soniques. Cette piste est devenue longue de 3 077 mètres et large de 45 mètres. Elle a été terminée le 8 août 1956. C’est cette piste qui est maintenant utilisée comme piste cyclable. (La troisième piste, la plus courte, a été fermée au début des années 1970 et la deuxième piste est encore partiellement utilisée aujourd’hui pour les planeurs).

En 1969, un membre des Wolfhounds du 32e escadron de chasseurs tactiques, stationné sur la base aérienne de Soesterberg, a dédié un film à son unité. D’après la voix off :

« Nous sommes stationnés sur une partie de la base aérienne de Soesterberg, le plus ancien terrain d’aviation militaire de la Royal Netherlands Air Force, créé en 1910. La partie américaine de la base a été baptisée New Amsterdam en l’honneur de la première colonie néerlandaise aux États-Unis, aujourd’hui connue sous le nom de New York. La base aérienne de Soesterberg joue un rôle essentiel dans le dispositif de défense aérienne de l’OTAN. Le 32e TFS de l’USAF opère sous l’unité de l’Armée de l’air royale néerlandaise de Soesterberg. Le 32e TFS est la seule unité de l’USAF qui opère sous commandement étranger. […] En fait, nous sommes une petite communauté américaine au sein de la communauté néerlandaise. Comme nous sommes sous commandement néerlandais, nous arborons fièrement les drapeaux néerlandais et américain devant le bâtiment de notre quartier général. »

Photo aérienne de la base avec deux pistes en mai 1975. On peut encore voir la troisième piste, la plus courte, qui reliait les deux autres, mais elle a été démantelée. Photo : Institut néerlandais d’histoire militaire (NIMH)
La vue de la tour de contrôle en 1980. Photo Military Airfield Directory.

Dans les années 1980, cette communauté américaine se composait d’environ 1 600 militaires, mais avec leurs familles, la population américaine totale de Soesterberg comptait environ 3 500 personnes. Ils avaient leur propre supermarché, avec des produits alimentaires américains détaxés, une chapelle, un théâtre, un bowling, des écoles et leur propre station de radio et chaîne de télévision. En 1987, le premier McDonald’s des Pays-Bas a ouvert ses portes à Soesterberg, afin que la population américaine se sente encore plus chez elle.

On aperçoit Utrecht au loin tandis qu’un chasseur atterrit sur la piste de la base aérienne de Soesterberg. Image tirée d’un documentaire de RTV Utrecht sur la base aérienne. À en juger par les bâtiments d’Utrecht, cette photo doit avoir été prise peu avant la fermeture de la base en 2008.
Les cartes occidentales ne montrent pas la base aérienne sur la lande au nord de Soesterberg.
Les cartes militaires russes montraient exactement l’emplacement de la base aérienne sur la lande au nord de Soesterberg. Cartes tirées d’un article paru dans AD. Il est intéressant de voir les noms néerlandais en caractères cyrilliques.

Ayant grandi à Utrecht, à seulement 14 kilomètres de la base, à l’époque de la guerre froide, je me souviens des avions de chasse qui survolaient notre maison. Je n’ai jamais vraiment su où se trouvait exactement la base aérienne, même si je sais maintenant que je passais souvent devant elle sur une route toute proche. La base était cachée dans la forêt et ne figurait sur aucune carte occidentale. Bien sûr, les cartes militaires russes indiquaient l’emplacement exact de la base. Ce n’était absolument pas un secret pour les Russes. Mon père était très intéressé par l’aviation militaire depuis qu’il avait vu les bombardiers de la Seconde Guerre mondiale le survoler quand il était enfant. Il allait souvent observer les avions à Soesterberg. Je me souviens être allé avec lui à une journée portes ouvertes à la base aérienne en 1978. Apparemment, je n’étais pas assez intéressé, car nous ne l’avons fait qu’une fois. Mon père s’est rendu seul à de nombreux autres événements de ce type dans les années 1980. À la fin de sa vie, il a même pu visiter le musée de l’aviation militaire qui a été ouvert en 2014, après la fermeture de la base aérienne en 2008.

Quelques avions de l’US Air Force dans la zone extérieure du National Military Aviation Museum. Je pouvais circuler entre les avions lorsque le musée était fermé pour cause de COVID.

Les Américains avaient quitté la base en 1994, après près de 40 ans, lorsque l’OTAN a restructuré ses opérations à la fin de la guerre froide. La base aérienne a été rachetée en 2009 par la province d’Utrecht, avec l’intention de transformer les 380 hectares en une réserve naturelle. Une grande partie des anciens bunkers à munitions et autres bâtiments de la base aérienne ont été abandonnés à la nature. Comme la zone a été fermée au public pendant de nombreuses années, on y trouve une grande diversité de plantes et d’animaux sauvages en voie de disparition. Cela a également des conséquences sur l’ancienne piste cyclable de la piste. Elle est fermée du 15 mars au 15 août de chaque année, car l’alouette des champs se reproduit dans l’herbe à côté de la piste pendant ces mois. Le reste de l’année, vous pouvez utiliser l’ancienne piste pour faire du vélo, de la marche ou du patin à roulettes. Lorsque vous le faites, vous pouvez remarquer que, bien que tout semble complètement plat, il y a en fait un dénivelé de 14 mètres.

Carte des nouvelles fonctions de l’ancienne base aérienne. On y trouve des bois (vert foncé), des prairies (vert clair) et des landes (violet). Certains itinéraires de promenade et de vélo sont également marqués. En bas, la piste qui peut être utilisée à vélo, sauf du 15 mars au 15 août. Image : Utrechts Landschap.
Mon vélo de location sur la piste avec la caméra fixée au guidon.

Pour plus d’informations, vous trouverez une autre vidéo sur 40 ans de présence américaine à Soesterberg et une thèse : « The Sound of Freedom », The regional socioeconomic impact of the American presence at Soesterberg Air Base (1954-1994) de Lourens Stijnen.

Il existe d’autres anciennes pistes aériennes sur lesquelles on peut circuler à vélo, comme celle de Blackbushe au Royaume-Uni et celle de l’ancien aéroport Tempelhof à Berlin.

Mon reportage vidéo sur l’ancienne piste d’atterrissage qui a été transformée en piste cyclable.
Promenade sur l’ancienne piste de la base aérienne de Soesterberg, en commençant par la voie publique.
Vidéo à 360 °. (L’orientation n’est pas la bonne, mais vous pouvez tourner l’image dans le bon sens vous-même, désolé).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. janpeire dit :

    La « métropole » n’a déjà pas été fichue de faire quelque chose de bien sur l’ancien terrain militaire des Groues, alors Bricy…
    Dans le dit terrain, les 2 « voies vertes » sont en attente de qualité :
    – côté Orléans (vers Coligny) : suppression totale des ressauts, continuité vers la rue des Murlins a indiquer (qui a planifier un itinéraire aussi stupide, enfin, il est là, mais il faut lui supprimer également les bordures). Ne pas oublier que l’endroit dessert les impôts, et un itinéraire vers la gare, vers le centre-ville…
    – côté Orléans (vers Blossière) : suppression totale des ressauts, continuité vers les rues Baudu et Dubois a indiquer et retravailler le double-sens rue Dubois. Ne pas oublier que l’endroit dessert un collège, une école, une mairie que quartier…
    – côté St Jean la ville la plus moche de France : faire des trottoirs traversants aux sorties des « voies vertes » et supprimer la trace de peinture sur le trottoir de la rue des Chaises. L’endroit pourrait desservir une salle des fêtes, une usine, un établissement scolaire…

    JPB

  1. 6 octobre 2021

    […] du blog. Nous commençons juste au sud de la base aérienne de Soesterberg, présentée dans le billet de la semaine dernière, sur la route provinciale N238 dans la province d’Utrecht. Officiellement, c’est dans […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :