La bataille de Ferdinand Bolstraat à Amsterdam

Mark Wagenbuur revient sur la lutte anti-trafic motorisé qu’ont mené dans les années 1970 les riverains de Ferdinand Bolstraat, un axe nord-sud important d’Amsterdam. Avec une pugnacité remarquable. Voici la traduction de « The battle for the Ferdinand Bolstraat » publié le 9 octobre 2019 sur Bicycle Dutch.

Ferdinand Bolstraat est une rue intéressante à Amsterdam. Elle est quasiment délestée de tout trafic motorisé. Dans les années 1970 beaucoup la considéraient comme un axe de transit majeur mais les riverains ont livré une bataille acharnée pour se débarasser des voitures. Les plus radicaux ont été jusqu’à renverser et incendier à même la chaussée des épaves de voitures. La situation est beaucoup plus apaisée aujourd’hui. Pourquoi ne pas jeter un coup d’oeil à ce que la rue est devenue et comment on en est arrivé là ?

La circulation à l’extrêmité nord de Ferdinand Bolstraat à l’heure de pointe le soir. Il n’y a d’espace que pour la marche, le vélo et le tram à cet endroit.

À chaque fois que je voyage dans le pays j’emporte toujours avec moi une caméra et saisis toutes les occasions de filmer pour alimenter ce blog, c’est comme ça que je peux vous proposer quelque chose chaque semaine. C’est ainsi que j’ai procédé à l’occasion d’un déplacement à Zaanstad pour une conférence donnée à l’assemblée générale da la branche locale du Fietsersbond. Comme j’avais déjà fait un portrait vidéo de la région de Zaandam j’ai décidé de m’arrêter brièvement à Amsterdam pour y filmer.

Ferdinand Bolstraat est une rue très animée. Et pas par le trafic motorisé mais par les nombreuses personnes se déplaçant à pied ou à vélo. Le tramway y circule dans les deux sens sur une ligne unique. Cette circulation alternée est régie par des stops. L’étroitesse de la chaussée explique cette disposition ingénieuse. Et comme il n’y a plus de voitures, il reste de la place pour les gens.

Ferdinand Bolstraat a été réouverte en janvier 2018 après avoir été très longtemps à l’état de chantier et c’est la raison pour laquelle j’ai filmé cette rue à l’heure de pointe du soir. C’est agréable de voir toute cette foule à pied ou à vélo se mélanger de temps en temps aux trams. Les véhicules motorisés ne sont plus autorisés dans la partie nord de la rue entre Stadhouderskade et le marché Albert Cuyp. Plus au sud jusqu’à l’intersection avec Ceintuurbaan, la rue est à sens unique pour le trafic motorisé. Je me suis posté à l’angle de Quellijnstraat. C’est dans cette rue que mon arrière-arrière-grand-père Jan Wagenbuur résidait au milieu des années 1890. Son petit-fils (mon grand-père) Louis Wagenbuur est né dans Albert Cuypstraat en 1906. Ce quartier d’Amsterdam fait partie de mon histoire familiale.

La rue a été en chantier pendant 15 ans. Le tunnel du métro a été construit entre 2003 et 2018. Voici une photo de 2005. Crédit photo : Amsterdam Archive.
Septembre 2019 : des gens pédalent dans Ferdinand Bolstraat à l’heure de pointe vers le sud (en s’éloignant du centre). La piste cyclable contourne la zone d’attente du tram.

La requalification de la rue a suivi un lourd chantier long de 15 ans. En mai 2003 les autorités ont fermé la rue à la circulation et entamé la construction d’une nouvelle ligne de métro partant du centre historique. Cette nouvelle ligne nord-sud n’a été inaugurée qu’en juillet 2018. Ferdinand Bolstraat a quant à elle été réouverte à la circulation en juillet 2018.

En 1972 le groupe de pression citoyen Stop de Kindermoord (« arrêtons les meurtres d’enfants ») a formé des chaînes humaines sur le carrefour très emprunté entre Ferdinand Bolstraat et Ceintuurbaan. Ils exigeaient une rue sans voitures. Ce groupe n’était qu’un des nombreux groupes – avec chacun ses propres points de vue – qui sont montés au créneau dans les années 1970 pour dénoncer la manière dont le développement urbain du pays était mené. Dans ce cas précis, leur action a été occultée pendant deux années par un groupe bien plus radical.

