OV-Fiets : le vélo en libre service aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, il existe un système de vélo en libre service (il a même son article dans Wikipédia) géré par la compagnie ferroviaire nationale (c’est une SA mais détenue à 100 % par l’État). En usager intermodal train-vélo régulier – comme beaucoup de ses compatriotes – Mark Wagenbuur nous fait découvrir ce service. Voici la traduction de « Renting a bicycle from a locker » publié le 22 janvier 2020 sur Bicycle Dutch.

Grâce au système national OV-Fiets, le système de vélo en libre service proposé par Nederlandse Spoorwegen (NS), je peux rejoindre les lieux que je souhaite documenter sur ce blog. Quand j’ai dû aller assez loin récemment, la gare la plus proche était celle, minuscule, de Vierlingsbeek. Ce village est situé non loin de la frontière avec l’Allemagne dans l’extrême est de la province du Brabant-Septentrional. Même dans cette toute petite gare on trouve dans des box individuels quatre vélos à louer grâce à un système très simple. Je vous explique ci-dessous comment ça marche.

Quatre box côte à côte qui contiennent chacun un vélo de location. L’un des box est équipé du panneau de contrôle.
Tous les vélos se ressemblent ce qui me permet de fixer sans problème tout mon bazar sur le guidon. Là c’était sur le pont cyclable de Beek.

J’ai rejoint sur un OV-Fiets quasiment tous les endroits distants de plus de 20 km de Bois-le-Duc ou d’Utrecht dont j’ai parlé sur ce blog. Font exception des voyages plus lointains (comme en Belgique l’année dernière et l’année encore avant) au cours desquels j’emporte mon vélo dans le train – en dehors des heures d’affluence. La plupart du temps il n’est pas possible ni souhaitable d’emporter un vélo dans le train. Certaines pratiques ne sont pas généralisables. Plus de 50 % des passagers de train aux Pays-Bas se rendent aux principales gares du pays à vélo (la moyenne nationale est de 44 %), bien plus que n’importe où dans le monde. Tout le système s’effondrerait si les gens étaient autorisés à emporter leur vélo avec eux dans le train. Parfois on me demande pourquoi je n’utilise pas un vélo pliant, mais je n’en veux pas. Je n’aurais pas envie de le trimbaler partout et je ne voudrais pas devenir le type de personne qui tâche les vêtements des autres avec une chaîne de vélo ou qui, de manière illégale, déploie son vélo dans le train avant son arrivée en gare. Pour éviter ce type de nuisances, les Néerlandais développent des alternatives : les grands parkings à vélo pour stationner sa monture, que la plupart de gens utilisent à leur gare de départ, ou ce système de location de vélos que beaucoup de personnes utilisent une fois arrivées à destination. J’utilise si souvent le système OV-Fiets que j’ai l’impression de rouler sur mon propre vélo. Je fixe ma caméra à leur guidon quand j’en ai besoin. Ce système s’est considérablement développé ces dernières années. En 2019, c’est un total de 5,2 millions de trajets qui ont été effectués avec un OV-Fiets, depuis l’une des 300 stations de location. C’est un million de plus qu’en 2018, donc une augmentation de plus de 23 %. En 2017, la progression était déjà de 33 %. Une grande proportion des 20500 vélos en circulation sont des vélos reconditionnés.

La gare de Vierlingsbeek ressemble à un simple arrêt de bus. L’ancien bâtiment a été démoli en 2004. L’opérateur sur la Maasline est Arriva.
Le site Web et l’application de la compagnie de chemins de fer indiquent combien de vélos sont disponibles. Au moment de cette capture d’écran, un vélo était déjà loué (ou défecteux, ce qui est rare).

Vierlingsbeek est sur la ligne Nijmegen – Venlo qui longe la Meuse. Cette ligne n’est pas gérée par la compagnie nationale NS mais par l’opérateur local Arriva. Quand bien même, NS fournit un système OV-Fiets à cette toute petite gare. Par jour ouvré elle est utilisée par une moyenne de 500 personnes selon ce rapport sur la fréquentation des petites gares de 2018. C’est la raison pour laquelle n’offrir que 4 vélos à la location suffit. J’était toutefois un peu inquiet en découvrant ce nombre (personne n’a envie de se retrouver à une petite gare loin de tout à pied), mais heureusement une application mobile indique en temps réel la disponibilité des vélos. En l’occurrence, en un jour bruineux de fin octobre, les 4 vélos étaient tous disponibles à mon arrivée en gare.

La lumière verte indique qu’un vélo est disponible dans le casier.
C’est très simple : il suffit d’insérer sa carte de voyageur pour louer un vélo (étant entendu qu’un abonnement est lié à la carte).

Je vous ai déjà montré comme le système fonctionne dans un parking couvert – dépourvu de nom – à Culemborg. Le fonctionnement est encore plus simple avec les box individuels. Il suffit d’insérer la carte d’abonnement transport. L’automate vérifie que votre abonnement est valide. Il suffit de presser un bouton. Après avoir répondu « OUI » à la question lapidaire « Voulez-vous louer un vélo ? », qui en néerlandais se résume à « Halen ? », la porte du box s’est immédiatement débloquée. Plus rapidement qu’attendu. Avant il fallait entrer un code pin – ce n’est plus nécessaire. Le box contient un vélo non attaché qu’il suffit de sortir. Si vous attendez trop pour refermer la porte, le box émet un son. La restitution est tout aussi simple bien qu’il faille répondre à une question supplémentaire. Première étape vous répondez « NON » pour préciser que vous ne louez pas un vélo mais que vous le retournez. (C’est à nouveau une question qui tient en un mot « Retour ? ». La question suivante est « le vélo est-il en bon état ? ». J’ai répondu oui, ce qui signifie que quelqu’un d’autre pourrait l’emprunter par la suite. Quand vous répondez « NON » le vélo est rendu indisponible et le service de maintenance est prévenu.) Le tarif valable partout dans le pays est très raisonnable comparé à d’autres systèmes. La location de 24h coûte 3,85 €. Le montant est le même pour les 24h suivantes. (Des informations complètes et détaillées en anglais sur ce service.)

L’écran a deux lignes mais l’une d’elle a été rendue illisible alors j’ai dû deviner le contenu du message.
Dans le casier, un OV-fiets standard avec frein à rétro-pédalage.

Il y a une subtilité. Ce système ne fonctionne que pour des personnes en possession d’une carte d’abonnement transport nominative reliée à un compte bancaire néerlandais. Le fournisseur du service peut ainsi prélever les sommes dues. Tout est donc parfait pour les gens résidant aux Pays-Bas et en situation d’y ouvrir un compte bancaire, mais pour les touristes ? Ce système ne fonctionne pas avec les comptes bancaires étrangers. On se demande pourquoi il n’est pas possible aujourd’hui de se baser sur une carte bancaire, mais la carte d’abonnement transport ne le permet toujours pas. Il n’est donc pas possible d’utiliser un OV-Fiets si l’on possède un compte bancaire non-néerlandais ? En effet, mais heureusement il existe une solution alternative qui – comme on pouvait s’en douter – est proposée par la ville cyclamicale d’Utrecht.

Une fois le vélo retiré et le box refermé le voyant passe au rouge. Vélo non disponible. C’est aussi le cas quand le vélo est signalé comme défectueux.

Utrecht propose une carte touristique, le Utrecht Region Pass. Cette carte propose un accès pay-as-you-go à des musées et d’autres lieux d’intérêt de la province, mais fonctionne aussi comme un carte de transport complète – valable dans tout le pays – incluant l’accès au système de location OV-Fiets ! Cette carte se commande sur Internet, il faut s’y prendre à l’avance, et elle est à retirer à Utrecht (il y a aussi une adresse à Amsterdam). La location de la carte est payante et elle est remise contre un dépôt de garantie. On fait plus simple mais c’est la seule solution pour les gens qui ne disposent pas d’un compte bancaire néerlandais. Si vous comptez rester dans le pays longtemps et avez pour projet de visiter plein d’endroits où vous aimeriez pédaler, vous pouvez le faire comme les autochtones !

La province d’Utrecht propose une carte tout-en-un « pay-as-you-go » qui donne accès à des musées et d’autres lieux d’intérêts. Elle peut être utilisée dans le tout le pays pour voyager car c’est l’équivalent d’une carte d’abonnement transport standard (avec accès au système OV-Fiets). Les produits et services consommés sont facturés sur la carte bancaire associée.
Dans cette vidéo je vous montre combien il est simple de louer un vélo dans les gares.

Le système de location OV-fiets vu par un expatrié à Amsterdam (les stats ne sont plus à jour).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Yann d'Orleans dit :

    Ce qui n’est pas dit mais qui a son importance. Tu as une seule carte commune pour tous les transports en commun (train/tram/bus/métro/vélo) valable dans tous les Pays-Bas.

    Cela simplifie grandement le problème.

    Imaginons un navetteur Paris Orléans : avec une seule carte, tu fais train/Vélib/Tao/RATP….

    Néerlandais donc pragmatique…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :