À l’heure de pointe un matin à Utrecht

Vous avez sûrement une idée de la manière dont se passe le rush matinal aux alentours de la gare urbaine la plus proche de chez vous. C’est souvent au bonheur du gaz d’échappement, sans compter les coups de klaxon et les grognements des moteurs. Aux Pays-Bas, en raison de politiques publiques volontaristes, il existe une certaine forme d’harmonie collective. Mark Wagenbuur nous en donne un aperçu du côté de la gare centrale d’Utrecht – la plus importante du pays – qu’il fréquente au quotidien. Voici la traduction de « Rush hour at dawn » publié le 29 janvier 2020 sur Bicycle Dutch.

Il y a déjà pas mal de temps je vous avais donné un aperçu de la circulation cycliste en heure de pointe à Leeuwarden. Il est toujours bon de prendre un peu de recul de temps en temps. Je vous décris souvent des infrastructures variées, des plans d’aménagement urbain, sur le mode du avant/après. Mais ces différents éléments ne font que permettre aux gens de mener leur vie de manière agréable et de se rendre au boulot le matin. C’est bien ce qui motive les villes néerlandaises dans leur politique cyclable. Ufuk Kahya, le conseiller municipal délégué à la mobilité durable de Bois-le-Duc, l’a encore rappelé cette semaine dans un entretien.

Au début de la vidéo il fait encore nuit mais on aperçoit les premières lueurs de l’aube à l’est.
Je me suis placé au niveau d’une intersection en T là où la véloroute mène au parking sous les escaliers de la gare. Le hall de gare est lumineux à l’arrière-plan. C’est difficile à distinguer mais l’horloge indique 7h45. L’espace herbeux sur la gauche est une friche temporaire qui devrait rester ainsi quelques années avant qu’un promoteur vienne y construire une tour.

C’est cependant à Utrecht que je me suis rendu pour ce billet, tout simplement parce que c’est là que je travaille. Tout le quartier autour de la gare centrale d’Utrecht a bien changé depuis que j’ai commencé à filmer en 20091. Après tant d’années, certains endroits sont enfin achevés et il est donc temps que je vous montre à quoi ressemble un de ces endroits en plein essor.

Alors que ces quatre garçons pédalent vers leur collège le ciel derrière eux prend une teinte orangée.
Il n’y a pas que des jeunes à vélo. Des gens de tout âge et toute condition sont en selle. Toutes les catégories de population aux Pays-Bas pédalent régulièrement. Quelques individus font le choix de ne pas faire de vélo, ce n’est pas dû à leur statut social mais à des raisons qui leur sont propres.

J’avais écrit un billet sur la transformation de Jaarbeursplein et Croeselaan à l’ouest de la gare d’Utrecht. Longtemps appelé l’arrière de la gare, il n’est guère étonnant que plus personne n’utilise aujourd’hui ce mot pour désigner ce lieu. On est passé d’un déversoir à voitures à un endroit plaisant à fréquenter. Et ça se voit même si les travaux ne sont pas encore terminés. Dans la vidéo on peut entendre un camion-toupie à l’arrière-plan, en train de fournir du béton au chantier de la Galaxy Tower. On aperçoit aussi un espace herbeux qui est destiné à laisser place à une tour, mais les voies cyclables et espaces piétons sont eux bien achevés avec de multiples beaux pavements. En novembre 2018, de nombreux arbres ont été plantés et ils apportent beaucoup à cet espace. Regardez combien de personnes passent à pied ou à vélo à l’heure de pointe du matin. Pendant ce temps le soleil se lève et le ciel change de minute en minute. J’ai réalisé la vidéo le lundi 20 janvier entre 7h55 et 8h15.

Il n’y a pas que les mères qui transportent leurs enfants. Ce père pédale avec deux jeunes enfants sur des sièges (le plus jeune devant et le plus âgé derrière). Il va certainement les confier à une crèche avant de se rendre au travail.
Par moment, le trafic est vraiment dense, en particulier quand les feux sur Westplein libèrent des groupes de cyclistes, toutefois ces accès de foule sont suivis de moments d’accalmie pendant lesquels les piétons peuvent facilement traverser la piste cyclable. Certaines personnes sont expertes dans l’art de traverser au milieu du flux de vélos sans les gêner.
Un autre enfant installé à l’arrière sur un siège junior. Se tenir ainsi assis à l’arrière d’un vélo conduit par son père instaure une telle confiance mutuelle que c’est une expérience dont on fait des chansons.
L’ambiance est plutôt détendue. A ces vitesses, les gens ont assez d’espace et de temps pour décider s’ils peuvent passer ou s’ils doivent un peu lever le pied.
A la fin de la vidéo la lumière du ciel gagne en intensité et la plupart des gens ont déjà atteint leur destination. L’endroit devient encore plus calme.
La vidéo de la semaine : le soleil se lève sur un ballet de cyclistes.

Notes

  1. Voir par exemple « Utrecht dix ans après » (septembre 2019). NdT

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pickering dit :

    Quel calme! Pas de klaxon, pas de stress, pas de fumée.
    Comment bien démarrer la journée… un modèle.

    Quel contraste avec le trafic parisien. Malgré les efforts de la ville pour la transformation de la circulation, ça reste l’anarchie à vélo. On sent l’agressivité du trafic saturé, et de la cohabitation pas toujours bienvenue.

  1. 1 février 2020

    […] On peut aussi consulter une vidéo très bien faite qui retrace l’histoire du vélo en une dizaine de minutes : https://www.youtube.com/watch?v=EoErGyeG1PA avec un petit focus sur la hollande autour de 8mn 30s. Enfin, très récemment, le blog Jeanne à vélo a publié un petit article intéressant : «À l’heure de pointe un matin à Utrecht», qui montre la densité et la fluidité des vélos sur les pistes cyclables : https://jeanneavelo.fr/2020/01/30/heure-de-pointe-matin-utrecht/ […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :