Faire du vélo en zone rurale aux Pays-Bas l’hiver

Mark Wagenbuur se propose ici de montrer à quoi ressemble la pratique du vélo utilitaire en dehors des zones urbaines aux Pays-Bas. Où l’on constate que le conducteur de véhicule motorisé moyen n’y est globalement pas plus courtois qu’en France.
Voici la traduction de « Winter ride in the countryside » publié le 24 mars 2021 sur Bicycle Dutch.

Mes billets se concentrent souvent sur le vélo en zone urbaine, mais il est également très agréable de faire du vélo dans la campagne néerlandaise ! Bien que faire du vélo en ville puisse sembler plus réglementé – avec toutes les aménagements cyclables en site propre – les mêmes mesures de hiérarchisation du réseau et de filtrage modal s’appliquent également au réseau routier rural des Pays-Bas. Le trafic de transit se fait sur les routes principales où il y a une infrastructure cyclable protégée ou – dans le cas d’une autoroute – un itinéraire alternatif pour le vélo. Les routes plus petites, utilisées uniquement par le trafic local, peuvent être partagées. Ce billet vous propose de découvrir ce que ça donne en situation.

Juste à l’extérieur d’Uden, sur cette belle piste cyclable étroite bordée d’arbres, j’ai décidé de commencer à filmer, sans idée préconcue.
L’itinéraire cyclable la plus direct d’Uden en direction de Bois-le-Duc permet de découvrir toutes sortes d’aménagements, des routes de campagne partagées aux pistes cyclables bidirectionnelles, des chemins de terre boueux dans les bois à une véloroute express le long d’un canal.

Dans un précédent billet, je vous ai montré la véloroute F50 requalifiée entre le village de Nistelrode et la ville d’Uden. Pour pouvoir filmer cet avant et cet après, j’avais fait du vélo depuis Bois-le-Duc via Oss jusqu’à Nistelrode (deux fois !). De ce village, j’ai filmé le trajet jusqu’à Uden, puis j’ai pu reprendre une route directe à partir de là jusqu’à Bois-le-Duc. Ce grand tour faisait environ 60 kilomètres. Pour les images de l’ « après », il s’agissait d’une balade tranquille dans l’après-midi d’un beau mardi de décembre 2020.

Même sur les petites routes de campagne, il existe des mesures visant à réduire la vitesse du trafic automobile, comme ces bornes qui obligent les voitures à traverser ce petit village en zigzaguant.
Partager la route avec d’autres véhicules n’est pas un problème tant que les conducteurs de gros véhicules font attention aux usagers plus vulnérables et plus lents. Cela n’a pas toujours été le cas. Certains conducteurs étaient trop pressés ou ne pensaient qu’à eux. Ce conducteur aurait pu serrer davantage sa droite.

Je n’avais pas décroché la caméra de mon guidon et juste après avoir quitté la ville d’Uden, j’ai pensé : « Pourquoi ne pas filmer encore un peu sur le chemin du retour ? ». Je ne l’avais pas prévu et je ne savais pas ce que j’allais faire de ces images. Réalisant que je n’avais pas filmé depuis le début de l’itinéraire, j’ai pensé que c’était peut-être inutile et j’ai arrêté de filmer après un certain temps. Je pensais aussi que le parcours était devenu un peu ennuyeux. Mais j’ai ensuite changé d’avis et décidé de filmer tout le retour tant que la batterie tiendrait le coup. Je n’ai arrêté de filmer que pendant quelques centaines de mètres mais ils ressemblaient à ce que j’avais déjà, donc au final ça n’a pas d’importance. Étonnamment, la batterie a tenu presque tout le chemin jusqu’à Bois-le-Duc. J’ai pu filmer tout le trajet de retour, sauf les 3 derniers kilomètres. Si vous voulez savoir à quoi ressemble cette dernière partie, ce parcours (en sens inverse) est présenté dans un autre billet.

Le flux principal de circulation continue à droite ici, mais l’ancienne route allait clairement tout droit. Ces routes n’étaient pas toujours pavées dans le passé et ce chemin ne l’est pas. Je l’ai quand même pris, car c’était le chemin le plus court et qu’il m’est familier.
J’avais déjà pédalé ici, mais en été. Évidemment, c’est une expérience différente, mais le chemin n’était pas trop boueux ou humide. J’ai roulé principalement sur le côté gauche. C’est autorisé parce que le panneau « fietspad » implique après tout que l’utilisation de la « piste cyclable » n’est pas obligatoire ici. Les deux panneaux supérieurs indiquent qu’il s’agit d’un cul-de-sac pour la plupart des véhicules, sauf pour les cyclistes.

Ce que cette vidéo documente, c’est une simple balade à travers la campagne. Pas un des itinéraires les plus touristiques sur les plus beaux chemins, non, c’est simplement le chemin le plus court pour rentrer chez soi. Vous verrez qu’il se tient principalement à l’écart de la circulation automobile. Le trafic automobile de Uden à Bois-le-Duc utilise l’A50 et la N279, une route d’environ 27 km de long. J’ai emprunté des routes secondaires pour un itinéraire plus direct d’environ 22 km. Parfois, j’aurais peut-être dû rester sur l’asphalte des détours les plus longs et ne pas prendre les chemins de terre plus directs dans les bois. Mais je connaissais cet itinéraire particulier depuis que j’ai filmé les images précédentes en été et même en hiver, ces chemins de terre étaient encore utilisables. J’ai quand même dû nettoyer mon vélo après coup.

C’est la raison pour laquelle cette route est un cul-de-sac pour la plupart du trafic. Il s’agit d’un filtre modal en pleine campagne.
À partir de cette intersection, l’ancienne route est également utilisée comme route moderne. Cela signifie que la route est à nouveau revêtue d’un bitume lisse, mais qu’elle est également partagée avec d’autres véhicules.

J’ai rencontré quelques automobilistes sur les routes de campagne et leur comportement n’était pas toujours amical. Je décris ces rencontres en légende des prises de vue. Au final, vous aurez certainement une bonne idée de ce à quoi ressemble la pratique du vélo en milieu rural aux Pays-Bas. C’est généralement agréable, même s’il n’y a pas vraiment d’aménagement cyclable dédié. On peut remercier les politiques nationales d’apaisement de la circulation. L’itinéraire que j’ai filmé fait 16,8 km de long et j’en propose une version en temps réel et une version accélérée. Cette vidéo a été filmée le mardi 15 décembre 2020.

À cet endroit, la route moderne fait à nouveau un détour (à gauche autour du champ), mais en tant que cycliste, vous pouvez ouvrir le portail en bois et continuer tout droit jusqu’à l’endroit au loin où une camionnette blanche est garée. C’est là que la route moderne rejoint l’ancienne. Ce raccourci m’a permis de gagner 600 mètres sur mon trajet.
Ce n’est pas un véhicule que l’on s’attend à voir au milieu de la campagne ! Je l’ai entendu arriver derrière moi et quand j’ai regardé en arrière, j’ai su que je devais lui laisser la place. Il n’aurait pas pu me dépasser sans danger si j’avais été sur le bitume. Le conducteur n’était pas très reconnaissant, je crois. De mon point de vue, il s’est rabattu trop tôt. Il aurait dû me dépasser complètement avant de se rabattre. La proximité de ces grandes roues n’est pas confortable.
Et les conducteurs de gros véhicules ne sont pas les seuls à mettre en danger les cyclistes. Ce conducteur aurait dû se décaler beaucoup plus sur la gauche avant de me dépasser. Cependant, il y a des bornes en bois sur le côté gauche ainsi que sur le côté droit, destinées à faire baisser la vitesse. Le conducteur aurait dû attendre derrière moi pour me dépasser en toute sécurité après que nous eûmes tous deux passé ces bornes. Mais cela aurait pris quelques secondes et c’était clairement trop demander.
La bande rugueuse de chaque côté de l’asphalte lisse est conçue pour rétrécir visuellement la route afin de réduire la vitesse. La bande peut être utilisée par tous les usagers (y compris les cyclistes) pour s’écarter de la circulation en sens inverse. Malheureusement, tous les conducteurs ne le font pas. Heureusement, lorsque deux personnes à vélo doivent se croiser, elles peuvent toutes deux rester sur le bitume sans problème.
Tous les conducteurs n’étaient pas inamicaux. Ce conducteur comprend à quoi sert cette bande : à s’écarter de la circulation en sens inverse, même lorsque cette circulation est constituée d’une personne à vélo ! Davantage de conducteurs devraient agir de la sorte.
Presque à la fin de la vidéo, je passe devant ce pont cycliste sur le Zuid-Willemsvaart. J’ai écrit un billet sur ce pont après son ouverture en décembre 2016 et lorsqu’il a été mieux relié à Den Dungen. Je n’ai pas utilisé cette meilleure liaison, je suis allé directement à Bois-le-Duc, qui est environ 15 minutes plus à l’ouest.
À 3 kilomètres de Bois-le-Duc, la batterie était complètement déchargée. Cette véloroute, qui longe un canal, mène directement au coeur de la ville.

Version en temps réel

Version accélérée

La carte de ce trajet de 16,8k m.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. janpeire dit :

    Ça fait plaisir de « constater » que hors l’urbain, les Pays-Bas semblent un poil moins « cycloparfaits » qu’ils aiment à se présenter, cependant, quelques remarques :
    — la différence faite entre « simple route de campagne » et « itinéraire touristique (de qualité) » n’est pas flagrante… au regard d’un célèbre itinéraire attrape touriste dont la forme trottoirisée traverse l’agglomération johannique.
    — même en « pleine campagne », il y a un certain soin apporté à la réalisation : bornes en bois, bandes rugueuses, piano…
    — je ne me figure pas du tout ce que sont ces « bandes rugueuses », mais lors d’un récent voyage dans la campagne limousine, le Dédé local menait une « expérience aménagementorielle » sous la forme de « bandes peintes sur les côtés pour donner une impression de rétrécissement et faire ralentir les véhicules ». Visiblement, face à des problèmes similaires, les approches sont radicalement différentes.

    JPB

  2. Très bien construit ! Le fait de voir les photos et de lire les commentaires associés permet de tirer de la version accélérée. Sans ce préalable il faudrait regarder la version longue. Bravo !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :