Retour sur le Winter Cycling Congress 2020 à Joensuu

Après le teasing enneigé de « À vélo sur la neige finlandaise », Mark Wagenbuur revient sur l’édition 2020 du Winter Cycling Congress qui a été créé en 2013 par la Winter Cycling Federation et dont le mot d’ordre est « le vélo d’hiver pour tous ». Voici la traduction effectuée à chaud – et au chaud – de « Winter Cycling Congress 2020 in Joensuu » publié le 19 février 2020 sur Bicycle Dutch.

La ville de Joensuu a accueilli l’édition 2020 de la conférence internationale sur le Winter Cycling. Avec des températures descendant à – 13 °C, un ciel parfois d’un bleu éclatant et des chutes de neige, les 170 participants ont réellement pu apprécier l’hiver scandinave. Dans de telles conditions il est facile d’adopter l’hiver et je pense que la plupart des participants l’ont fait, y compris à vélo.

La neige fraîchement tombée est balayée sur les côtés et damée ce qui permet de maintenir de bonnes conditions de circulation à vélo dans Joensuu.
Les giratoires de Joensuu avec un anneau séparé pour les vélos dans les deux directions, voilà qui me parle, même enneigés.

La ville de Joensuu, une petite ville universitaire d’environ 76500 habitants, m’a prêté un vélo à pneus cloutés. A chaque fois que j’en ai eu l’occasion au cours du congrès, je suis sorti explorer les rues et les parcs. La ville a été fondée en 1848 par le tsar Nicolas 1er, quand la Finlande était un grand-duché de l’Empire russe. Le plan orthogonal des rues est d’origine, mais le type d’habitat a complètement changé. Seuls quelques exemples de maisons en bois mono-familiales subsistent, la plupart ont été remplacées par des immeubles de 3 ou 4 étages. Ce qui signifie qu’une ville rassemblant environ 7000 personnes dans les années 1950 en compte aujourd’hui près de dix fois plus avec le même réseau viaire. Les cheminements cyclables sont principalement placés sur les trottoirs. Des panneaux indiquent si les vélos sont autorisés ou non. Ce qui n’est pas très intuitif pour un étranger, mais on s’y fait. Dans les aménagements les plus récents, une plus grande distinction est faite entre les voies piétonnes et vélos. Le rouge est la couleur retenue pour ces nouveaux aménagements cyclables, ce qui bien entendu ne se donnait pas à voir avec la neige. L’ajout le plus récent à l’infrastructure cyclable est la vélorue, calquée sur la fietsstraat néerlandaise. Dans ces rues, les personnes à vélo sont invitées à rouler au milieu de la voie et elles le font.

Cette vélorue est bien fréquentée un soir d’hiver. Elle cède la priorité au trafic motorisé à cette intersection, ce qui est plutôt une exception.
Ce pont piéton et vélo construit en 2014 relie un nouveau quartier en développement à la ville. Il est magnifiquement éclairé la nuit. De l’autre côté du pont on aperçoit le plus haut immeuble en structure bois de Finlande avec 14 étages de logements étudiants.

À Joensuu, des chasse-neige dégagent les rues de la neige fraîchement tombée et la dament sur leur passage en traçant des sillons. La couche de neige restante est moins glissante et se révèle bien adaptée aux déplacements à vélo. Le salage n’est pas adapté aux températures que Joenssu connaît en temps normal. Les villes comme Helsinki qui, même au milieu de l’hiver, peuvent connaître des températures légèrement positives, sont confrontées au problème de la neige fondue qui gèle la nuit. La pellicule de glace qui se forme est très glissante. Dans ces conditions, les pneus cloutés sont indispensables pour continuer à rouler à vélo.

Des râteliers à vélo très utilisés à l’université de Joensuu.
Une visite guidée d’un parc de Joensuu par – 11 °C.

Joensuu est confrontée au changement climatique. Dans la semaine qui a suivi le congrès, les températures sont devenues positives et les habitants se sont plaint de la neige fondue sur les voies cyclables. Ce n’était pas le cas lors de la session inaugurale du congrès dans une école élémentaire du centre de la ville. Avec une température de – 13 °C il était rafraîchissant de voir des enfants faire de la balançoire ou se poursuivre dans la poudreuse comme si c’était complètement normal. C’est pourtant le quotidien de ces enfants. Pour l’ouverture du congrès, on avait demandé à des collégiens (12-13 ans) de venir à vélo pour un atelier. Un course d’obstacle avait été aménagée pour tester leurs vélos dans différentes situations d’enneigement et un jeu était organisé pour leur montrer qu’on peut s’amuser à vélo. Après les jeunes, les participants au congrès ont à leur tour essayé le jeu et la course, et je peux vous dire que c’est quelque chose pour un gars des Pays-Bas de descendre une colline enneigée ! Les râteliers bien utilisés autour de l’université prouvent que l’habitude de se déplacer à vélo adoptée dans l’enfance conduit à un plus grand usage à l’âge adulte.

Cette rue piétonne et marchande dans le centre de Joensuu est chauffée par un réseau de chaleur alimenté par les activités industrielles. L’eau chaude circule dans des tuyaux sous la surface qui reste ainsi libre de neige et de glace. De nombreux stationnements vélos sont prévus.
Mon intervention sur la scène principale. Capture d’une courte video d’Elina Lämsä.

Deux rues dans le centre de la ville étaient différentes des autres. Ni neige ni glace ne les recouvraient, sans aucune trace de salage. C’est parce que ces rues sont chauffées par un réseau de chaleur alimenté par les activités industrielles. L’eau chaude circule dans des tuyaux sous la surface qui reste ainsi libre de neige et de glace. Ce système onéreux n’a été installé qu’après que les rues ont été requalifiées en aires piétonnes vers 1998. Bien que ce soit très pratique, j’ai constaté que je me suis tenu loin de ces deux rues. Je les évitais soigneusement pour prolonger mon trajet. J’aurais presque eu le sentiment de tricher en traînant mes roues par là…

De nombreux vélos alignés en prévision de la visite d’Helsinki programmée dans le cadre de l’avant-congrès.
A la demande de mon compatriote Herbert Tiemens j’ai utilisé le « sniffer bike » pour mesurer la qualité de l’air pendant mon trajet dans Helsinki.

Pendant le congrès, beaucoup de présentations et de discussions ont tourné autour d’un thème central : l’infrastructure. Si on souhaite voir une bonne partie de la population se mettre en selle, il faut proposer une bonne infrastructure. Quand une organisation a mis l’accent sur les équipements de visibilité et le casque comme une manière de rendre sûrs les déplacements à vélo chez les enfants, des critiques ont fusé dans la salle. En particulier quand ses représentants ont affirmé que le port du casque est obligatoire pour les enfants en Finlande. Ce n’est pas le cas. La formulation légale est très ambiguë en disposant « qu’on devrait régulièrement en porter un » ce qui signifie qu’aucune amende n’est prévue pour non port du casque.

Pédaler sur la célèbre « Baana » d’Helsinki, une piste cyclable qui traverse le centre de la ville sur une ancienne emprise ferroviaire. Pour quitter cette tranchée, des escaliers équipés de rampes ont été aménagés en plusieurs endroits.
20 minutes de notre parcours d’une heure à Helsinki.

L’infrastructure était également le thème abordé à Helsinki dans la rencontre d’avant congrès. Les rues d’Helsinki étaient totalement dépourvues de neige, ce qui est très inhabituel à cette période de l’année. Helsinki est une ville en transition. Les aménagements combinés piéton/vélo qu’ils ont depuis longtemps ne sont plus considérés comme adaptés. Ce qui pousse Helsinki à construire un nouveau réseau cyclable en site propre. Quand la ville a présenté le plan de son réseau, ces espaces partagés n’étaient pas montrés, à la grande surprise des participants nord-américains. Cette transition génère des difficultés d’adaptation. Quand les gens sont habitués à pédaler et marcher dans le même espace ils continuent parfois à marcher dans les nouvelles pistes cyclables, croyant y être autorisés. L’une de ces personnes n’était pas décidée à s’écarter alors que, devant la gare centrale, une douzaine de congressistes à vélo arrivaient derrière elle en actionnant leurs sonnettes.

Le grand parking à vélos sous la station de métro de Kalasatama (Fiskhamnen) à Helsinki vient d’être achevé et doit trouver son public. Il est équipé de racks à double niveau typiquement néerlandais.
La ville d’Helsinki a étudié les principes néerlandais à la base de leurs aménagements cyclables mais se demande comment les adapter à son climat nordique. Il est toujours nécessaire de réfléchir à la bonne façon de transposer les bonnes pratiques étrangères dans un nouveau contexte.

Dans cette transition, Helsinki regarde du côté des Pays-Bas, non seulement en construisant de vrais parkings à vélo équipés de racks à double niveau, mais également en matière de doctrine. Les élus et décideurs locaux se posent les bonnes question en étudiant la politique cyclable néerlandaise. Que signifient « attractivité et confort » quand on rapporte ces mots au contexte climatique de la Scandinavie ? Helsinki est sur la bonne voie. La ville peut se targuer de ne compter aucun décès de piéton ou de cycliste en 2019, une première depuis 1960.

Igor Philtjens (président de l’office de tourisme de la province de Limburg) reçoit le vélo-symbole des mains de Timo Perälä (président de la Winter Cycling Federation). La province (belge) de Limburg accueillera l’édition 2021 du Winter Cycling Congress.

La Winter Cycling Conference se tiendra plus au sud lors de sa prochaine édition. La province de Limbourg et son chef-lieu Hasselt accueilleront l’édition 2021, et leur site Web est déjà en ligne ! Il s’agit d’une province que je vous ai fait découvrir récemment sur mon blog en pédalant au travers des bois et de l’eau. Le climat de Limburg est plus doux donc ce sera l’occasion d’évoquer d’autres problématiques. Elles intéresseront sans doute au premier chef les personnes qui se rendront au congrès depuis les pays voisins que sont la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. La délégation néerlandaise est déjà en train de prévoir de s’y rendre à vélo l’année prochaine !

Ma vidéo sur le Winter Cycling Congress 2020 de Joensuu en Finlande.

Quelques prolongements concernant le congrès ou la ville de Joensuu :

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. janpeire dit :

    Complètement hors sujet : le gps-drawing est un mélange d’écureuil avec un arrière train de castor 😀 😀 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :