Un maire d’Orléans visionnaire… en 1967

Au printemps de cette année, le service des archives municipales et métropolitaines a mis en ligne un moteur de recherche plein texte sur les procès-verbaux et délibérations du conseil municipal d’Orléans pour la période 1890 – 19991. Pour explorer ces documents, suivez ce lien.

Inutile de préciser que Jeanne est allée voir ce que donnent les mots “bicyclette” et “vélo”, ou encore “cyclable”. Ce dernier mot, par exemple, retourne 128 occurrences entre 1904 et 1999. Il faudra donc y revenir. En attendant le recrutement d’une escouade de bénédictins, voici une première trouvaille2.

Cote 1D157

Un peu de contexte : en 1967, Roger Secrétain en est à son deuxième mandat de maire. Le conseil municipal du 16 novembre 1967 est entièrement consacré à l’examen du plan directeur que la réglementation établie en 1958 et 1959 rend incontournable pour les villes de plus de 10000 habitants. Il s’agit de planifier les grandes opérations d’urbanisme à moyen et long terme à l’échelle – déjà – intercommunale, via un “groupement d’urbanisme”.

Extrayons d’abord ce petit dialogue savoureux – qui n’a pas pris une ride – entre le maire et un conseiller municipal du nom de M. Violette. Nihil nove sub soli comme on dit :

Dans la suite des débats sur les grandes questions de circulation routière est évoqué le projet de l'”échangeur de la Motte-Sanguin” – qui devenait devenir notre actuel “rond-point Thinat”. C’est là qu’on découvre, à l’occasion d’une réponse de Roger Secrétain adressée à un certain M. Sagne, des propos mémorables :

Je crois que dans l’avenir il existera toute une série de parkings par paliers, mais que le centre des villes sera interdit au stationnement.

Ces réflexions prospectives sont à mettre en parallèle avec l’idée, avancée avant l’été par Olivier Carré, d’offrir un premier quart d’heure de stationnement aux personnes qui se rendent en voiture dans l’hypercentre de la ville3.

Bonus

Au détour d’un tweet, nos précieux et précieuses archivistes montrent à quoi avait conduit la conquête automobile des villes au cours des Trente Glorieuses , un parking à ciel ouvert :

D’ailleurs, lors de l’édition 2018 du budget participatif de la ville, une proposition avançait l’idée de supprimer la petite zone de parking verrue du côté du transept sud de la cathédrale. Si la proposition n’a finalement pas été retenue lors du vote citoyen4, la réponse des services nous a appris :

un projet d’aménagement global du tour de la Cathédrale est prévu dans les prochaines années. Si votre projet était élu par les habitants, nous pourrions néanmoins, dès 2018, supprimer le parking et végétaliser cet espace.

L’occasion de débarrasser aussi l’abside de la cathédrale, rue Robert de Courtenay, de sa zone de stationnement ? Ce serait une façon de rendre hommage à l’audace des réflexions de celui qui a donné son nom à la 2×2 voies qui mène au pont Joffre.


Crédit photo : Adrian Grycuk [CC BY-SA 3.0 pl], from Wikimedia Commons

Notes

  1. La mise à disposition de cet outil a même été saluée par La Revue française de généalogie sur son site le 19 avril 2018.
  2. Cote 1D157 – Conseil municipal. – Procès-verbaux des séances (av. table et annexes) (1 reg. impr., originaux signés) (26 octobre-29 décembre 1967)
  3. “La Ville travaille sur cette facilité de stationnement afin de rendre le centre-ville plus attractif”, La République du Centre, 2 juin 2018. On apprend à la fin de cet article que la question du stationnement à Orléans reste opaque puisque même les commerçants ne disposent pas des “statistiques d’Orléans Gestion sur leur fréquentation (jours, horaires…)”.
  4. Les neuf projets lauréats sont listés à la fin de cet article de France Bleu Orléans.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. laurentb dit :

    Comme quoi certaines personnes étaient visionnaires.

    • Jeanne à vélo dit :

      Sans doute n’imaginait-il pas que ses successeurs construiraient des parkings souterrains, ce qui règle en partie la question du stationnement mais pas celle de la circulation. Et encore moins que le nombre de voitures serait presque multiplié par quatre.

  2. Gérard Rollin dit :

    Si tu croises des informations sur la création de la piste du Canal d’Orléans jusqu’à Chalette je suis preneur.
    Car aujourd’hui ce qu’il nous faut, c’est une Réfection de l’existant.
    En effet la Voie Verte du Canal d’Orléans existe bel et bien ! !

    Merci

  3. Reguigne Regis dit :

    Voyez le projet du conseil départemental. Questionnez le conseiller Michel Breffy sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :