Sas unique

Le sas vélo fait partie des aménagements qui rendent la voirie davantage cyclamicale. À l’instar des bandes et pistes cyclables, il a comme première vertu de dédier spécifiquement aux vélos une partie de l’espace public. Cet aménagement va toutefois un peu plus loin puisqu’il positionne les vélos devant les autos et non plus simplement à côté. C’est presque une provocation pour les conducteurs d’engins motorisés. De toute façon, une majorité d’automobilistes et de pétaradeurs ignorent l’existence et la présence des sas vélo, de bonne ou de mauvaise foi.

Voici les bénéfices du sas vélo selon la fiche n° 12 de novembre 2016 du Cerema :

Le sas permet au cycliste de profiter du feu rouge pour se positionner devant les autres véhicules, afin :

  • de présélectionner son « tourne-à-gauche» avant les véhicules qui sont derrière lui et qui suivent la même direction ;
  • de démarrer avant les véhicules à moteur, ce qui assure une bonne perception et insertion ;
  • de ne pas respirer les gaz d’échappement au démarrage.

Le sas donne également la possibilité au cycliste de se placer hors de l’angle mort et devant la circulation générale afin d’être vu lors du passage au feu vert et du redémarrage des différents véhicules

Premier type : avec bande d’accès

Introduit dans les règles françaises de signalisation routière en 1998, le premier type de sas vélo est lié à l’aménagement concomitant d’une bande d’accès.

Dans le tweet suivant, la cycliste, bien positionnée sur le sas, échappe à l’angle mort latéral du poids lourd :

Deuxième type : sans bande d’accès

C’est avec le décret PAMA de 2015, que le sas vélo sans bande d’accès devient possible. Cette évolution réglementaire est justifiée par la difficulté, en milieu urbain dense, d’implanter ladite bande. Et par l’objectif de généraliser l’implantation des sas aux carrefours.

De plus, alors qu’à l’origine les cyclomoteurs pouvaient venir se positionner sur le sas, ce n’est plus le cas depuis le 1er janvier 2016 (sauf signalisation spécifique). Le non respect du sas donne lieu, dans la capitale et plus largement en Île de France, à d’innombrables plaintes de cyclistes du quotidien contraints de slalomer – quand c’est encore possible – entre motos et scooters pétaradant en cœur. Bien entendu, les automobilistes ne sont pas en reste.

Quelques tweets récents :

Le camarade Bilook – que son humour soit loué – a consacré son premier tutomobiliste vidéo à ce sujet :

Rencontre du troisième type

À Orléans, le gestionnaire de voirie a innové. Rue de Vauquois, à l’intersection de la rue du faubourg St Jean, il a positionné le sas vélo après le feu tricolore.

Méprise dans la réalisation du marquage ou solution radicale pour que le sas ne soit pas squatté par les véhicules motorisés ?

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s