J’espère que les personnes qui se sont mobilisées pour obtenir une rue sans voitures dans les années 1970 sont encore là et toujours fières. Il y en a forcément quelques unes. Par exemple celles de Stop de Kindermoord (« arrêtons les meurtres d’enfants ») qui ont formé des chaînes humaines pour occuper l’important carrefour avec Ceintuurbaan en décembre 1972. Comme l’avaient fait ces mères de famille 19 ans plus tôt à Philadelphie. Ces militants crurent un instant obtenir gain de cause quand la municipalité promit de fermer la rue aux voitures en 1973 ! Mais une telle opposition se manifesta – principalement de la part des commerçants – que le conseil municipal changea d’avis à plusieurs reprises si l’on en croît la presse de ces années-là. Ce petit jeu de oui/non/oui de la part des autorités mit en colère beaucoup de monde. Un autre mouvement – bien plus radical – entra en scène. À l’initiative de ce “Actiegroep Ferdinand Bol Autovrij” (« Groupe d’action Ferdinand Bol sans voiture ») les manifestations prirent une tournure violente. Au plus fort de ces actions, qu’on peut qualifier d’émeutes, des épaves de voitures furent renversées dans la rue et incendiées à plusieurs reprises en 1975. (j’avais déjà posté une photo de ces événements précédemment.) Il fallu attendre encore deux ans avant que la rue ne soit fermée au trafic motorisé. D’abord, en janvier 1978, une expérimentation dans les deux sens de circulation, modifiée après six mois en un seul sens de circulation parce que les commerçants arrivèrent à prouver que leur chiffre d’affaires avait baissé de 20 %. Un peu plus tard, cette fermeture d’un seul sens de circulation fut pérennisée (1979). Il fallut donc une mobilisation de 1972 à 1979 pour obtenir la fermeture d’un seul sens de circulation ! Inlassablement, les opposants se firent entendre dans la presse : « personne n’est gagnant dans l’affaire« . Cet article notamment rend bien compte du fait que le point de vue des riverains n’était pas pris en compte. On n’évoque que celui des commerçants et de leurs clients, qui venaient d’au-delà du quartier. Dans un coin de l’article on peut lire que l’association des riverains était très satisfaite de cette fermeture d’un sens de circulation. On pourrait penser qu’une rue délestée d’une bonne partie de son trafic motorisé finirait pas être davantage appréciée avec le temps mais, encore en 1995, un urbaniste publiait un projet dans lequel il « fantasmait une requalification » du secteur aux alentours du marché Albert Cuyp. Ce rêve incluait de réouvrir Ferdinand Bolstraat au trafic motorisé dans les deux sens. Non seulement sur cet axe mais aussi dans d’autres rues précédemment fermées complètement aux voitures. Heureusement ce projet ne fut jamais mis en oeuvre en raison de la mise en chantier de la ligne de métro à partir de 2003 qui transforma tout le quartier en un immense chantier.

Les engagements non respectés des autorités municipales (annoncer une fermerture au trafic motorisé puis déclarer la chose infaisable) accrut la colère des riverains. Le combat dura de 1972 à 1979. Voici quelques uns des gros titres de l’époque. On peut lire : « Un groupe de riverains bloque un carrefour dangereux », « Ferdinand Bolstraat sera fermée au trafic motorisé », « L’expérimentation d’une fermeture de FBstraat au trafic motorisé est repoussée », « Une autre barricade formée d’épaves de voitures sur FBstraat », « Encore des changements pour FBstraat ; les pertes des commerçants avérées », « La fermeture de FBstraat ne satisfait personne ».
En avril 1975 les manifestations ont pris un tour plus violent quand des épaves de voitures renversées ont été incendiées dans la rue. Une action menée par le « Groupe d’action Ferdinand Bol sans voiture ». Crédit photo : Delpher Newspaper Archive.

Ça a pris 15 ans mais une fois le tunnel percé et la station de métro “De Pijp” achevée, la zone en surface pouvait être reconstruite. La ville avait un projet englobant toute la voirie au-dessus de la ligne de métro. Depuis la gare d’Amsterdam-Central jusqu’au parc des expositions RAI, sur une distance de 4 kilomètres, la requalification des rues devait offrir plus d’espace aux piétons et cyclistes. Après une si longue fermeture au trafic motorisé il aurait été idiot de réautoriser les voitures et heureusement ce ne fut pas le cas. Le plan de requalification portait le nom de « Rode Loper » (Tapis Rouge) par allusion à la couleur du pavement destiné à recouvrir les rues. Ce plan est quasiment achevé. Quelques parties (comme le secteur de la gare centrale dont j’ai déjà parlé) sont toujours en chantier. C’est au tour de la partie sud de Ferdinand Bolstraat d’être requalifiée. Cette section restera accessible aux véhicules motorisés mais par la suppression de deux bandes de stationnement assez d’espace est récupéré pour élargir les pistes cyclables et les trottoirs. Là aussi il va devenir évident que la voiture n’est plus reine aux Pays-Bas, mais quelle bataille il a fallu mener ! Une lutte loin d’être achevée même si, comme des gens à l’international l’ont remarqué, une par une les rues d’Amsterdam se débarassent des voitures (ou quasi).

La vidéo de la semaine : à l’heure de pointe du soir, un aperçu de la partie sans voitures de Ferdinand Bolstraat à Amsterdam.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :