Prime VAE : Orléans métropole surenchérit avec parcimonie

En plein pataquès autour de la suppression annoncée de la prime nationale accordée pour l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE), Orléans Métropole décide de mettre en place son propre mécanisme de subvention en la matière. La République du Centre a relayé la communication de la métropole dans un article titré un peu rapidement « Une aide de 300 euros d’Orléans Métropole pour l’achat d’un vélo électrique » (5 octobre 2017). Bonne nouvelle ?

Prime nationale éphémère

Revenons un instant sur le dispositif national institué par le précédent gouvernement le 19 février 2017. Non cumulable avec les éventuelles aides locales il consiste en l’octroi d’une subvention de 20 % du prix d’achat d’un VAE, dans la limite de 200 euros. Ce dispositif prendra fin au 31 janvier 2018, au grand dam de nombreuses associations qui ont publié un communiqué de presse commun.

Tweet tout frais du jour :

Cela dit, comme quasiment toute mesure de subventionnement à l’achat, elle représente avant tout un effet d’aubaine. C’est ce que rappelle notamment Olivier Razemon dans un billet tout récent intitulé « Le profil très CSP+ des acquéreurs de vélo à assistance électrique », chiffres à l’appui.

Comme d’autres collectivités qui avaient déjà mis en place ce type d’aide financière à l’acquisition, Orléans Métropole a décidé de se lancer à son tour. Avec prudence et parcimonie.

Du local sous conditions de ressources

Orléans Métropole annonce donc sur son site « Il est temps de passer au vélo électrique » et détaille les modalités de son coup de pouce financier intitulé « chèque VAE ». 25 % du prix d’achat dans la limite de 300 euros. C’est donc mieux que la prime d’État. Mais pour être éligible, des conditions de ressources sont exigées. En prenant comme critère le quotient familial – inférieur ou égal à 1200 euros – l’offre favorise les familles. Un rapide calcul donne les chiffres suivants (revenu fiscal de référence traduit approximativement en revenu net mensuel) :

  • 43200 euros pour un couple avec deux enfants soit 4000 de revenus nets mensuels
  • 36000 euros pour un couple avec un enfant soit 3333 de revenus nets mensuels
  • 28800 euros pour un couple sans enfant soit 2666 de revenus nets mensuels
  • 14400 euros pour un célibataire sans enfant soit 1333 de revenus nets mensuels

Les CSP+ sont clairement exclus du dispositif.

Au-delà des conditions de ressources il existe une autre restriction, qui impacte pour le coup le choix des marques et des modèles éligibles de fait : seuls trois magasins dans l’agglomération acceptent ce « chèque VAE ».

Dernière inconnue, et non des moindres, celle du budget consacré à l’opération. Les chèques « sont délivrés jusqu’à épuisement des crédits alloués à cette opération » précise la métropole. Comment dit-on « tâter le terrain » en matière de politique cyclable ?


Photo par Usien (Travail personnel) [CC0], via Wikimedia Commons

5 réflexions sur “Prime VAE : Orléans métropole surenchérit avec parcimonie

  1. « Toujours plus de cyclistes. Orléans Métropole en rêve. Alors, pour inciter à la pratique du vélo sur le territoire, il lance un nouveau dispositif […] »
    Le chapeau de l’article de la Rep’ est un poème a lui seul.

    Je suis toujours perplexe sur ces primes — on récompense le chien qui remue la queue pour le maintenir en enfance et ainsi le dresser — qui justifient certaines hausses opportunistes, et surtout sur les absences dans ce système de récompenses, présentement, les vélos à propulsion musculaire.

    Pour l’agglomération, peu de communication pour peu de résultat aura pour conclusion que les autos « c’est mieux ».

    J'aime

  2. Jérôme Beyler dit :

    L’interrogation quant au budget alloué à ce dispositif importe peut-être bien assez peu finalement : il y a fort à parier qu’il ne sera pas consommé… Il est tout à fait louable de chercher à attribuer cette aide à ceux qui en ont vraiment besoin, et donc à la soumettre à des conditions de ressources pour éviter qu’elle ne profite qu’aux CSP+, mais la méthode n’est certainement pas la bonne : comment imaginer que des familles aux revenus moyens ou faibles vont engager une somme couvrant 75% de l’achat, soit environ 900 à 1000 € à minima, avec pour seule motivation de toucher 300 € ? Dans le cadre choisi, cette aide est trop modeste et ne jouera pas le rôle de déclencheur.

    Aimé par 1 personne

  3. Fab. dit :

    Une aide est toujours bienvenue, mais est-elle bien pensée? Là est souvent le problème. Je ne répéterais pas les interrogations sur la volonté sociale et les moyens de cette catégorie de la population à pouvoir investir dans un VAE.
    Je voudrais juste revenir sur un point. Les magasins partenaires doivent avancer l’aide de 300€ qui est remboursée le mois suivant, ce qui est une charge au niveau de la trésorerie, sans compter le fait que ces magasins devront peut être (ou sûrement) proposer un paiement en plusieurs fois, donc jouer encore un peu plus avec leur trésorerie.
    Ceci explique certainement que tous les vélocistes ne sont pas forcément partenaires.

    Mais comme je le dis, une aide reste une aide.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s