Choses vues, choses vécues

Pour ce dernier billet de l’année 2019, il y aura à boire et à manger. Normal en cette période de l’année me direz-vous. Nulle rétrospective comme il est souvent d’usage, mais une sorte de petit florilège de ces dernières semaines. Cinq courtes vidéos sans lien entre elles pour témoigner de tranches de vie urbaines à vélo – l’occasion d’autant de digressions.

Choses lues

Je ne peux décemment pas m’inspirer du grand Victor Hugo1 pour le titre de ce billet sans rendre hommage à ses écrits. Voici quelques paragraphes piqués dans ses Choses vues2.
Toute ressemblance etc. …

« Juillet 1850.

Toutes ces lois que vous faites-là, c’est du combustible.
Coups d’États, lois de compression, lois de vengeance, provocations, etc.
J’éprouve en ce moment un sentiment indéfinissable : l’humiliation d’avoir en face de moi la bêtise toute-puissante.

Lois d’état de siège, lois de censure, lois de clôture, lois de compression, lois d’étouffement, lois pour l’ignorance publique, lois de déportation et de transportation, lois contre le suffrage universel, lois contre la presse. Ils disent : faisons de l’ordre.
Pour eux la camisole de force s’appelle le calme.

Moment bizarre.
Nous sommes en République, le parti monarchique gouverne.
La réaction, officiellement et à la tribune, est obligée de faire bonne mine à la République, mais comme ces mauvaises mères qui, forcées de sourire à leurs enfants en public, s’en dédommagent et les fouaillent à huis clos, elle se cache derrière les lois de compression et là elle administre d’énormes fessées aux principes révolutionnaires. »

Frilosité ressentie

On retrouve Madi Carlson sur Instagram avec une photo de l’un de ses fils et cette légende : « Notez le sourire en coin — image prise quelques instants après qu’un voisin a lancé « tu n’as pas froid bonhomme ? » Température de 3°C (ressenti 0°C). » :

#F4F4F4; border-radius: 50%; flex-grow: 0; height: 40px; margin-right: 14px; width: 40px;">
#F4F4F4; border-radius: 4px; flex-grow: 0; height: 14px; margin-bottom: 6px; width: 100px;">
#F4F4F4; border-radius: 4px; flex-grow: 0; height: 14px; width: 60px;">
Voir cette publication sur Instagram
#F4F4F4; border-radius: 50%; height: 12.5px; width: 12.5px; transform: translateX(0px) translateY(7px);">
#F4F4F4; height: 12.5px; transform: rotate(-45deg) translateX(3px) translateY(1px); width: 12.5px; flex-grow: 0; margin-right: 14px; margin-left: 2px;">
#F4F4F4; border-radius: 50%; height: 12.5px; width: 12.5px; transform: translateX(9px) translateY(-18px);">
#F4F4F4; border-radius: 50%; flex-grow: 0; height: 20px; width: 20px;">
#f4f4f4; border-bottom: 2px solid transparent; transform: translateX(16px) translateY(-4px) rotate(30deg)">
#F4F4F4; border-right: 8px solid transparent; transform: translateY(16px);">
#F4F4F4; flex-grow: 0; height: 12px; width: 16px; transform: translateY(-4px);">
#F4F4F4; border-left: 8px solid transparent; transform: translateY(-4px) translateX(8px);">

Note the tiny grin—taken moments after a neighbor exclaimed, “Aren’t you cold, Buddy?” 37F feels like 32 (3C feels like 0)

Une publication partagée par Madi Carlson (@familyride) le

Et toujours aux États-Unis, du côté du Minnesota, un gars est simplement sorti faire quelques courses :

Y aura-t-il de la neige à Noël se demande-t-on chaque année ? On connait désormais la réponse. Pour les amateurs de poudreuse, ne reste plus qu’à (re)lire ce chouette billet publié par le camarade JP en février 2018 : « Vider ses sacoches, billet fastoche ».

Smartphone et vélo

Parmi les livreurs à vélo qui officient à Orléans, dont certains sont probablement des sans-papiers exploités selon le principe qui veut que dans un système dérégulé on trouve toujours plus misérable que soi3, il y en a un qui se distingue par son profil. Équipé de pédales automatiques sur son vélo effilé, il a fière allure.

Le même à la nuit tombée qui donne à voir sa dextérité au guidon :

Jamais sans mes freins

J’ai déjà diffusé cette scénette sur les réseaux sociaux avec ce commentaire :

« Quand je suis arrivé à la hauteur de ce papy corpulent, j’ai pu observer que ses freins, à l’avant et à l’arrière, étaient… dépourvus de patins ! 😮 « 

Moment confession : dans une vie antérieure, par négligence dans l’entretien de mon vélo de l’époque, il m’est arrivé une fois de heurter le parechoc de la voiture qui me précédait. J’étais arrivé au bout du bout des patins de frein. Le choc étant fort léger, le conducteur ne s’en était pas rendu compte. La honte, elle, ne m’avait pas épargné.

La fête à la grenouille

C’est peu dire qu’après un sec mois de septembre, l’automne nous a abondement arrosés. Et il se trouve qu’en novembre, un salarié de Météo-France a publié une étude très intéressante sur le thème classique du « faire du vélo sous la pluie, non merci ».

Dans sa conclusion l’auteur vise juste :

« Cette étude montre qu’il est assez peu fréquent de se faire mouiller lors d’un trajet à vélo, voire très rare. D’ailleurs, les pays où l’usage du vélo est le plus développé sont loin d’être les plus secs et il ne pleut pas moins à Copenhague, Berlin ou Amsterdam qu’à Paris, Toulouse ou Lyon. Une fois l’usage du vélo acquis comme une habitude du quotidien, les aléas climatiques du cycliste entrent dans la normalité et il n’est pas plus problématique pour un cycliste de sortir sa cape de pluie un après-midi de printemps que pour un automobiliste de gratter le givre de son pare-brise un matin d’hiver. Le vélo permet d’être plongé dans les éléments naturels que sont l’air, le vent, la pluie, et quoi de plus normal pour un être humain que d’être mouillé quand il pleut ? »

Un soir de drache, j’ai capté cette très courte scène qui illustre à merveille le principe physique selon lequel les enfants ne sont pas en sucre :

Tout carbone

Le hasard m’a fait croiser perpendiculairement le disert Monsieur Phal, une célèbre figure orléanaise sur un vélo non moins remarquable4. C’était dans l’axe de la rue Jeanne d’Arc :

Le commercial de la marque pour la région Europe du Centre Ouest du côté de l’Atlantique, Tom Goldcog, me l’a confirmé par texto : « nos vélos ne sont pas réservés aux sveltes et volubiles barbus de petite taille »5.

Pédaler les yeux grands ouverts

« Anticipez, anticipez, il en restera toujours quelque chose », c’est toujours valable à vélo. Concernant les dispositions réglementaires, la municipalité n’a pas anticipé la promulgation il y a quelques jours de la Loi d’Orientation des Mobilités (voir « La Loi des Mobilités ne fera pas la révolution du vélo » chez Isabelle Lesens). Cette nouvelle disposition en particulier :

« Art. L. 118-5-1. – Afin d’assurer la sécurité des cheminements des piétons en établissant une meilleure visibilité mutuelle entre ces derniers et les véhicules circulant sur la chaussée, aucun emplacement de stationnement ne peut être aménagé sur la chaussée cinq mètres en amont des passages piétons, sauf si cet emplacement est réservé aux cycles et cycles à pédalage assisté ou aux engins de déplacement personnel.
« Les dispositions du présent article sont applicables lors de la réalisation de travaux d’aménagement, de réhabilitation et de réfection des chaussées. Les travaux de mise en conformité doivent avoir été réalisés au plus tard le 31 décembre 2026. »

Illustration avec l’intersection accidentogène entre la rue de Coulmiers et la rue de Xaintrailles qui a été refaite il y a quelques semaines. C’est un lieu de passage très fréquenté (collège et école primaire).

Outre la reprise du plateau surélevé, les deux passages piétons de la rue Xaintrailles ont été rapprochés du carrefour.

Il y a probablement une difficulté technique à réaliser un plateau surélevé lorsque la rue est en pente (comme rue des Grands Champs). Cette intersection, dans l’axe de la rue Xaintrailles forme une sorte de cuvette. Résultat après réfection : le plateau y est de niveau avec le carrefour, il ne joue donc pas son rôle de ralentisseur. Et puis le stationnement bilatéral a été matérialisé jusqu’au droit du passage protégé sans ménager cet espace dégagé de cing mètres nécessaire à une bonne co-visibilité.

La partie de la rue de Coulmiers qui passe devant le collège Dunois est en double-sens cyclable (et navette-bus à faible fréquence). La vigilance est donc de mise comme le montre cette courte séquence :

Image de transition

À l’année prochaine !

Notes

  1. Chose amusante, il semblerait que Hugo n’ait jamais rien écrit sur le vélocipède. Cependant, ruse de l’histoire, son dernier secrétaire particulier, Richard Lesclide, a été « l’un des grands promoteurs du vélocipède à la fin du XIXe siècle, à travers la création de la revue Le Vélocipède illustré (1869), l’écriture d’essais sur le cyclisme sous le pseudonyme de Jacques Le Grand (Le Manuel du vélocipède en 1869, le Tour du monde en vélocipède en 1870) mais aussi l’organisation de compétitions sportives » nous apprend Wikipédia.
  2. Pages 243 et 244 de la version Folio de l’édition établie en 1972 par Hubert Juin pour Gallimard.
  3. « des travailleurs précaires trouvent matière à rémunération en profitant de plus précaires qu’eux » (« Uber Eats, Deliveroo… quand des travailleurs précaires profitent d’autres plus précaires encore », BigBrowser, 17 juin 2019).
  4. Celles et ceux qui ne le connaissaient pas l’ont découvert à l’occasion d’une interview qu’il a donnée à La République du Centre le 1er septembre 2019 : « Monsieur Phal quitte le site de jeux Trictrac : « Le joueur s’est transformé en consommateur » »
  5. Vous pouvez voir M. Phal prendre soin de son bijou dans cette vidéo.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. janpeire dit :

    Merci pour le florilège de vidéos réduites, pour les liens, entre autres d’un, visiblement, voisin que, contrairement au super livreur, je n’ai jamais croisé, ni à pied, ni à vélo, comme quoi, même si la ville est petite, le monde est grand.

    À l’an prochain !

  1. 17 janvier 2020

    […] dans la flaque et ses observations rejoignent les propos d’un météorologue rapportés récemment ici même : « Une fois l’usage du vélo acquis comme une habitude du quotidien, les aléas climatiques du […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :