Une merveille orléanaise

C’est Eoshyn, un twittos parisien aux observations et réflexions judicieuses qui m’a inspiré ce billet. Il se définit sur le réseau social à l’oiseau bleu comme « urbain à vélo et militant pour des infrastructures de qualité ». En guise de mise en bouche, ou de mise en jambe, savourons quelques exemples récents de sa production twittoriale.

Aux bons tweets

Toute ressemblance avec les stops de la « piste » du boulevard de Châteaudun n’est pas fortuite.
Un exemple de sas vélo qui nous vient d’Allemagne.
On en revient toujours aux Pays-Bas.
Sujet de moquerie habituelle : les lubies absurdes des architectes des bâtiments de France.
Retour sur une expérience peu banale proposée par la RATP.

Une merveille parmi d’autres

Le titre de ce billet est directement inspiré d’un de ses tweets en date du 3 janvier dont l’ironie tient en un mot :

En voyant ces deux photos, une voix a chuchoté à l’oreille de Jeanne : « Cela ne te rappelle donc rien ? » Oh que si ! Cela ressemble comme deux bouchons de valve aux diverticulis aurelianum qui fleurissent ici et là dans la métropole orléanaise. Il s’agit de proposer à celui ou celle qui se déplace à vélo de monter sur le trottoir, comme en haut de la rue Bannier ou, comme dans le cas qui nous intéresse, boulevard Guy-Marie Riobé. Mais là, rien ne le justifie (ni rejoindre un passage piéton, ni transformer une bande cyclable en places de stationnement). C’est cinquante mètres de tu-gênes-véhicule-à-propulsion-musculaire-libère-la-chaussée.

Cinquante nuances de trottoir mètres de diversion (le trait orange).
Le #gcum à droite c’est cadeau. Comme les bateaux.

Les plus averti(e)s savent que ce n’est pas un cas isolé le long de la ligne B du tramway, mais seuls ceux qui finissent par rouler sur un vélo jaune gentiane ont l’audace de parcourir de bout en bout le non-cheminement cyclable le long de cette ligne quand Jeanne se contente de s’égarer du côté de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

Et sauf erreur, la présence d’un sas vélo à cet endroit précis est récente.

En selle !

Mise en situation à la nuit tombée.

C’est encore heureux que ce diverticule ne soit pas obligatoire (panneau carré). Quid de la réinsertion dans le trafic :

  • si le sas vélo est occupé
  • si le feu est vert (perte de priorité ou priorité à droite ?)

Bref ce n’est pas un aménagement cyclable. C’est même tout son contraire puisqu’il ne facilite pas les déplacements à vélo.

Cette plaque sur place ne désigne pas le diverticule1.


Notes

  1. Le trottoir longe un bâtiment, une résidence, qui porte le nom d’Œuvre Jeanne d’Arc.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Calcius dit :

    Oui …et ça a des conséquences …mon épouse a fait une chute en passant sur une bordure, entrée d’une bande cyclable peinte sur trottoir… La roue a glissé car « l’angle d’attaque » pris n’était pas assez important.
    Merci les ingénieurs de la Mégapôle

  2. La jungle urbaine, du vécu ….

  3. REGUIGNE REGIS , dit :

    L ‘ enquête publique Plan de Déplacements Urbains d ‘ Orléans Métropole commence ce lundi 07/01/2019 , cahiers accessibles dans toutes les mairies ; amis cyclistes précipitez vous pour aller poser vos doléances et , encore mieux , faire vos propositions … cyclables . ok ?

    • Calcius dit :

      Est-ce utile ? est-on entendu ? encore une commission bidule ? Un bon aménagement cyclable coûte un plus cher qu’un mètre de peinture routière….Alors que la Métropole ne veut que du linéaire cyclable pour son autopromotion : « 428 km d’itinéraires cyclables sur la métropole orléanaise » http://www.orleans-metropole.fr/154/velo-pietons.htm

      • REGUIGNE REGIS , dit :

        Oui , et oui , ami Calcius ( citoyen de première classe à Rome ? ) car , ne rien faire , ne rien dire c’ est accepter que d ‘ autres ( qui n ‘ y connaissent pas grand chose ) décident à notre place . De plus , au delà de l ‘ enquête publique , si  » ils  » ne nous écoutent pas , nous aurons l ‘ occasion de leur demander des comptes , de faire savoir leurs insuffisances , voire leur mépris à notre égard Or , 2020 , ce sont les  » municipales  » alors , nous aurons autant d ‘ occasions qu ‘ il y a de communes dans Orléans – Métropole , de venir , publiquement ,  » faire leur réclame  » . OK ?.

  4. janpeire dit :

    Pire est le cheminement en face (rue E. Vignat → rue G.M. Riobé), même station de tramway… les braves savent 🙂

    • Jeanne à vélo dit :

      Disons aussi pire mais comme c’est plus long c’est plus rigolo, et plus varié aussi dans le n’importe quoi. 🙂
      Je compte bien faire un petit reportage un de ces jours dans ce sens est-ouest au moins jusqu’à L’Argonaute.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :