Le vélo aux Pays-Bas en version longue : dix trajets Bicycle Dutch (extra posts 2020)

Chaque lundi d’octobre à début décembre 2020, Mark Wagenbuur de Bicycle Dutch a publié des billets supplémentaires et j’ai entrepris de les compiler. Ces dix billets qu’il présente comme moins élaborés que ceux qu’il publie chaque mercredi comprennent quelques captures commentées et la vidéo intégrale du trajet effectué.
Je conçois cette page comme un réservoir de voyages d’études virtuels dans un pays pionnier en matière de politique cyclable. Autant d’occasion d’observer et d’apprendre des pratiques d’aménagement qui ont fait leurs preuves sur des parcours de 5 à 35 km en milieu urbain et périurbain.

Liste des extra posts traduits :
« Ride Ypenburg – The Hague Central Station » publié le 5 octobre 2020.
« Ride Cuijk – Nijmegen » publié le 12 octobre 2020.
« Ride on parts of the F261 & F59 fast cycle routes Kaatsheuvel – Waalwijk » publié le 19 octobre 2020.
« Ride on the future fast cycle route from ʼs-Hertogenbosch to Zaltbommel » publié le 26 octobre 2020.
« A ride in Emmen » publié le 2 novembre 2020.
« A ride to Vlijmen into the wind » publié le 9 novembre 2020.
« Ride on the Greenport Bikeway » publié le 16 novembre 2020.
« Ride in ʼs-Hertogenbosch » publié le 23 novembre 2020.
« Ride on the Eindhoven ‘Slowlane’ » publié le 1er décembre 2020.
« Bonus Ride in ʼs-Hertogenbosch » publié le 7 décembre 2020.

Carte des trajets

Voir en plein écran

De Ypenburg à la gare centrale de La Haye – 5,9 km

Ce premier trajet va d’Ypenburg (dans la périphérie de La Haye) à la gare centrale de La Haye. Je l’ai filmé le 13 août 2020, le jour où j’ai préparé un portrait du viaduc Jan Linzel. Certaines personnes m’ont demandé de montrer comment ce nouveau viaduc est connecté au réseau principal au nord-ouest. Cette vidéo montre la nouvelle piste cyclable qui passe devant le parc familial Drievliet et la connexion avec Westvlietweg qui, au moment du tournage, était encore une intersection temporaire.

Départ d’Ypenburg (La Haye).
Le trajet coupe l’autoroute A4/E30 par un nouveau viaduc dont j’ai parlé.
C’est une toute nouvelle piste cyclable qui passe devant le Drievliet Family Park (à gauche de cette piste cyclable) pour se rendre au nord.
L’itinéraire que j’ai choisi m’a fait passer par Voorburg, où les pistes cyclables sont d’une qualité différente. Toujours praticables, mais pas aussi modernes que les autres parties de ce trajet.
Une piste cyclable à Voorburg. Toujours composée de pavés. Les sections de la piste situées à La Haye sont toutes dotées d’une surface lisse d’asphalte rouge.
La Haye a amélioré une grande partie de son réseau cyclable. Il s’agit ici d’une piste cyclable bidirectionnelle parfaite dans une (ancienne) zone industrielle de la ville.
J’ai déjà montré les derniers kilomètres de ce trajet, à la nuit tombée, lorsque j’ai pédalé de Delft à la gare centrale de La Haye. Ce passage est toujours un peu désagréable avec toutes les voies de tramway à franchir de biais. Ce n’est pas beaucoup mieux à la lumière du jour.
Pour ce trajet, j’ai loué un OV-Fiets (vélo partagé) dans le tout nouveau parking à vélos de la gare centrale de La Haye. J’ai montré à quoi ressemblait le garage quelques jours avant son ouverture.

Vidéo – 20 minutes

De Ypenburg à la gare centrale de La Haye

De Cuijk à Nimègue – 13,9 km

Après avoir filmé le pont, j’ai dû retourner à Nimègue pour restituer le vélo partagé (OV-Fiets) que j’y avais loué et pour rentrer chez moi en train. J’ai décidé d’aller d’abord à la gare de Cuijk pour pouvoir filmer tout le MaasWaalpad. Le parcours se termine officiellement à Nimègue, près du campus universitaire, mais j’ai décidé de continuer à vélo jusqu’à la gare de Nimègue.

La gare de Cuijk, dans la province du Brabant-Septentrional, est le point de départ du MaasWaalpad. L’orthographe de Cuijk en « Cuyk » est très inhabituelle, mais au XIXe siècle, la mode était de changer la combinaison néerlandaise IJ par la lettre Y, plus internationale. Cette station a été ouverte en 1883.
La première partie du MaasWaalpad traverse les rues résidentielles de Cuijk. Elles ont été transformées très récemment en vélorues. On le voit au revêtement rouge et à la division centrale qui est légèrement surélevée pour réduire visuellement la rue, mais qui peut être chevauchée pour dépasser.
On distingue clairement pour quel mode de déplacement la vélorue a été conçue. Lorsque elle devient une piste cyclable, la circulation automobile est déviée (vers la droite en l’occurrence).
Il y a quelques intersections avec des rues ouvertes à la circulation automobile. Ces routes secondaires ne sont pas prioritaires même s’il y existe aussi deux grands carrefours où la circulation automobile a la priorité. Les dernières recommandations invitent à placer les blocs blancs (indiquant le régime de priorité) en dehors de la piste cyclable. Ils se trouvent ici sur son cheminement ce qui la rétrécit visuellement inutilement.
La piste cyclable à l’approche du nouveau pont est très légèrement inclinée. L’aménagement paysager est achevé. De nombreux jeunes arbres ont été plantés.
Quelques banderoles des festivités de l’inauguration sont restées en place. L’itinéraire se trouve maintenant dans la province de Limbourg, une province quelque peu vallonnée comme on peut le voir au loin.
La plus grande partie du MaasWaalpad est parallèle à la ligne de chemin de fer « Maaslijn« , une ligne de chemin de fer à voie unique de Nimègue à Venlo qui n’a jamais été électrifiée. C’est prévu pour 2024.
Une courte partie de l’itinéraire a été construite sur d’anciens chemins de terre. Ces chemins, à la frontière provinciale entre le Limbourg et la Gueldre, ont reçu une surface d’asphalte jaune inhabituelle pour conserver un rendu de type chemin.
Comme cette course a été filmée un après-midi, on peut voir de nombreux enfants rentrer chez eux à vélo après l’école.
À la frontière entre les communes de Nimègue et de Heumen se trouve l’un des rares carrefours où la circulation automobile est prioritaire. Certains conducteurs ont donné la priorité aux nombreux enfants, mais d’autres ont foncé dans le flot d’enfants qui traversaient. Ce comportement humain imprévisible rend le passage dangereux, même s’il a été conçu de manière très claire.
C’est ici que l’itinéraire atteint les limites communales de Nimègue. En tournant à droite, vous arriverez sur le campus de l’université. Un virage à gauche vous amène au centre ville de Nimègue, l’itinéraire officiel se poursuit à gauche sur quelques centaines de mètres supplémentaires.
Ici se trouve la fin (ou le début) officiel du MaasWaalpad selon la carte officielle. Sur la droite se trouve l’hôpital universitaire de Nimègue, derrière lui le reste du campus universitaire. Pour cette vidéo, j’ai continué tout droit jusqu’à la gare de Nimègue.
On comprend pourquoi cette section n’est pas intégrée à l’itinéraire officiel de la véloroute ; la piste unidirectionnelle est trop étroite pour le volume de circulation constaté.
À proximité de la gare, l’aménagement cyclable est à nouveau parfait. Cette piste bidirectionnelle est parallèle à une route réservée aux bus.
Après un peu plus de 40 minutes, je suis arrivé à la gare de Nimègue, à 14 km de mon point de départ. Soit une vitesse moyenne de 21 km/h (sur un OV-Fiets monovitesse).

Vidéo – 40 minutes

De Cuijk à Nimègue

Excursion sur les véloroutes F261 & F59 (Kaatsheuvel – Waalwij) – 8,8 km

La F261 entre Tilbourg et Waalwijk est en cours d’aménagement comme je l’ai montré. Là je souhaite vous montrer la partie qui est achevée et qui relie une autre véloroute, la F59 de Waalwijk à Bois-le-Duc.

La F261 au sein du réseau des véloroutes « rapides ». J’ai parcouru la partie terminée – la plus septentrionale – de Kaatsheuvel à Waalwijk, où j’ai tourné à droite pour prendre la F59 en direction de Bois-le-Duc (ʼs-Hertogenbosch).
Le début de la vidéo se situe juste au sud de Kaatsheuvel, et aussi juste au sud du parc d’attractions Efteling. Il y a un panneau qui indique le village de vacances qui lui appartient.
Départ de la partie terminée de la F261, qui est en fait un détour par le parc d’attractions Efteling. Cette partie est bidirectionnelle comme le sont la plupart des véloroutes rapides. La ligne centrale verte est une nouveauté. Il s’agit d’une expérimentation propre à cet itinéraire.
Cette partie de la F261 dispose de pistes cyclables unidirectionnelles de part et d’autre de la chaussée. La ligne verte est continuée. Cela permet de se guider. Il y a également de grands panneaux qui permettent de se repérer.
Il y a quelques giratoires sur la F261. Ceux qui se trouvent en dehors de l’agglomération – comme celui-ci – ne donnent pas la priorité aux vélos, comme c’est le cas en général aux Pays-Bas. Grâce aux voies de circulation séparées pour la circulation automobile, vous pouvez traverser une voie de circulation à la fois. L’îlot refuge entre les voies est suffisamment grand pour y attendre en toute sécurité. Grâce à cette conception, vous n’avez à vous occuper que du trafic automobile venant d’un seul sens pour chaque croisement.
Lorsque des voie d’accès ou des rues secondaires coupent la piste cyclable, il est très clair que le trafic qui la traverse doit céder la priorité aux cyclistes. Notez que tous les marquages (« dents de requin » et « pattes d’éléphant ») se trouvent à l’extérieur de la piste cyclable pour ne pas réduire optiquement la voie cyclable. C’est ce qui est recommandé pour toutes les intersections, mais il y en a encore beaucoup avec les « pattes d’éléphant » placées sur la piste.
Le facteur utilise également une partie de la véloroutes. Les zones rectangulaires plus sombres à gauche de la piste cyclable sont des places de stationnement voiture. Il n’y en a que 3 sur la photo de ce côté de la rue, et aucune d’entre elles n’est utilisée. Les gens ne sont pas autorisés à se garer sur les parties plus claires. Les automobilistes néerlandais ont été conditionnés à ne se garer que sur les emplacements autorisés.
Sur les giratoires à l’intérieur des agglomérations, les cyclistes ont la priorité sur la circulation automobile. Vous pouvez voir ici que les « pattes d’éléphant » se trouvent à l’intérieur de la voie cyclable. Ce n’est pas ce que recommandent les derniers standards.
À ce stade, l’itinéraire a été rendu bidirectionnel dans un espace qui semble avoir été unidirectionnel auparavant. Cela signifie que la largeur n’est de fait pas suffisante. Heureusement, ce n’est qu’un court tronçon. Le panneau ne montre qu’un symbole de bicyclette, ce qui signifie que les cyclomoteurs les plus rapides (avec les plaques d’immatriculation jaunes) ne sont pas autorisés à l’utiliser. Au-dessus du panneau de signalisation se trouve un panneau pour informer que nous sommes toujours sur la F261. La ligne centrale verte est une indication supplémentaire.
La municipalité de Waalwijk a construit un certain nombre de nouvelles pistes et en a converti d’autres pour réaliser cette véloroute. Cette partie est plus étroite que les parties les plus récentes du début de ma vidéo, mais elle est toujours adéquate et pratique.
C’est la F59 de Waalwijk à Bois-le-Duc. C’est une autre véloroute en construction. J’en ai déjà parlé. Depuis que j’ai publié ce billet, la municipalité a également ajouté une ligne centrale verte et a requalifié de nombreux carrefours. Tous les îlots à damier centraux ont été supprimés pour rendre la piste cyclable plus sûre.
Le même endroit en mars 2020 (capture de la vidéo figurant dans ce billet). Les passages latéraux étaient étroits de chaque côté de l’îlot à damier. Ce n’est plus ainsi que les carrefours néerlandais sont réalisés. Cette intersection a donc été mise à jour.

Vidéo – 28 minutes

La vidéo de ce trajet de 8,82 km.

Sur la future véloroute de Bois-le-Duc à Zaltbommel – 15,6 km

Une future véloroute reliera Zaltbommel en Gueldre à Bois-le-Duc dans le Brabant-Septentrional. Cet itinéraire de 15 kilomètres sera aménagé de 2020 à 2022 pour un budget de 16,4 millions d’euros. Comment peuvent-ils le construire si rapidement et si peu cher, pensez-vous ? Je vous montrer la situation « avant ». C’est le quatrième de ma série de billets supplémentaires.

La fin-destination (ou le début) de la future véloroute entre Bois-le-Duc et Zaltbommel, la gare de Zaltbommel que j’ai montrée dans un billet précédent.

En mars 2020, les représentants de cinq autorités ont signé un accord pour construire la F2, la véloroute parallèle à l’autoroute A2 de Zaltbommel, via Hedel, à Bois-le-Duc. Elle est censée être terminée en 2022. Construire une véloroute de haute qualité de 15 kilomètres en 2 ans pour « seulement » 16,4 millions d’euros peut sembler un objectif impossible, mais pour vous montrer qu’il s’agit plus d’une requalification que d’une nouvelle construction, j’ai parcouru l’itinéraire à vélo pour le filmer. La majeure partie de la requalification devra peut-être être effectuée à Zaltbommel. Les bandes cyclables seront transformées en piste cyclable et au carrefour avec deux routes importantes, deux nouveaux passages souterrains ont été prévus. Il est intéressant de noter que l’un d’eux se trouve à un endroit où je me souviens qu’il y avait un passage souterrain pour les cyclistes jusque dans les années 1990. L’itinéraire de Bois-le-Duc pourrait bien être complètement différent en fin de compte. D’après les informations disponibles, je pense que l’itinéraire projeté se trouve du côté ouest de la voie ferrée, en lien avec la piste cyclable à l’arrière de la gare et le Royal Welsh Bridge dont j’ai déjà parlé. Pour ce billet, j’ai roulé à vélo sur le côté est, car pour l’instant il n’y a pas de connexion côté ouest. Je ne sais pas exactement ce qui est prévu, mais comme il est question d’un passage souterrain au niveau de Zandzuigerweg, je pense savoir ce qui est projeté et j’ai dessiné en orange le tracé qui me semble le plus probable sur la carte.

Une partie de l’itinéraire à Zaltbommel est conforme aux normes d’une véloroute.

Cette vidéo montre que personne n’a besoin d’attendre que cette véloroute soit achevée pour aller à vélo de Bois-le-Duc à Zaltbommel. La majeure partie de ce trajet a été filmée le 3 juin 2020, sauf le début dans Bois-le-Duc, qui a été filmé le 3 septembre en raison de travaux routiers.

L’itinéraire que j’ai choisi à Bois-le-Duc passe par ce carrefour. Il a été réaménagé en 2015 en moins de trois semaines. Voir ce billet.
Cette route passe par un vieux pont qui va être remplacé. De l’autre côté du pont, il y a ce panneau de signalisation oublié. C’est la version bleu foncé du panneau piste cyclable d’avant les années 1990. La piste cyclable a dû commencer ici à un certain moment de l’histoire. Aujourd’hui, c’est une section courante, de sorte que le panneau n’est plus nécessaire et c’est peut-être pour cela qu’il est oublié. C’est le dernier de ce type que je connaisse dans les environs.
À cet endroit, la route est également la F59 vers Oss. Le chauffeur de ce camion a réalisé très tard que les personnes à vélo ont la priorité ici. Il a fini par freiner, mais au dernier moment.
À cet endroit à Bois-le-Duc, je passe sous la voie ferrée. C’était autrefois le principal axe nord-sud avant que l’autoroute A2 qui contourne Bois-le-Duc ne soit achevée dans les années 1970. La conception de l’ancien passage souterrain révèle qu’il y avait une route à quatre voies au milieu ici et deux pistes cyclables unidirectionnelles de chaque côté en position surélevée. La route a été déclassée dans les années 1990 et une piste cyclable bidirectionnelle plus large a remplacé la moitié de l’ancienne quatre voies.
Un peu plus loin, le viaduc sur l’A59 montre également que la moitié de cette quatre voies a été donnée au vélo. Il n’y a normalement pas de garde-fous le long d’une piste cyclable.
Ce pont sur la Meuse est la frontière communale entre Bois-le-Duc et Maasdriel. Il constitue également la frontière provinciale entre le Brabant septentrional et la Gueldre.
La plupart des pistes cyclables de la municipalité de Maasdriel, comme ici à Hedel, sont bidirectionnelles. Il suffit parfois de les refaire et de les élargir légèrement.
À certains carrefours, il peut être nécessaire de modifier la priorité. Un itinéraire cyclable principal a généralement la priorité sur la circulation automobile et non l’inverse comme c’est le cas actuellement.
Le cauchemar de tout écolier néerlandais : un pneu crevé au milieu de nulle part…
À la frontière municipale entre Maasdriel et Zaltbommel, la piste cyclable protégée s’arrête et la route limitée à 60 km/h ne comporte que des bandes cyclables. Une piste cyclable distincte dans les deux directions sera aménagée, comme c’est déjà le cas sur la majeure partie du reste de l’itinéraire.
Il existe un certain nombre de ralentisseurs pour empêcher les conducteurs d’aller plus vite que les 60 km/h (ce qu’ils font de toute façon). Les bandes cyclables bénéficient de by-pass.
À cet endroit, la route traverse une ancienne route principale. Jusqu’à l’achèvement de l’autoroute A2, il s’agissait même de la route principale. C’est pourquoi il y avait autrefois un passage souterrain étroit à cet endroit. Apparemment, l’ancienne route est à nouveau si fréquentée que les nouveaux plans prévoient un nouveau passage souterrain. Les potelets doivent disparaître. Ils ne sont absolument pas conformes aux normes actuelles.
Un deuxième automobiliste sur cet itinéraire qui ne s’est arrêté qu’au dernier moment. Ce chauffeur a lui aussi fait un geste d’excuse et s’est arrêté juste à temps pour me céder la priorité comme il se doit. Heureusement, les carrefours néerlandais sont conçus de telle manière que les conducteurs roulent assez lentement et ont le temps de s’arrêter à la dernière seconde.

Vidéo – 51 minutes

J’ai parcouru les 15,6 km en 51 minutes, à une vitesse d’environ 18 km/h.

Une balade dans Emmen – 5,75 km

Le pont cyclable à Emmen détaillé dans ce billet se situe à environ 15 minutes à vélo de la gare. Après avoir filmé le pont, j’ai filmé le trajet retour. L’itinéraire m’a fait traverser un quartier résidentiel de la fin des années 60 et du début des années 70, avec toutes les caractéristiques d’une ville nouvelle. Il n’y a que dans cette partie des Pays-Bas qu’il y avait encore de l’espace à l’époque. Il y a beaucoup de verdure entre les maisons, encore plus que dans les villes nouvelles de la même époque dans l’ouest du pays – la partie que je connais le mieux. Je n’ai pas fait de vélo dans les rues résidentielles. J’aurais peut-être dû, car cette ville nouvelle primée a été l’un des premiers endroits aux Pays-Bas où le concept de woonerf (quartier apaisé) a été mis en œuvre. J’ai filmé cette balade un samedi matin de fin septembre et seuls quelques personnes étaient de sortie. Quand je suis arrivé à la gare, il n’était que 11h05. J’ai donc décidé de continuer à vélo de la gare jusqu’au vieux centre ville et de là jusqu’au nouveau centre ville. Cet itinéraire imprévu n’est donc pas le plus court. J’aurais pu prendre un chemin plus court et plus direct, mais ce n’est pas le but de ces trajets. Ils ont pour but de vous montrer à quoi ressemble les aménagements cyclables, y compris dans les petites villes situées dans les coins les plus reculés du pays. Avec quelques observations supplémentaires en légende des captures qui suivent.

La rue dans laquelle j’ai commencé s’appelle Ullevi. C’est un nom très inhabituel aux Pays-Bas, mais il s’agit en fait du nom d’un stade suédois. Comme une rue voisine s’appelle Bislett (un stade en Norvège) et que ces rues sont proches du stade d’Emmen, je suppose que les rues portent le nom de ces stades.
Une piste cyclable pavée comme celle-ci est comme un voyage dans le passé. Pendant un instant, j’ai eu l’impression de me retrouver dans les années 1970. Beaucoup de ces pistes ont été modernisées aux Pays-Bas, mais celle-ci est d’origine. Les pavés étaient très bien entretenus, la piste est donc parfaitement adaptée. Elle a peut-être été repavée (en utilisant les mêmes pavés) au moins une fois. Il s’agit d’un panneau de signalisation moderne.
Les deux blocs de béton pour s’assurer que les conducteurs n’entrent pas sur la piste cyclable ici ne sont pas adaptés. Les potelets et bornes sont retirés autant que possible maintenant, mais ces blocs sont ce qui se fait de pire. Je pense qu’ils deviennent très vite invisibles dans des conditions de faible luminosité et qu’ils se trouvent sur le chemin de la plupart des gens. C’est très mauvais. Les marquages du passage prioritaire au premier plan sont bien placés dans le pavage lisse, mais nous aimerions voir les pattes d’éléphant (les blocs) à l’extérieur de la piste cyclable de nos jours.
Une grande partie du trajet m’a conduit à travers les bois. Il s’agit toutefois d’un bois situé dans une zone résidentielle. Il y a des logements tout autour. C’était agréable de voir des parents pédaler avec des enfants.
Voici l’exemple d’un immeuble soudainement visible à côté du chemin. De tels immeubles étaient éparpillés dans les bois. Il se peut même que les arbres et les bâtiments aient été construits et plantés à peu près à la même époque, entre la fin des années 1960 et le début des années 1970.
Les pistes cyclables ne sont pas toutes reliées. On trouve là un court chaînon manquant entre deux parties du réseau cyclable. Quand la circulation est très tranquille ce n’est pas grave de faire quelques centaines de mètres à vélo sur la route, mais je ne sais pas comment ça se présente aux heures de pointe.
La route principale en direction de la gare et du centre ville passe tout droit à travers les bois. Sympa à la lumière du jour, mais la piste cyclable n’a pas ses propres lampadaires, donc j’imagine qu’il peut faire très sombre ici. Le revêtement est en béton.
Aux carrefours, le béton devient dun enrobé rouge pour signaler à tous les usagers que c’est un endroit où il faut être plus attentif. Même si la piste cyclable est un peu éloignée de la route, elle est suffisamment proche pour avoir la priorité sur la rue latérale, car elle forme une seule et même route avec la chaussée. Cela signifie que les gens qui tournent doivent toujours céder la priorité aux cyclistes qui vont tout droit (règle de base du code de la route). Si la piste cyclable était davantage éloignée de la chaussée (souvent en dehors de l’agglomération), elles serait considérée comme une route séparée et cette règle ne s’appliquerait pas.
Emmen dispose d’une mise en œuvre exemplaire d’un carrefour protégé au milieu des bois. Un peu surprenant mais pas inhabituel. Ce type d’aménagement est une excellente manière, et éprouvée, de concevoir un carrefour.
Quelques infrastructures plus anciennes ici autour de la gare et du passage à niveau. Aménagement assez correct, cependant, pour quelqu’un qui utilise un scooter de mobilité. Quand j’ai vu qu’il n’était que 11h05, j’ai décidé de pédaler jusqu’au centre de la ville pour rallonger ce trajet.
Quelques rues plus petites autour du centre ville sans voitures forment un grand système giratoire à sens unique. Le double-sens cyclable est généralisé sous forme de bandes.
Au début des rues commerçantes du centre ville sans voitures, il y a cette borne escamotable. Elle peut être abaissée pour permettre aux véhicules de livraison de passer. Il n’est pas nécessaire de respecter le feu rouge lorsque vous roulez à vélo.
La place du village d’origine avec l’église est maintenant entièrement libre de voitures. Il y avait quelques étals qui vendaient des marchandises, comme des fleurs, mais ce n’était pas un vrai marché. Quand j’ai filmé à nouveau cette rue pour Twitter, environ une heure plus tard, elle était beaucoup plus animée, avec une ambiance musicale assurée par un orgue mobile.
De la vieille ville, j’ai pédalé jusqu’au centre ville plus récent. Celui-ci est construit autour de l’entrée du zoo d’Emmen qui possède également un théâtre.
J’ai stationné mon vélo de location devant le zoo.

Vidéo – 18 minutes

La vidéo de ma balade dans Emmen

Rejoindre Vlijmen en luttant face au vent – 9 km

Lorsqu’on ne possède pas de voiture, on doit réfléchir à la façon d’effectuer chaque trajet. L’endroit où je dois me rendre est-il à distance de vélo ou dois-je d’abord prendre le train puis emprunter un vélo pour terminer le trajet ? Le 6 juin, j’ai été invité chez un ami à Vlijmen. C’est à 9 kilomètres de chez moi et, normalement, ce n’est pas une distance problématique à vélo. Ce jour-là, il y avait des alertes météo pour risque de vent très fort. Je ne pensais pas que ce serait un problème, mais pédaler face à un vent aussi fort s’est avéré un authentique défi.

La gare de Bois-le-Duc est l’endroit où j’ai commencé à enregistrer ce trajet vers Vlijmen.

Je connais bien le trajet jusqu’à Vlijmen. Il devrait normalement durer de 20 à 25 minutes au maximum. Pourtant, cette fois-ci, il m’a pris 36 minutes. Les photos de ce billet ne captent pas le vent, mais la vidéo le fait. Sa puissance m’a tellement ralenti qu’il est difficile pour moi de regarder la vidéo à vitesse réelle : elle est terriblement lente. Je me console en me disant que je ne suis pas vraiment dépassé par d’autres personnes, seulement par un coureur et une fille poussée par un gars en mobylette (oui, c’est illégal). Les gens qui vont dans la direction opposée semblent voler. Les seules fois où je prends de la vitesse, c’est dans les parties où la route est à l’abri du vent. Il peut être intéressant de voir à quel point pédaler face au vent peut être difficile.

Le temps semble beau d’ici, mais on ne voit pas le vent.
Notez comment les personnes qui attendent aux feux sont complètement à l’écart dans un espace sécurisé.
Cette partie du parcours se trouve sur une ancienne ligne de chemin de fer aménagée sur remblai. J’y étais complètement exposé au vent. C’était déjà très difficile de monter sur cette levée. La route sur la droite est la route circulaire sud autour de Bois-le-Duc.
C’est là que l’itinéraire sort d’un passage souterrain relativement récent. Sur la gauche, un grand parking pour les personnes extérieures qui veulent visiter le centre de Bois-le-Duc. J’ai décrit ce parking dans un article.
La frontière municipale entre Bois-le-Duc et Heusden (à laquelle est rattachée Vlijmen) est clairement visible. La vélorue reste de la même largeur, mais l’accotement est plus étroit et présente un profil différent. Le rouge du revêtement est également légèrement différent, en partie parce que l’enrobé lui-même est d’un autre type.
Il s’agit d’une vélorue à Vlijmen qui forme une impasse pour le trafic automobile. Seuls des véhicules agricoles l’utilisent parfois. Cette vélorue passe par une réserve naturelle et c’est pourquoi il y a un éclairage dynamique ici. J’ai déjà écrit un article sur ce dispositif.
À cet endroit, la vélorue est aménagée sur une ancienne digue le long de l’autoroute A59. (En plein vent !) Future véloroute F59 de Bois-le-Duc à Waalwijk d’ici quelques années. Voir mon article sur la F59.
Cet homme était plus efficace que moi face au vent.
C’est à cet endroit que j’ai quitté le tracé de la future F59. Il s’agit d’un étroit sentier. Il se trouve que c’était l’itinéraire le plus pratique pour rejoindre le sud de Vlijmen.
Certains cyclosportifs ont peut-être vu dans cet après-midi venteux un défi supplémentaire à relever pour s’entraîner. Mais si c’était pour s’entraîner face au vent, ceux-là se trompaient de direction…
La dernière partie avant Vlijmen était une route limitée à 60 km/h, c’est-à-dire la vitesse la plus basse possible pour les zones rurales. À l’entrée dans la commune, cette route est immédiatement devenue une zone à 30 km/h, soit la vitesse la plus basse possible en agglomération.
Ma destination finale était dans une de ces rues résidentielles. Elles font toutes en zone 30, ce que l’on peut aussi deviner au revêtement pavé. La rue est clairement plus ancienne et conçue à une époque où la vitesse de ces rues était encore de 50km/h. Elle serait un peu plus étroite aujourd’hui, mais le volume de la circulation automobile est très faible. Dans ces zones, il n’est pas nécessaire de prévoir des aménagements cyclables séparés.

Vidéo – 36 minutes

à regarder en vitesse accélérée si vous trouvez le rythme trop lent !

Parcourir la Greenport Bikeway – 11,7km

La Greenport Bikeway a été la première véloroute ouverte dans la province du Limbourg en 2015. J’ai décidé de faire une sortie d’une journée entière, le jour où je suis allé sur le viaduc qui a fait l’objet d’un billet. J’ai parcouru toute la véloroute avant de filmer le pont.

La Greenport Bikeway est une véloroute que toutes sortes de personnes utilisent pour toutes sortes de raisons.
Le petit panneau à côté du chemin mentionne le nom « Greenport Bikeway » (dans mon ancien billet, on peut constater que ce nom était autrefois écrit au pochoir). Les grands panneaux indiquent les deux terminus, Venlo et la gare de Horst-Sevenum, et mentionnent le numéro F167.

La Greenport Bikeway est maintenant aussi connue sous le nom de F167, du moins c’est ce que disent un tas de nouveaux panneaux. D’autres choses ont changé depuis 2015. À l’époque, il y avait un étrange détour par un champ près du croisement avec la Grubbenvorsterweg parce que certains terrains n’avaient pas encore été acquis. Ce détour temporaire était l’une des rares parties de l’itinéraire à être aménagé en asphalte noir. L’itinéraire a été redressé et ce revêtement temporaire a été enlevé. Seul le sable indique maintenant l’endroit où la déviation passait. D’autres changements sont en cours. Au début de l’année, les journaux ont annoncé que la Greenport Bikeway allait être étendue jusqu’en Amérique. Oui, vous avez bien lu. J’ai déjà pédalé de la fin actuelle du parcours jusqu’à ce nouveau terminus, l’Amérique. Qui est en fait le nom du prochain village (à une distance d’environ 5 km). J’y suis allé pour filmer l’état des lieux afin de pouvoir faire une vidéo avant/après une fois cette extension terminée.

Voici quelques photos de la Greenport Bikeway en 2020 avec des explications complémentaires :

L’itinéraire est rectiligne. C’est le plus direct qu’on puisse imaginer. J’ai eu beaucoup de chance car s’il y avait beaucoup de vent le jour du tournage, il était au sud-ouest, exactement perpendiculaire à la route et cela ne m’a dérangé ni à l’aller ni au retour. Aux Pays-Bas, on le prend en général de face dans les deux sens ! J’ai ajouté le point vert à l’emplacement de mon billet sur le viaduc cyclable de la zone d’activités (qui se trouve officiellement à Venlo mais qui est en fait plus éloigné du début de cet itinéraire que de la fin !).
En 2015, la déviation passait par le nord pour rejoindre la Grubbenvorsterweg, puis vers le sud-ouest pour revenir à la ligne de chemin de fer. Ce détour était très peu pratique, mais uniquement en raison de la distance supplémentaire. La déviation elle-même prenait la forme d’une piste cyclable noire parfaitement lisse.
En 2020, la curieuse déviation a complètement disparu. L’itinéraire est maintenant aussi rectiligne que souhaité au départ. Il n’y a plus qu’un croisement du Grubbenvorsterweg.
L’intersection avec le Grubbenvorsterweg près de la voie ferrée en 2015. À cette époque, il n’y avait pas de piste cyclable de l’autre côté de la route.
La même intersection en 2020. Maintenant, il y a un carrefour qui permet de rejoindre la piste cyclable à côté de la voie ferrée. La route est réduite à une seule voie pour la circulation automobile dans les deux sens. Cela signifie que tous les véhicules doivent ralentir pour négocier le passage. Ce faisant, ils auront tellement ralenti que le carrefour deviendra lui aussi plus sûr pour les cyclistes. Le vélo n’est pas prioritaire ici, mais le carrefour est rendu très facilement négociable grâce à cette conception.
Pour une déviation, cette partie de piste cyclable était pas mal du tout. De 2015 à 2018 environ, c’était le seul moyen d’accéder au reste de la véloroute. Une déviation temporaire à travers les champs, mais suffisamment large et avec un revêtement parfaitement lisse.
La piste cyclable rouge continue tout droit maintenant. L’ancienne piste cyclable noire est maintenant cette bande de sable sur le côté droit de la photo.
La Greenport Bikeway est également utilisé pour le loisir et par des cyclosportifs.
Certaines personnes se situent dans une catégorie intermédiaire entre les deux.

Vidéo – 32 minutes

La vidéo montre le trajet sur le Greenport Bikeway en 2020. Date du tournage : mercredi 26 août 2020.
Bien sûr, je fournis la preuve que je suis vraiment allé en Amérique à vélo ! Me voici à côté du panneau.

Un grand tour dans Bois-le-Duc (Den Bosch) – 12,1 km

Pour ce trajet, je me suis promené dans ma ville natale Bois-le-Duc. Cette balade a été filmée un vendredi après-midi du début du mois de septembre et l’atmosphère estivale est toujours présente. C’est une boucle qui part de la place du marché et de l’hôtel de ville en centre ville et passe par la périphérie nord. Je passe devant quelques endroits décrits dans des billets précédents auxquels je fais référence dans les légendes des photos. Mais surtout, je pense que cette balade montre à quel point tous les aménagements cyclables sont bien reliés. À certains endroits l’aspect des lieux est différent, mais la combinaison de tous ces éléments permet de circuler sereinement.

Le point de départ et d’arrivée de cette balade : la place devant l’hôtel de ville. La place est appelée « Markt » (« marché »). J’ai filmé les gens qui passent par là pour un précédent billet.
Le centre ville possède des rues qui ne sont manifestement pas dédiées à la circulation automobile. Vous pouvez circuler dans cette rue en voiture, mais l’espace est principalement conçu pour les gens. Un revêtement de pavés aux Pays-Bas est l’un des premiers signes qu’il ne s’agit pas d’un axe de transit. C’est l’une des rues que vous pouvez voir dans la vidéo concernant les livraisons à vélo de nourriture.
Les enfants jouent seuls dans les aires de jeux de la ville. Ils circulent aussi à vélo seuls, mais pas aussi jeunes. Ces deux jeunes enfants sont accompagnés par leur père, mais ils sont déjà à l’aise sur leur vélo.
Une des rues résidentielles que la ville a transformé ces dernières années. L’enrobé rouge indique que le vélo est roi ici et que la voiture est seulement invitée. Même si la ville de Bois-e-Duc n’utilise pas les panneaux de signalisation pour les vélorues (qui n’ont pas encore de traduction réglementaire), elle en respecte le profil. Cette rue a été aménagée en 2012.
Sur les grandes axes routiers, les pistes cyclables sont la norme. Nulle bande cyclable ici mais de pistes véritablement protégées, ici avec une haie. Les enfants, comme ce garçon sur son VAE (!), peuvent aller à l’école à vélo en toute sécurité grâce à ce type d’aménagement. Il m’est arrivé de comparer vélo d’hiver et vélo d’été dans cette rue.
À cet endroit, il y a un pont en bois sur lequel se trouve la véloroute F59 de Bois-le-Duc à Oss. Le pont a été spécialement construit pour l’école située à gauche de cette route. Les enfants traverser en toute sécurité. Ce viaduc a été l’un des éléments qui ont permis de consacrer la ville « Ville cyclamicale des Pays-Bas » en 2011.
Une grande partie des aménagements cyclables de la ville est de nature bidirectionnelle. Mais lorsqu’il en est ainsi, soit la piste cyclable bidirectionnelle n’est pas reliée à une route (ce que les Néerlandais appellent les pistes isolées), soit il y a un aménagement cyclable des deux côtés de la route, ce qui permet de choisir le côté de la route qui convient le mieux au trajet à effectuer. Dans le cas présent, il y a également une piste cyclable de l’autre côté de la route, mais uniquement dans le sens de la circulation.
La ville de Bois-le-Duc a transformé de nombreux carrefours à quatre branches en giratoires. Les ronds-points existants ont parfois été modernisés pour répondre aux derniers standards. C’est le cas ici. J’ai montré ce carrefour giratoire dans un billet.
Voici un exemple d’une « piste cyclable bidirectionnelle isolée ». Dans ce cas, il n’y a pas de route en vue, mais il s’agit d’un axe structurant. En fait, il s’agit de la principale piste cyclable reliant le nord de la ville au centre. J’ai montré l’ensemble du parcours en été, mais aussi dans la neige.
Les personnes atteintes de handicap peuvent utiliser les pistes cyclables sur leur scooter de mobilité, même pour promener leur chien. Grâce aux pistes cyclables suffisamment larges, deux personnes circulant côte à côte peuvent toujours passer de leur propre côté.
Cette route était autrefois considérée comme un axe principal. En tant que tel, elle disposait de 4 voies pour les voitures (2×2) et d’une bande cyclable. En 2013, elle a été convertie en une route 2×1 avec des pistes cyclables unidirectionnelles de chaque côté de la rue, comme décrit dans ce billet.
En approche du grand carrefour qui a été récemment requalifié et que j’ai montré dans un billet. On ne remarque guère que l’on s’approche d’une grande intersection. La piste cyclable ne rétrécit ni ne bifurque : en tant qu’axe structurant elle continue tout droit.
Ici, la piste cyclable bidirectionnelle devient unidirectionnelle de chaque côté après l’intersection. Vous pouvez choisir la direction à prendre en regardant le feu de signalisation à droite (sur l’image il indique qu’il est plus rapide de le contourner par la droite). D’autres fois, il peut être plus rapide de prendre à gauche pour contourner. J’ai expliqué ce système de signalisation dans un billet. En l’occurrence, je prends à gauche, donc le feu ne m’est pas utile. Ce carrefour va changer radicalement à l’avenir. Le pont au loin est en fin de vie et son remplacement est prévu à un endroit différent et beaucoup plus étroit puisque cette route n’est plus considérée comme un axe de transit. Il s’agit simplement de la route d’entrée dans le centre historique de la ville.
Cette rue a de nouveau un revêtement pavé. Cela signifie qu’on a réintégré le centre historique de la ville et qu’il n’existe plus d’espace dévolu principalement aux voitures. Cette rue est en zone à 30, cela signifie de même qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’un aménagement cyclable séparé.
De retour au cœur du centre historique de la ville. À cet endroit, c’est le cycliste qui es invité. C’est la zone commerciale piétonne. Certaines personnes ont choisi de pousser leur vélo, mais vous pouvez aussi pédaler, à condition de faire attention aux piétons. À droite c’est l’hôtel de ville. À gauche, on aperçoit les tours de la cathédrale d’où j’ai un jour filmé des gens qui passaient à vélo.

Vidéo – 39 minutes

Vidéo tournée le vendredi 4 septembre 2020 entre 15 et 16 heures.

Parcours complet de la « Slowlane » d’Eindhoven – 34,5 km

Eindhoven dispose d’aménagements cyclables remarquables. La curieusement nommée « Slowlane », longue de 32 kilomètres, en fait partie. Il s’agit d’une véloroute qui fait le tour de la ville en reliant l’université de technologie au campus de haute technologie et à l’hôpital de la ville en centre ville, pour ne citer que quelques lieux importants desservis. J’ai déjà parlé de la « Slowlane », mais je n’avais jamais fait le tour complet de la ville à vélo pour une vidéo. C’est désormais chose faite (dans le sens des aiguilles d’une montre).

00:10 C’est par le Silly Walks Tunnel que j’ai commencé et terminé mon tour. Toujours amusant d’emprunter ce passage !

J’avais prévu de faire la boucle intérieure de 32 km (il y a deux options à l’est) mais j’ai fait involontairement (ma propre version de) la boucle extérieure de 34,5 km en 1 heure et 45 minutes. Vous pouvez voir l’ensemble du parcours en temps réel. Ce n’est pas un plan séquence car j’ai dû arrêter de filmer plusieurs fois. Une fois pour changer mes batterie, une fois quand je me suis perdu et une fois quand j’ai été piqué par une guêpe ! J’ai coupé le son pour vous épargner mes cris. Mais en effet, une guêpe s’est prise dans ma chemise et m’a piqué à la poitrine. Je ne me sentais pas très bien pendant la dernière heure du trajet. À partir de 1:02:55, il y a une comparaison avant/après. La majorité du parcours a été filmé le 9 septembre, mais quand j’ai filmé pour le post de la semaine dernière (le 28 octobre), j’ai vu que la construction de la piste cyclable était terminée et j’ai filmé l’avant et l’après à cet endroit. Retrouvez plus d’informations via les légendes des captures.

04:33 Cet endroit du centre ville d’Eindhoven était un chantier l’année dernière. La Slowlane a été requalifiée et est maintenant à nouveau pleinement utilisable. Encadré : la situation en 2019. (Bilderdijklaan)
06:01 La Slowlane laisse la priorité aux voitures sur ce type de carrefour. Les automobilistes laissent poliment les cyclistes passer en premier. (Jan Smitzlaan)
08:50 Il y a eu quelques changements – même un an plus tard – sur la partie que j’avais déjà parcouru à vélo. Ce tunnel a pris un aspect funky avec sa mise en peinture. (Tunnel sous Boutenslaan)
13:22 L’itinéraire traverse la zone – apparemment privée – du High Tech Campus d’Eindhoven. Il y a un moyen de contourner cette zone si les portes sont fermées, mais j’ai juste suivi les petits S du revêtement et cela m’a conduit ici. (High Tech Campus/Professeur Holstlaan)
18:10 Malheureusement, mes petits compagnons en forme de S disparaissaient de temps en temps, alors je me suis perdu à quelques reprises. Ce chemin n’est manifestement pas au niveau. Apparemment, l’itinéraire était de l’autre côté de la route. Donc, bonne direction mais mauvais côté. J’ai repris le bon itinéraire peu après. C’est toujours un chemin agréable, même avec les vieux pavés. (Roffart)
22:25 Certaines zones industrielles sont très bien desservies par la Slowlane, qui est en effet également destinée à permettre aux gens de se rendre facilement sur leur lieu de travail. (Meerenakkerweg)
27:16 Cette femme a failli me rentrer dedans là où j’avais la priorité (à 27:07). Elle n’a même pas semblé le remarquer. Au loin le célèbre Hovenring que j’allais utiliser peu après cet incident. (Peter Zuidlaan/Zoom)
30:30 Le quartier résidentiel « Meerhoven » possède cette route avec une partie séparée pour les voitures particulières (uniquement intéressante pour les riverains et les visiteurs du coin), une route réservée aux bus (vers l’aéroport) et la piste cyclable. De telles rues sont de plus en plus courantes aux Pays-Bas. (Grasdreef)
33:19 La Slowlane passe devant l’ancien bâtiment de l’aéroport qui est maintenant au milieu d’une zone résidentielle (le nouvel aéroport se situe un peu plus loin). L’ancien bâtiment est magnifiquement restauré et les logements correspondent à son style. Sur la façade, « Luchthaven Eindhoven » (aéroport d’Eindhoven). (Zandkasteel)
39:48 Ces trois hommes étaient très conscients d’être filmés. Peut-être parce qu’ils ont réalisé qu’il est illégal de circuler à trois de front. Mais ce n’était pas un problème, la voie est très large.
43:40 Il est toujours bon de voir autant de types de vélos différents. Au loin, un chantier . Il y avait une piste cyclable temporaire pour le contourner. C’est là que j’ai été piqué par une guêpe. (Vous pouvez juste me voir faire une embardée à 43:32 en raison du choc et de la douleur…)
46:49 Cette partie au nord-ouest (près de Best) est plus étroite que le reste de la Slowlane. Il y avait des marques sur le revêtement et un panneau indiquant que cette partie serait bientôt élargie pour correspondre au reste de l’itinéraire.
51:17 Le trajet croise quelques lignes de chemin de fer, comme la ligne Eindhoven – Bois-le-Duc – Utrecht – Amsterdam, mais il n’y a pas de passages à niveau. Les trains interurbains, comme celui-ci, circulent toutes les 10 minutes dans les deux sens. (De Dieze)
1:04:52 Cette partie de la route était en chantier pendant l’été. Quand j’y suis retourné à l’automne, la piste cyclable était terminée. J’ai filmé la nouvelle situation et je l’ai montée dans la vidéo. C’est la partie la plus récente de la Slowlane. (Parc des sciences d’Eindhoven)
13h10:30 Une journée d’école vient de se terminer dans cette partie d’Eindhoven. La mère a crié à sa fille qu’elle devait rester plus au bord du chemin, mais l’enfant n’était pas encore en mesure de s’y conformer. Elle avait du mal à se diriger. Il fallait donc que je freine un peu et que je me décale le plus possible sur la droite, ce que la mère n’aimait manifestement pas. Ce n’était pas un problème pour moi et j’ai bien compris ce qui se passait. L’enfant apprendra bien assez tôt à gérer ses trajectoires. (Buitendreef)
1:16:08 Ici, j’ai pris une mauvaise direction. L’itinéraire tourne à droite ici ! Oui, j’ai aussi raté ça. Le marquage S va clairement à gauche ! Mais à gauche, c’est vers Son, une ville au nord d’Eindhoven. Le marquage S est également utilisé sur les chemins menant à la Slowlane. C’était trop confus pour moi à cet endroit. J’ai dû prendre la longue boucle extérieure à la fin. (Rond-point Eindhovenseweg/Anconalaan)
1:19:05 Je me suis retrouvé sur cette route de campagne qui n’a rien à voir avec la Slowlane. J’ai vu cet automobiliste être très attentionné avec les chevaux. Il ralentissait jusqu’à presque s’arrêter et serrait à droite autant que possible pour ne pas effrayer les chevaux. Cet automobiliste n’a pas été aussi gentil envers moi lorsqu’il m’a dépassé quelques instants plus tôt… (Bokt)
1:24:47 Retour sur la Slowlane, mais sur la boucle extérieure récréative à l’est de la ville. Un très beau chemin mais clairement pas un itinéraire structurant.
1:29:25 Une zone 30 devant une école. Cet automobiliste était très impatient et a dépassé ces écoliers en les rasant alors que j’arrivais en face. J’ai presque dû me mettre sur le bas-côté pour ne pas être heurté. Un automobiliste mettant en danger 7 personnes avec une seule mauvaise manœuvre (Il y avait 2 autres enfants qui roulaient à vélo devant ces 4 là). (Nuenenseweg)
1:31:12 Ces deux policiers ont regardé mon appareil photo et ont ensuite décidé de m’adresser un sourire et un « salut » amical. (Amazonenlaan)
1:35:16 Après avoir attendu plus de 2 minutes à ce feu rouge, la femme et moi nous sommes regardés : « celui-ci doit être cassé », et nous sommes passés. Il n’y avait pas de voiture en vue et nous sommes néerlandais. Un Néerlandais ne patiente pas sans raison valable. Quand je me suis retourné, les feux changeaient enfin. Pas cassés finalement. Leçon : faire attendre les gens trop longtemps conduit à des situations dangereuses. À Bois-le-Duc je suis habitué à des temps d’attente de 30 secondes au maximum. C’était donc tout simplement inacceptable. (intersection Wasvenpad/Van Oldenbarneveltlaan, s’est de nouveau complètement éloigné de la Slowlane…)
1:39:16 Enfin, je retrouve la boucle intérieure droite de la Slowlane ! Elle vient de ma gauche et tourne ici à ma droite. J’ai donc aussi pris ce virage à droite. Coïncidence, c’est l’endroit exact où j’ai commencé ma vidéo dans mon billet sur la Slowlane. (à l’angle Onze Lieve Vrouwestraat/Dominee Theodoor Fliednerstraat)
1:42:09 L’itinéraire sur le campus de l’Université de Technologie d’Eindhoven. Il y avait encore du monde même si l’université était pratiquement fermée en raison de la pandémie. (Dutmalapad)
1:43:33 Retour au point de départ, près de la rivière Dommel. De là, j’ai pu prendre à droite pour me rendre rapidement à la gare d’Eindhoven. (Pont sur la rivière Domel à Stationsweg)

La carte officielle de la Slowlane (avec ses deux options à l’est) n’est pas assez détaillée pour permettre de toujours trouver le bon chemin. C’est pourquoi mon trajet est légèrement différent à certains endroits. J’ai cependant suivi la plus grande partie du bon itinéraire, là où le marquage des S est clair.

Vidéo – 1 heure 44 minutes

Vidéo de mon trajet de 34,5 km sur la Slowlane en 1h44.
(Vitesse moyenne de 19,9 km/h sur un vélo de location monovitesse)

Une sortie automnale dans Bois-le-Duc – 8,3 km

Les neuf trajets précédents ont été filmés cet été et ce n’est donc plus raccord avec la météo que nous avons actuellement. Je propose donc cette dixième sortie enregistrée à l’automne, le 11 novembre dans ma ville natale de Bois-le-Duc (Den Bosch).

Ce trajet commence au nord-est de la ville dans une partie qui se trouve officiellement à Rosmalen (une ancienne commune qui fait maintenant partie de la municipalité de Bois-le-Duc). De grandes parties de cette zone sont préparées pour la construction mais rien n’a encore été édifié.
Le beau pont jaune de Groote Wielen. Je vous ai montré ce pont alors qu’il était encore assez neuf en 2018.
Les nouveaux quartiers résidentiels sont toujours pleins d’enfants, y compris dans cette partie de la ville. J’ai montré cet itinéraire cyclable structurant.
En bordure de la zone résidentielle, les routes sont plus larges et c’est là que se trouve l’infrastructure à niveaux séparés. J’ai déjà présenté ce giratoire à double-niveau.
C’était le 11 novembre et c’est normalement le début de la saison du carnaval à Oeteldonk (nom que porte Bois-le-Duc pendant les festivités). Cette année, il n’y a pas eu de festivités, mais certaines personnes ont porté les couleurs et la tenue du carnaval comme cet homme !
Le viaduc avec le carrefour en T se trouve entre Rosmalen et Bois-le-Duc. J’ai documenté son inauguration en 2015.
Cet automne, les écoles ont rouvert leurs portes aux Pays-Bas. On voit à nouveau de nombreux écoliers faire du vélo. Avec de grandes pistes cyclables comme celle-ci, on peut pédaler en toute sécurité.
Tout ne va pas toujours bien. Cette femme m’a coupé la route en évaluant mal ma vitesse. Elle aurait dû me céder la priorité, ce qu’elle savait pertinemment. Un geste de la main pour dire « je suis désolée ».
Il s’agit d’une piste cyclable bidirectionnelle à l’approche d’un rond-point bidirectionnel. Je veux tourner à droite ici et ce virage n’est pas vraiment facile. La pointe du trottoir est trop avancée, plus arrondie elle me permettrait de tourner plus facilement. Il y a toujours quelque chose à améliorer.
Il s’agit d’une partie de la véloroute F59 de Bois-le-Duc vers Oss. À cet endroit, une vélorue. À droite, le carrefour récemment requalifié que j’ai documenté.
J’ai l’intention d’aller tout droit, ce qui implique que je dois passer de l’autre côté de la route. Le panneau lumineux indiquant le sens de contournement le plus rapide du carrefour s’est éteint à mon approche. Je suppose que cela signifie qu’il n’y avait pas de route plus rapide à ce moment précis. J’ai dû attendre un peu en effet. (J’ai choisi la voie de gauche pour contourner l’intersection ; tout droit d’abord, puis à droite et enfin à gauche).
C’est un très vieux pont des années 1930. À l’époque, c’était le principal axe nord-sud du pays. (Maintenant l’autoroute A2 Amsterdam-Maastricht, autour de la ville). Le pont est en fin de vie et sera remplacé par une version beaucoup plus étroite et plus basse à droite de son emplacement actuel. Il faut souligner qu’il ne s’agit plus d’une route de transit et que cela fait partie du réaménagement de l’ensemble du quartier. Les travaux sont prévus pour 2025.
Ce carrefour a été requalifié en 2015. J’ai écrit un billet à ce sujet.
C’est l’une des routes les plus désagréables de la ville. Les bandes cyclables ne sont pas toujours adaptées. on peut constater que deux automobilistes ont profité de la situation (mauvaise conception) en garant leur véhicule à cheval sur la bande et le trottoir.
La fin du parcours sur la place principale devant la gare. Jusqu’à il y a quelques années, c’était l’entrée d’un parking souterrain pour voitures combiné à un parking à vélos. Aujourd’hui, les voitures doivent se garer ailleurs, puisque l’ensemble de l’installation est désormais réservé aux vélos.

Vidéo – 26 minutes

De Rosmalen à la gare centrale de Bois-le-Duc.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. PAOLI Guillaume dit :

    A peut-être faire suivre au conseil général pour trouver l’inspiration pour la liaison Saran Gidy

  1. 22 avril 2021

    […] autre véloroute expess appelée F2. C’est l’itinéraire de Bois-le-Duc à Zaltbommel. J’ai montré cet itinéraire. On l’appelle aussi F2 parce que cet itinéraire est également parallèle à […]

  2. 19 août 2021

    […] ferrée va de Raamsdonk (dans la commune de Geertruidenberg) à Waalwijk. Là, elle se connecte à la véloroute rapide vers Tilburg (F261) et à celle prévue vers Bois-le-Duc qui utilisera également l’ancienne ligne de chemin de […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :