Dernier jour de confinement : ah quand mème !

Ce titre n’est pas un craquage orthographique. On peut remercier les signes diacritiques de nous permettre de savoir au premier coup d’oeil à quel mot on a affaire. En l’occurrence mème qui est un décalque francisé du mot anglais meme. Si vous avez suivi ma série de billets spéciale confinement, vous vous souvenez peut-être qu’au 31e jour j’avais déjà produit via une application en ligne un premier détournement, qu’on pourrait avec indulgence qualifier de « sophistiqué » – au moins sur le plan du rendu graphique. Au 47e jour, rebelote, j’ai détourné une campagne de communication de la ville d’Orléans. Avec la vogue du mème on est dans le détournement plus bouffon, plus moche et parfois plus trash1, mais ô combien efficace.

Ce blog participe à sa manière de l’écosystème du Web, alors allons-y gaiement !
Surtout que pour le moment le plan de déconfinement orléanais n’a rien produit de concret en dehors de l’installation de pince-roues en haut de la rue Royale :

L’innocence

On a presque fini par oublier que le confinement a commencé par le funeste premier tour des élections municipales.

C’est par où la sortie ?

Ce mème-là, je l’ai tweeté le 7 mai, comme en écho à la conférence de presse d’Olivier Carré de l’avant-veille au cours de laquelle il a fait publiquement sienne l’idée de réserver une voie de circulation du pont George V aux vélos, non sans faire part d’un psychodrame de l’opposition d’une partie du conseil municipal à cette mesure2 :

Scène de rue

Un très célèbre mème – qui dispose même d’un article dédié dans Wikipédia en anglais – en deux variantes inspirées par l’actualité du déconfinement à base d’ « urbanisme tactique ». Le premier tweeté le 7 mai et le second le lendemain3 après une suggestion de tonton JP qui est particulièrement exigeant en matière d’humour.

Côté institutions :

Côté usagers :

Quand ça dégénère

En fin de journée le vendredi 8 mai, alors qu’aucune vraie-fausse Jeanne d’Arc n’avait défilé dans les rues d’Orléans – une première depuis 19454 – le maire Olivier Carré était l’invité de l’émission Le téléphone sonne sur France Inter sur le thème « Déconfinement : faites-vous confiance à vos élus locaux ? ». Vers la fin de l’émission5, Claire Servajean, qui anime l’émission, lit une question posée sur le Web :

« Bonsoir monsieur le maire d’Orléans, je suis habitante de l’agglomération d’Orléans qui comme toutes les villes situées sur des fleuves rencontre des difficultés de circulation sur les ponts. Je n’ai pas envie d’emprunter les transports en commun car j’ai peur d’y attraper la COVID et je regrette que notre ville ne dispose pas de  véritables pistes cyclables sécurisées. Quelle est votre position sur le sujet ? » (et c’est signé Joséphine).
Claire Servajean : c’est pour vous !
Olivier Carré : Alors Joséphine elle a raison de poser ce type de question et effectivement la traversée de la Loire n’est pas chose aisée et on réfléchit aujourd’hui pour les jours qui viennent à faire en sorte que elle le soit. C’est à dire que sur, que sur un des ponts on ne mélange plus la circulation automobile et la circulation vélo de façon à ce que ce point noir devienne un point plus fluide. Maintenant l’évolution du vélo en ville, elle va pas se résoudre entièrement à l’issue de cette crise…
CS : il y a des mesures temporaires faciles à prendre hein !
OC : exactement, c’est ce que j’allais dire…
CS : on voit même dans les très grandes villes…
OC : alors facile à prendre… plus facile à dire que facile à prendre, mais ceci étant dit, les, ceci étant dit, on y travaille effectivement, le côté, le caractère provisoire est très important à souligner mais de toute façon, il y a la nécessité d’adapter davantage nos villes en France, par rapport à ce qui se passe en Allemagne, au Danemark ou dans d’autres pays, au vélo. Ça fait partie des enjeux de moyen terme avec des actions à entreprendre parce qu’elles sont une vraie réponse à ce qui risque de se produire en terme de modification de comportement de nos concitoyens dans les jours qui viennent.
CS : effectivement, le défi est immense pour les jours à venir…

Et si le provisoire en venait à durer ?
Ambiance :

Le boss de dernier niveau

Pour finir en beauté, rien de tel qu’une parodie d’une scène culte du film La Chute (2004) d’Oliver Hirschbiegel. Cela fait près de quinze ans que ce mème hante le Web et c’est sans doute le premier auquel j’ai été confronté6. Je ne me souviens plus avec exactitude du thème qui était abordé dans ce détournement-là mais je me souviens avoir ri aux larmes devant mon écran.

Imaginons donc le monde d’après-confinement : la politique pro-bagnole capitule et le vélo s’impose dans l’espace public comme la solution de mobilité incontournable.

En savoir plus

Un site incontournable, en anglais, pour en savoir plus sur les mèmes en général et des mèmes en particulier (origine, diffusion etc.) : Know Your Meme.

Voici, dans leur ordre d’apparition, ceux réemployés ici :

Et si vous voulez vous aussi vous amuser, plusieurs sites proposent des interfaces plutôt bien conçues dont ces deux-là :

Notes

  1. Pour un détournement littéraire voir du côté du camarade Pascal qui s’en paie subtilement une tranche avec des tranches de livres.
  2. « On a aussi appris ce mardi de la bouche du maire qu’il sera provisoirement procédé à un réaménagement du pont Royal, afin de faciliter la traversée des piétons et cyclistes. C’est là, le point qui aurait le plus fait débat au sein des élus. » a relaté La République du Centre (« Déconfinement imminent : quel est le plan de la ville d’Orléans ? », 5 mai 2020).
  3. Mon médecin mèmothérapeuthe, un homme sage et plein d’humour, m’a dit après avoir pris ma tension zygomatique : « surtout, pas plus d’un mème par jour ! ».
  4. « Coronavirus : Sans Fêtes Jeanne d’Arc, un drôle de 8 mai à Orléans », France Bleu Orléans, 8 mai 2020.
  5. L’extrait suivant commence à 33min20sec de cet enregistrement. Merci à JP pour la transcription.
  6. C’est-à-dire bien avant que je me mette à fréquenter les réseaux sociaux, milieu naturel du mème en liberté.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. LEBRIZE dit :

    Très en forme ! Je dirai même plus (ave l’accent), magnifique, la fin du confinement donne des ailes. Wunderbar !

  2. V-LO dit :

    Merci Jeanne pour ce billet drôle et plein d’esprit ! 🙂
    Ces 54 jours d’abstinence ont été un peu adoucis par votre humour, votre culture et le bon sens avec lequel vous envisagez les choses. Puissent O. Carré, l’ensemble du conseil municipal et le conseil métropolitain vous lire.
    +1000 pour La Chute, so real ! 😉

  3. Guillaume dit :

    Fabuleux. Merci Jeanne pour ce bel article. le confinement te va bien. Sur le Pont d’Orléans, on y pédale… Fantastisch !!

  4. janpeire dit :

    Quand mème, quand Carré parle de libérer le vélo, le sage regarde l’horloge :

    mème

  5. Merci pour ce moment et pour tout ce que tu apportes pour les cyclistes urbains d’Orléans

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :