À Orléans le cadavre du stationnement automobile gratuit bouge encore

En pleine cyber-jacquerie nationale contre la hausse du prix du diesel, le conseil municipal d’Orléans vote une délibération qui réduit les durées des plages horaires payantes du stationnement sur voirie. Il ne sera plus nécessaire de payer pour l’occupation d’un espace public passer par le parcmètre après 18h (contre 19h auparavant) ou le samedi à partir de midi sur les mails. Cette initiative est issue d’une « commission de travail avec la mairie » précise le président de l’association de commerçants Les Vitrines d’Orléans1. Celui-ci estime ainsi « [envoyer] un signal important aux clients ». Sait-il seulement quelle est la proportion de clients des commerces adhérents de l’association qui cherchent à se garer au petit bonheur la chance dans les rues du centre ville pour réaliser leurs achats ?

Du côté du maire, exit donc l’idée d’un premier quart d’heure de stationnement gratuit2, mais la conviction diablement originale que « les voitures ne sont pas des vaches à lait » et qu’il s’agit par cette mesure d’ « amplifier l’attractivité du centre-ville »3. Retour donc aux fondamentaux du No parking, no business théorisés dans les années 1960 par Bernardo Trujillo… pour les super – et bientôt hyper – marchés. On sent bien toutefois qu’Olivier Carré recule avance à petit pas pour ne pas remettre en cause un vrai succès4 : la mise en place du stationnement payant a bien permis d’augmenter la rotation des véhicules en centre ville5. Il ne doit pas non plus ignorer qu’à 18h quasiment toutes les places en voirie sont occupées par des résidents qui sont déjà rentrés chez eux. Enfin il sait très bien aussi que le risque d’être contrôlé pour défaut de paiement après 17h30 est proche de zéro. On peut donc légitimement estimer que la mesure ne coûtera quasiment rien aux finances publiques6. En l’absence de données ouvertes sur le sujet, difficile d’en savoir plus (seule la disponibilité des places en temps réel des parkings en ouvrage est disponible). Une chose est sûre : ne pas mettre en avant les nombreux parkings en ouvrage qui sont justement là pour accueillir les chalands motorisés occasionnels apporte de l’eau au moulin de celles et ceux qui considèrent que se garer gratuitement dans l’espace public est un droit7. Question subsidiaire : est-il prévu un rabais pour les habitants qui s’acquittent de l’abonnement résident et les salariés l’abonnement travail ?

Par ce type de décision politique, Orléans, qui se fantasme métropole, ne se révèle qu’une ville moyenne lambda qui n’imagine pas de préfigurer la ville de demain (au-delà même du développement des bus et de la voiture électriques). Où est la vision d’avenir, celle d’une ville aux flux décarbonnés dans laquelle il fait bon respirer, marcher, converser ? Et, bien sûr, fréquenter ses magasins et restaurants.

Et dans les autres villes de la région ?

Parmi les préfectures de la région Centre Val de Loire, seule la ville de Bourges a été plus loin dans la mesure démagogique avec la gratuité du stationnement à partir de 17h8,  mesure mise en œuvre au 1er juin dernier9. Du côté de Tours, Blois et Châteauroux, la fin de la période de stationnement payant est fixée à 18h30. Seule Chartres la place à 19h (maintenant qu’Orléans enclenche la marche arrière là-dessus, après Bourges qui avait aussi opté initialement pour 19h).

Côté tarification, et pour ne retenir que la zone la plus centrale et donc la plus chère, voici ce qu’on trouve pour une durée de deux heures :

La capitale régionale ne fait pas la course en tête !

Une opposition

La conseillère municipale d’opposition Dominique Tripet a voté contre cette délibération. Elle s’en explique sur Facebook :

C’est cohérent avec la position exprimée lors du débât public sur la gratuité des transports en commun. Et quand elle écrit :

Nous marchons sur la tête, alors qu’il est bien fini le temps du centre ville dévolu aux voitures, je crois qu’il nous faut l’intégrer.

Pensons à ce que déclarait en conseil municipal un prédécesseur d’Olivier Carré dans le fauteuil de maire en 1967… L’avenir se fait attendre.

La place du Martroi vers 1960. Le bon vieux temps ! (source)

Notes

  1. « Le stationnement gratuit dans le centre-ville d’Orléans dès 18 heures, à partir de décembre », La République du Centre, 29 octobre 2018.
  2. « 15 minutes de stationnement gratuit en centre-ville d’Orléans : Olivier Carré y réfléchit », La République du Centre, 1er juin 2018.
  3. « Pour quelles raisons Orléans va rendre le stationnement gratuit dans le centre-ville à 18 heures ? », La République du Centre, 5 novembre 2018.
  4. « Stationnement à Orléans : un pari payant », Apostrophe45, 28 août 2017.
  5. Et le bon sens gestionnaire voudrait qu’on étende cette politique à d’autres quartiers de la ville.
  6. C’est sur le mail (environ mille places) que l’addition devrait représenter 90000 euros par an selon la mairie. Pour 52 samedi par an et disons à la louche 80 % de la capacité utilisée, on obtient 2,15 € de recettes par place (90000 ÷ 52 ÷ 800) : ça resquillerait donc pas mal à l’horodateur. À moins que les places des boulevards soient majoritairement occupées par des résidents. Cela dit on retrouve dans cet article de France Bleu Orléans de janvier 2016 les données suivantes : « En 2015, le stationnement a rapporté 1 million d’euros à la mairie, auxquels il faut ajouter 1 million d’euros pour les PV. » Quand on sait que toutes les rues ne sont pas arpentées tous les jours par les ASVP, cela donne une idée de l’ampleur de la fraude.
  7. D’ailleurs sur son site l’équipe de communication d’Orléans parle d’une « bonne nouvelle ». Celles et ceux qui utilisent leurs pieds, un vélo et/ou les transports en commun sont ravis de ne pas être destinataires de la bonne nouvelle.
  8. C’est d’ailleurs ce que souhaiterait le président des Vitrines d’Orléans.
  9. « Bourges : le stationnement bientôt gratuit à partir de 17h00 », France Bleu Berry, 10 avril 2018.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Yann d'Orléans dit :

    Merci Jeanne pour cet excellent article plein de lucidité. Aujourd’hui, je me suis baladé à vélo dans notre jolie ville en plein après midi. Pas beaucoup de places de stationnement disponible en extérieur à l’horizon alors que nous étions un mardi après-midi, ce qui est censée être une période creuse.

    Je n’ose imaginer le calvaire pour les automobilistes un samedi après-midi ou en soirée pour dégoter la perle rare : une place gratuite!

    Dans son interview, M. Carré omet une donnée d’entrée du problème : la densité de la circulation. Orléans, en période pleine pour la circulation, à savoir les samedis et les vendredis soirs, est très difficile d’accès. Cela est structurel : rues étroites, tram, et flot de voitures. Je pense qu’il s’agit d’un énorme frein pour rendre la ville attractive.

    Autre point qui m’a surpris, M. Carré s’exclame : « Venir au centre ville soit une fête ». Les bouchons ne sauteront pas M. le maire, au contraire, ils vont continuer de progresser et la fête risque de tourner court…

  2. V-LO dit :

    Merci Jeanne pour votre billet avec lequel je suis 100% en accord, malheureusement…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :