Une courte histoire de priorité

Notre bonne ville d’Orléans n’a pas été la dernière à mettre en place des double-sens cyclables (DSC) plus couramment appelés « contre-sens cyclable » (si vous souhaitez approfondir le sujet, la Direction Territoriale Sud-Ouest (DTerSO) du Cerema propose un très bon diaporama). Et depuis 2010, c’est la règle dans toutes les rues en zone 30. On peut cependant déceler ici et là des approximations dans leur mise en oeuvre. Jeanne a connaissance de deux DSC que les services de la voirie ont choisi d’arrêter avant la prochaine intersection. C’est comme si on proposait à un conducteur d’engin motorisé de s’engager sur un tronçon routier qui s’arrêterait net. Si vous en connaissez d’autres du même type, n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires.

Parfois, la fin du DSC est masquée sous des pavés. En dehors du fait que les pavés ne sont pas agréables sous la roue, le choix de ce revêtement rend encore moins lisible certains aménagements. Qu’on pense aux infortunés piétons qui souhaitent traverser rue Jeanne d’Arc là où les passages piétons sont matérialisés par de simples clous dorés. On les distingue si peu des pavés que l’automobiliste – dont le pied droit repose si confortablement sur la pédale d’accélérateur – a tôt fait de les ignorer complètement. C’est sur des pavés voisins que Jeanne vous conduit à hauteur de guidon pour une courte vidéo réalisée sans huissier et sans trucage.

le double-sens cyclable est une voie de circulation à part entière

Résumons : le double-sens cyclable est une voie de circulation à part entière et il serait utile de davantage communiquer sur ce point auprès des conducteurs d’engins motorisés. Là où la situation l’exige – arrivée sur une voie à grande circulation par exemple – il est toujours possible d’opter pour un cédez-le-passage.

Vous aimerez aussi...

Pas de réponses

  1. janpeire dit :

    Que de mauvaise foi 🙂

    Dans les 2 exemples, les cyclistes doivent s’estimer heureux de pouvoir aller dans ce chef d’œuvre architectural avec leurs montures, car la culture est une haute aspiration humaine !

    En venant de la rue des Murlins, c’est évident que le pouvoir publique espère nous voir circuler sur l’esplanade au milieu des piétons puis devant le kiosque au milieu des piétons avec poursuite du trajet vers la rue Bannier au milieu des voitures et/ou sur le terre-plein bvd Rocheplatte au milieu des… rien du tout car à vélo, il y a bien un sentier mais aussi la sortie du parc de stationnement et le rond-point qui est utilisé comme parking par les parents d’élèves.
    Ou alors, le cycliste peut rejoindre la gare… sur le trottoir.

    En venant de la rue de Chanzy, c’est évident que le trottoir va être affublé d’un panneau « cyclistes aux pas » pour pouvoir rejoindre la Loire.

    Le plus ridicule sur ce boulevard, c’est que en partant de la gare jusqu’à Loire, il y a moyen sur la droite de faire une voie « bus-taxi-secours-vélos » et laisser les trottoirs aux piétons-poussettes-rollers (les autos auront sur 80% du trajet 2 voies pour elles), mais quand on voit que la provisoire « déviation bus » (dans le sens loire > gare ) a été pérennisée pour ne pas gêner la ligne droite auto, on se dit qu’il y a du chemin à faire.

    Orléans est encore dans les années 50. Illustration de ce à quoi nous pensons car nous sommes des enfants de l’an 2000 :
    https://becancaneries.files.wordpress.com/2017/01/2000.jpg?w=212&h=300

    Ce à quoi pensent nos élus dont le cerveau est bloqué aux années 50 :
    https://becancaneries.files.wordpress.com/2017/01/1950.jpg?w=212&h=300

    JP

    • jeanneavelo dit :

      Merci pour le commentaire.

      Le trajet pour rejoindre le centre ville depuis la rue Chanzy sera l’objet d’un futur billet (avec Géovélo comme souffre-douleur).

      Depuis la rue des Murlins tu es censé continuer le DSC devant Speedy (actuellement tu as priorité à droite en débouchant sur la rue du faubourg Bannier !) pour ensuite enquiller la place Gambetta.

      Les schémas que tu pointes (je les connaissais) sont extras.

  2. janpeire dit :

    « Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours. »

    citation de Napoléon Bonaparte

  3. janpeire dit :

    Je ne sais pas si cela entre dans ta recherche de « DSC que les services de la voirie ont choisi d’arrêter avant la prochaine intersection » mais à Orléans — Rue des ateliers (Piste verte sur la carte participative) le contre-sens ne se poursuit pas jusqu’au boulevard Lamartine (cimetière).

    Dans la balise (avec photo) :
    « Fin de piste en arrivant sur le Bvd Lamartine (en venant de la rue Moine via la Rue des ateliers). Pas de marquage pour traverser le long du passage clouté et pas de piste Bvd Lamartine… il vaut mieux attendre que le feu soit au rouge sur sa gauche à 50 m environ, les voitures venant de la rue Eugène Vignat étant déjà lançées… »

    JP

  1. 15 février 2017

    […] une « courte histoire de priorité » qui traitait de l’intersection entre le double-sens cyclable (DSC) de la rue de […]

  2. 9 juillet 2017

    […] une « courte histoire de priorité » qui traitait de l’intersection entre le double-sens cyclable (DSC) de la rue de […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :