Rue Royale de Noël

Avant les inévitables vœux de fin d’année, et alors que la fête de Noël s’achève, dernier billet de l’année 2017 en forme de presque hommage à la mise en lumière de notre chère cité en son axe royal créé au 18e siècle. Vous vous en souvenez peut-être : à la fin de l’été, Jeanne était allée faire un tour du chantier en cours d’achèvement rue Royale. À la bonne nouvelle de la suppression des pavés s’ajoutaient de légitimes interrogations cyclologiques :

Y aura-t-il des sas vélos matérialisés devant les nombreux feux qui jalonnent la rue Royale ? Et de nouveaux cédez-le-passage cyclistes au feu (qui vont de soi étant donné que toutes les rues adjacentes sont à sens unique) ?

Rien de tel qu’un petit trajet de Noël à la nuit tombée pour en avoir le cœur net :

Après visionnage de la vidéo, vous pouvez aisément répondre non aux deux questions posées.

Ce cadencement n’est pas un cadeau

Remonter la rue Royale à vélo est toujours aussi longuet avec une succession de cinq feux qui sont, autant qu’on puisse s’en rendre compte, non coordonnés. Et pour peu que le tram s’en mêle, c’est carrément l’arrêt au stand. Pour le confort des cyclistes, aucun cédez-le-passage cycliste au feu (CLPCF) n’a été ajouté. Les deux déjà en place ne sont que des tourne-à-droite – la première forme autorisée de CLPCF mais depuis lors toutes les directions sont envisageables.

D’après les services techniques de la ville, c’est le Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés (STRMTG) qui serait très sourcilleux voire tâtillon sur le sujet. Pourtant, il ne s’agit pas là de croiser les rails du tramway mais de les longer. On remarquera d’ailleurs qu’il en existe déjà au moins un – un va-tout-droit – rue Jeanne d’Arc.

Une autre solution serait de cadencer les feux selon le principe de l’onde verte.

Un marquage au sol discutable

Point de sas vélo hélas, mais des pictos vélos dont l’utilité ou la pertinence ne sautent pas aux yeux. Dans la partie haute et large de la rue où le stationnement bilatéral est toujours autorisé, ils ont même été placés en plein dans la zone d’emportiérage ! Pour bien faire, et pour respecter l’esprit de l’article R412-9 du Code de la route, les pictos auraient dû être placés à environ un mètre des places de stationnement matérialisées.

Sur les voies où la vitesse maximale autorisée n’excède pas 50 km/ h, un conducteur de cycle peut s’écarter des véhicules en stationnement sur le bord droit de la chaussée, d’une distance nécessaire à sa sécurité.

rueRoyalepictovélo

Un picto vélo trop proche des voitures en stationnement.

Selon toute vraisemblance, ce marquage résulte de la seule volonté d’indiquer aux cyclistes de ne pas circuler sous les arcades. En ce sens, ils complètent la pose des panneaux “interdits aux vélos” au droit des arcades. Rien n’empêchait toutefois de le faire sans mettre en difficulté les personnes qui circulent à vélo, comme sur le pont George V.

rueRoyalearcadesinterditesauxvélos.jpg

A chacune des entrées des arcades des panneaux “interdit aux vélos” ont été installés.

De manière plus cocasse, dans l’autre sens de circulation vers le pont, les pictos ont également été peints sur la partie de la rue en sens interdit “sauf livraisons”. Une incitation supplémentaire à ne pas respecter ce sens interdit qui devrait bien finir par arborer le réglementaire “sauf vélos”.

Ce sera pour 2018 ?

 

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Christian de Valence dit :

    Etonnant de voir apparaître ces panneaux “interdit aux vélos” au droit des arcades. Il est vrai qu’il y avait bien des abus de cyclistes de tous âges sous les arcades, dangereux pour les piétons. Mais comment ne pas voir deux poids deux mesures dans la signalisation. Quand cela peut gêner le commerce, les panneaux fleurissent vite. Quand il faut simplement favoriser la circulation à vélo, c’est toujours une course de lenteur.

    Christian
    .

  2. janpeire dit :

    La première image montre bien où est la place du vélo, c-à-d, en sortant du caniveau. Même petit-pavé, c’est un caniveau.

    En dehors de ça, le film est bien :
    – la traversé du pont me semble une éternité langoureuse, probablement à cause de la musique,
    – niveau qualité, c’est la résolution maxi ? car je trouve la mienne faiblarde, mais visiblement, elle soufflera sans souffrir ses 3 ans l’année entrante,

    À propos de l’onde verte, on en comprend le but puisque tu pousses toute la durée du film le char et sa guirlande.

    • C’est marrant, une autre personne m’a fait cette réflexion sur Facebook. Je pense que le fait que ce soit de nuit joue dans cette perception.

      Je suis loin d’être en résolution maxi : la caméra peut faire du 4K. Mais Youtube ne diffuse pas en 4K (et bonjour le poids des fichiers !) et semble bien compresser les vidéos avec au passage une perte de qualité sensible.

  1. 28 décembre 2017

    […] Lire son article Rue Royale de Noël sur son blog afin de mieux comprendre les imperfections de la nouvelle infrastructure cyclable. […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :