Le supermarché néerlandais — par Mark Treasure

Mark Treasure prend l’exemple d’un supermarché néerlandais pour illustrer le fait qu’urbanisme et développement de la pratique quotidienne du vélo sont étroitement liés. Et qu’au jeu des courtes distances et des pistes cyclables, l’automobiliste invétéré n’est pas forcément perdant.
Voici la traduction de « The Dutch supermarket » publié le 1er novembre 2016 sur As Easy As Riding A Bike.

Mardi dernier, en pédalant dans la ville néerlandaise de Delft, je suis passé devant un Albert Heijn, qui est (approximativement) la version néerlandaise de Waitrose1 – ou du moins, un supermarché plutôt situé dans la fourchette haute des prix aux Pays-Bas.

L’Albert Heijn sur Ruys de Beerenbrouckstraat à Delft – le centre ville, dont on aperçoit au loin l’église, est situé à environ un km.

Naturellement, je me suis arrêté pour jeter un coup d’œil sur ce qui se passait, une chose facile à faire étant donné que la piste cyclable le long de cette route passe juste devant l’entrée du supermarché.

Vers 10h30 du matin, l’espace devant l’entrée principale se remplissait de vélos – les gens faisaient leurs courses comme ils le feraient au Royaume-Uni, mais chargeaient leurs achats sur des vélos.

Une mère chargeait un chariot entier (et ses enfants) dans son vélo-cargo.

Et d’autres personnes chargeaient le contenu de chariots et paniers dans leurs sacoches.

Ce qui m’a fasciné, c’est que tout l’espace devant le supermarché était entièrement dédié aux personnes arrivant à pied, et à vélo. Il n’y avait aucun parking pour voiture en vue.

Mais, bien sûr, l’histoire ne s’arrête pas là ! Il y a bien un parking dans ce supermarché. C’est juste qu’il est caché à la vue, en hauteur, avec une entrée à l’arrière.

Et son accès est gratuit, toute la journée.

Il est intéressant de relever que l’adresse donnée est celle de la route secondaire, là où se trouve l’entrée du parking, et non celle de la route principale par laquelle les personnes se déplaçant à pied ou à vélo accèdent au supermarché.

Et ce, malgré le fait que ce supermarché soit situé en centre ville. Rien ne vous empêche de vous y rendre en voiture et de vous garer au-dessus, sans frais (sauf pour le carburant).

Ainsi, à bien des égards, ce supermarché est comme un microcosme des Pays-Bas en général. Vous pouvez toujours vous rendre au supermarché en voiture, avec facilité. Il n’y aura probablement pas de file d’attente pour entrer et sortir du parking, car de nombreuses autres personnes s’y rendront à vélo. Le stationnement lui-même sera gratuit, même aux heures de pointe. À cet égard, conduire aux Pays-Bas est en fait plus facile et plus « disponible » qu’en Grande-Bretagne. Si vous souhaitez conduire, votre trajet sera plus agréable, et moins cher, simplement parce que beaucoup d’autres personnes ne conduisent pas.

Ce qui fait la différence, c’est que le trajet à vélo jusqu’au supermarché est extrêmement facile. Les personnes qui arrivent ici à vélo auront commencé leur trajet dans des rues calmes réservées aux riverains, puis auront pédalé confortablement le long de la route principale, à l’écart de la circulation automobile.

L’aménagement urbain joue pleinement son rôle ici, dans la mesure où les Néerlandais n’ont pas vraiment de supermarchés en dehors de la ville, ce qui rendrait clairement le vélo moins commode, en ajoutant de la distance pour faire les courses de tous les jours, et en rendant la voiture relativement plus attrayante. Les petites courses (plus faciles à faire à vélo) sont facilitées si votre supermarché est proche. Les courses quotidiennes, par exemple, sont beaucoup plus faciles lorsque votre supermarché n’est pas situé en dehors de la ville. Les supermarchés néerlandais doivent se situer dans les zones urbaines – mais cela ne les empêche pas de proposer des parkings gratuits à leurs clients.

Mais surtout, les gens choisissent de faire du vélo aux Pays-Bas non pas parce que conduire est rendu excessivement difficile – ce qui n’est certainement pas le cas de ce supermarché – mais parce qu’on a organisé la ville autour du vélo, on a rendu ce mode de déplacement sûr et facile, à tel point qu’il devient naturellement un choix évident. Il est tout simplement plus facile et plus pratique de pédaler que de conduire, vous arrivez devant l’entrée et vous stationnez votre monture plutôt que de devoir passer derrière le magasin et monter à l’étage. La carotte donc, plutôt que le bâton.

Notes

  1. Carrefour, Auchan ou encore Leclerc pour prendre l’exemple de la France. NdT

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Je mets un bémol sur la gratuité du stationnement. C’est plus une exception qu’une généralité. A Veldhoven où j’habitais tous les parkings voitures en extérieur étaient payants. Je pense que le parking, dans cet article, appartient au magasin d’où sa gratuité.

    Sinon je suis tout à fait d’accord avec ce qui est écrit….

    AH et Jumbo sont les deux enseignes les plus fréquentes aux PB. De là à dire que c’est haut de gamme… Disons qu’on trouve plus de nourriture qu’un Français accepte de manger 😛😛😛

    • Tu as raison, parler de « haut de gamme » en matière de grande distribution c’est incongru. J’ai rectifié la traduction (« a supermarket at the slightly higher end of the Dutch price scale »).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :