Pédaler sous la pluie à Rotterdam

Mark Wagenbuur en est convaincu : vous n’êtes pas en sucre… et ce n’est pas la pluie qui vous fera fondre. Ses compatriotes semblent d’accord avec lui comme il a pu le vérifier une nouvelle fois du côté de Rotterdam.
Voici la traduction de « Riding in the Rotterdam rain (again) » publié le 31 mars 2021 sur Bicycle Dutch.

Presque à chaque fois que des images de Néerlandais faisant du vélo sont publiées sous une forme ou une autre, quelqu’un fait remarquer que ça a l’air super mais pose ensuite la question : « Et quand il pleut ? » Eh bien oui, il pleut aux Pays-Bas, mais pas aussi souvent que les gens ne l’imaginent. Regardons (encore) ce qui se passe sous la pluie dans le billet et la vidéo de cette semaine. Surprise : nous continuons à faire du vélo.

Certaines personnes se content de relever leur capuche. Le plus important est que le haut de votre corps reste sec. Les jeans vont sécher.
D’autres portent une combinaison de pluie complète. Un pantalon et un manteau imperméables utilisés comme sur-vêtements.

Récemment, l’utilisateur @urbanthoughts11 a montré sur Twitter un court extrait d’une vidéo sur le vélo à Utrecht. Il s’agissait d’un extrait d’une vidéo intitulée « Stroming » (vapeur ou flux) de la chaîne YouTube Small places, montrant le flux de cyclistes à Utrecht, il est vrai par très beau temps. Inévitablement, quelqu’un (qui se décrit comme un grincheux) a posé la question :

Intéressant. Mais que se passe-t-il quand il pleut… […] On n’est plus dans les années 50. De la pure propagande. Je suis surpris qu’il n’y ait pas de licornes à l’image.

Le fait que nous ayons une culture du vélo semble surprendre certains expatriés vivant aux Pays-Bas :

« Sérieusement, dans un pays où il pleut tant, je m’étonne que le vélo soit un mode de transport aussi populaire. […] Lors d’une pluie particulièrement forte, on peut avoir l’impression que le pays tout entier est submergé sous un pouce d’eau. Et rien de bon ne peut résulter d’une grande flaque d’eau et d’un cycliste exposé. Que ce soit par l’éclaboussure de vos propres pneus ou par l’énorme jet généré par un automobiliste mesquin, vous allez être mouillé. »

Cette personne a essayé de garder le haut du corps chaud et sec, mais la partie inférieure a reçu moins d’attention. Certaines personnes portaient leur masque. Ils tiennent chaud en hiver mais ne gardent pas au sec.
Une image très hollandaise. Rouler sous la pluie pour aller faire des courses. Dans une combinaison de pluie complète et avec deux sacs en plastique Albert Heijn suspendus au guidon.

Une autre personne a posé la question sur un forum :

Comment les Néerlandais se rendent-ils au travail à bicyclette en hiver ou par temps de pluie ?

Un Néerlandais a répondu à juste titre :

De la même façon qu’ils le font par une journée ensoleillée, ils s’assoient sur la selle et appuient sur les pédales. La seule différence réside dans les vêtements

En effet, vous pouvez vous habiller pour la pluie : il existe de nombreux types de vêtements adaptés que l’on trouve facilement dans tous les magasins de vélos mais aussi en grande surface. Une autre option consiste à laisser simplement vos vêtements sécher.

Il pleut mais vous tombez sur un ami ? Vous devez prendre des nouvelles, après tout ce n’est que de l’eau.
Il a plu abondamment ce jour-là et pendant des heures.

Une entreprise qui vend des fournitures de bureau a écrit un billet de blog sur le vélotaf par temps de pluie. Ils ont étudié les relevés météorologiques et ont mené leur propre enquête1. Le résultat :

Bien que les gens n’aiment pas la pluie, notre enquête montre que 4 personnes sur 5 qui se rendent généralement au travail à vélo ne sont pas arrêtées par celle-ci. Malgré la pluie, ils prennent quand même leur vélo. La plupart d’entre eux choisissent de rouler 5 à 10 minutes plus tard pour attendre que la pluie passe. Et pourquoi pas ? 73% des personnes interrogées déclarent que leur employeur est compréhensif lorsqu’ils arrivent un peu plus tard au travail en raison des circonstances météorologiques.

C’est une observation intéressante. Comme beaucoup de Néerlandais se déplacent à vélo, cela créé une expérience commune. Personne ne sourcille lorsque des personnes déambulent en pantalon ou en jupe mouillés un jour de pluie, ou lorsqu’elles entrent dans une réunion avec des gouttes de pluie dans les cheveux. Cela est facilement accepté lorsque la moitié des personnes du bureau se présentent ainsi.

L’utilisation d’un parapluie à vélo, typiquement néerlandais.
Cette femme est bien mieux protégée contre la pluie que les personnes tenant des parapluies.

L’entreprise a également étudié sur une longue période les données météorologiques, ce qui a permis de découvrir des statistiques intéressantes.

L’été est la saison la plus pluvieuse

Mercredi est le jour ouvré le moins arrosé

C’est entre 9 heures et 10 heures du matin qu’il pleut le moins

Cette dernière information a fait tilt chez moi. En effet, à chaque fois que je me faisais saucer en allant au travail le matin, je me retrouvais assis à mon bureau, le pantalon tout mouillé, et la pluie s’arrêtait toujours. Je sais maintenant que ce sentiment est fondé !

Tout le monde ne s’est pas habillé pour le trajet, beaucoup de gens se sont habillés pour la destination. La pluie ? Faisons comme si elle n’était pas là.
Il est intéressant de voir comment chacun affronte la pluie. Indépendamment de l’âge et du milieu social, certaines personnes portent un imperméable et restent parfaitement au sec, d’autres pas du tout.

Si vous avez besoin de conseils concrets pour lutter contre la pluie à vélo (aux Pays-Bas). Le blog Iamexpat s’occupe de vous.

Alors que se passe-t-il quand il pleut ? On fait avec et on continue à pédaler !

Les Néerlandais comptent sur leurs applications météo pour prédire la pluie à la minute près et au millimètre près. Vous pouvez décider d’attendre que la pluie passe, mais pas quand vous voyez ça. Il va pleuvoir toute la journée. Dans ce cas, vous y allez. Equipé ou non.
La vidéo de la semaine : des gens pédalent sous la pluie à Rotterdam.

Ce n’était pas la première fois que j’observais des gens rouler sous la pluie de Rotterdam. J’ai filmé pour ce billet le mercredi 3 février 2021. Le même jour, j’ai également filmé le Maastunnel. J’ai roulé jusqu’à ce tunnel par ce temps et je ne portais pas non plus de combinaison de pluie.

Notes

  1. La même chose a été faite en France, j’en avais parlé dans ce billet. NdT

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. V-LO dit :

    Personnellement, la pluie ne me dérange pas spécialement : le plus important est de s’équiper en fonction de l’intensité de la pluie et de sortir le bon équipement (visière, cape…) au bon moment pour ne pas arriver en sueur ou trempé. De toute façon, arriver au bureau à vélo un jour de flotte fait de vous un héros ou une héroïne des temps modernes. 🙂
    Je me méfie davantage du vent que de la pluie, car je trouve que ça modifie vraiment les sensations et les dangers sur la route.
    Par contre, je trouve que bien souvent, la pluie désinhibe les automobilistes qui sont bien plus prompts à me foncer dessus, alors même que je renforce ma visibilité et l’éclairage de mon vélo. Problème de perception des automobilistes ?
    L’exemple le plus criant est la rue des Murlins dans sa partie en DSC non matérialisée par une bande ou des pictos. Systématiquement, lorsqu’il pleut, j’assiste aux pires comportements des automobilistes, alors que déjà, quand il fait beau, c’est pas simple de circuler par-là…

  1. 5 avril 2021

    […] bien, pour la pluie, il y a un exemple ici, à Rotterdam (>fr), pour la neige, c’est ici dans l’agglomération […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :