Budget participatif : Saint-Jean-de-Braye dans la roue d’Orléans

On se dit qu’Orléans ne met peut-être pas beaucoup d’argent sur la table dans le cadre de son budget participatif quand on apprend que Saint-Jean-de-Braye a doté le sien – le premier du genre – de 200 k€. Mais l’argent ne fait pas tout et il y a davantage de propositions dans le budget abraysien que chez les voisins orléanais (47 contre 43). La règle de vote est différente puisque là où on panache ses choix à concurrence du budget global de 300 k€, il s’agit ici de voter pour trois projets. Ça se passe sur le Web et c’est ouvert jusqu’au 6 mai. La bonne nouvelle c’est qu’il y a du vélo au programme, ce qui est bien le moins quand on s’annonce ville en transition1.

Six thèmes

La ville de Saint-Jean-de-Braye s’est fendue d’une plaquette à la mise en page moderne et colorée. Les projets soumis au vote sont regroupés en six thèmes :

  • Nature en ville
  • Culture
  • Déchets
  • Lien social
  • Mobilité & sécurité
  • Sport & santé

Inutile de faire durer le suspens, le thème « Mobilité & sécurité » ne traite que de vélo.

Sept projets vélo

  • Un vélo-bus pour le ramassage scolaire
  • Sécurité des cyclistes près de l’école Jacques-Prévert
  • Une piste d’apprentissage de sécurité routière à vélo pour les enfants
  • Des stations d’entretien vélo en libre service en bord de Loire
  • Des consignes près des garages à vélo
  • Des vélos pour les gens qui en ont besoin
  • Des abris vélos devant les équipements de la ville

Concernant les rues autour de l’école Jacques Prévert2 le projet tel qu’énoncé et chiffré (à 6000 €) laisse présager une funeste politique du pochoir :

La réalisation d’une piste cyclable n’étant pas techniquement réalisable dans ce quartier en raison de la largeur des chaussées actuelles, la proposition consiste à réaliser des aménagements de sécurité permettant la pratique du vélo au voisinage de l’école Jacques-Prévert : marquages au sol rappelant la présence de vélos, signalétique spécifique

L’école Jacques Prévert.

Et quid d’une vraie zone 30 avec ralentisseurs et écluses by-pass dans ce secteur résidentiel largement pavillonnaire ? Ce n’est pas le même budget c’est sûr mais la vraie sécurité des personnes qui se déplacent à vélo a un coût.

Les autres projets font sens dès lors qu’on souhaite développer un véritable système vélo tel que le décrit l’urbaniste Frédéric Héran.

Le projet le plus détonnant, si ce n’est le plus enthousiasmant, concerne le S’Cool bus. Ce sera en tout cas le plus photogénique s’il est retenu. Ce type de transport scolaire est déjà utilisé en France :

Aperçu en vidéo grâce à Brut :

Comme on dit dans ce genre de situation : affaire à suivre.


Crédit photo : Pline [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Notes

  1. « La démarche Ville en transition vient d’être lancée », La République du Centre, 4 février 2018.
  2. Rues du coin Buffet, des déportés, du clocheton, Louis Pergaud, Alain Fournier, du pot Vert, du petit Vomimbert et la nouvelle rue de Miramion.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Yann d'Orléans dit :

    Hello Jeanne,

    Arrive-t-on à expliquer pourquoi à SJB (avec 20000 habitants) plus de 100 projets aient été proposés alors qu’à Orléans (115 000 habitants) seulement 99 projets ont été déposés ?

    Est ce que la publicité a été mieux diffusée ?

    Merci.

  2. Chris dit :

    Merci pour cet article Jeanne à Vélo !
    Toutefois, il faut savoir que la centaine (et oui, 103 il me semble même à Saint Jean de Braye) de projets sont passés pas un « comité de sélection » qui a fusionné ou fait disparaitre une bonne partie des projets vélo.
    Pourtant, les élus se donnent du mal, le 13 mars des ateliers vélo Abraysiens étaient organisés afin de parler « vélo loisir » et partage de la route. Sur Facebook certains se sont insurgés en expliquant que le vélo était un véritable moyen de transport pour eux, et pas seulement un loisir. Mais c’est la Métropole qui avait organisé alors … D’ailleurs, c’est aussi à la Métropole qu’il faudra reparler des projets d’aménagement de pistes cyclables disparues parce que « ça n’est pas de la compétence de la ville de Saint Jean de Braye ».
    En attendant, adultes et enfants devront encore se contenter de rouler tantôt sur la route, tantôt sur les trottoirs sur des pistes mal conçues qui se terminent par des barrières et font faire des détours par un rond point. (Ça serait comique si nos enfants ne les empruntaient pas). Alors budget participatif ou pas, on n’est pas sortis de la piste cyclable. On finira sans doute comme à Paris où vélo et scooter en mal d’aménagement, assaillent la route en meute, doublant tantôt par la droite ou la gauche un flot de voiture discontinu.
    Bien à toi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :