Sortie de piste boulevard de Châteaudun

Continuons dans la métaphore skiable à défaut de toujours rouler dans de l’authentiquement cyclable. Le slalom géant boulevard Marie Stuart a suscité des commentaires sur un fameux réseau social. Parmi ceux-ci, un de la créatrice d’Ici & là-bas à bicyclette. Voici ce qu’elle a écrit :

Je bosse en centre ville depuis une semaine et je savoure de pouvoir utiliser ma bicyclette chaque jour1.
Mais chaque jour je me retrouve dans la même situation de « que dois je faire ? »… quand je me retrouve au bout de la piste cyclable de la rue de Chateaudun qui arrive sur le fbg StJean.

La piste arrive derrière le feu tricolore. Moi je veux aller tout droit en traversant le fbg st jean.
Soit tu te jettes sur la route en même tps que les voitures avancent et tournent (tu aimes le très grand risque)… soit tu attends devant le feu sans savoir quand il va passer au vert… MAIS noooon ! Car toi tu vas tout droit en traversant le fbg StJean .. et les voitures, elles, elles tournent…. donc dans tous les cas tu te fais écrabouiller…
La dernière solution est de traverser le fbg par le passage piéton mais comme toi tu es à vélo tu restes sur la route pour rejoindre celle que tu veux prendre et là tu surprends les voitures qui souhaitent prendre la même route que toi…
Est-ce que cela vous est déjà arrivé ? Et comment faites vous ?

Très bonne question. Merci de l’avoir posée. Ça fait une bonne suggestion de billet !

Entourée de rouge, l’intersection concernée.

Ce bon vieux boulevard

Bon, il y aurait beaucoup à dire sur la piste sur trottoir qui a été créée à l’occasion de la requalification complète de cet important axe créé ex nihilo dans les années 1870. Dans cette grande portion rectiligne du boulevard, l’espace n’est pas aussi large que sur la partie plus récemment requalifiée le long de la cité administrative (voir la pré-inauguration). Ce qui aboutit au résultat que l’on connaît bien : de chaque côté une piste pas bien large (~ 1,20 m) et un espace piéton encore plus étroit (et donc pas dans les clous concernant l’accessibilité de l’espace public aux PMR). Le tout assaisonné de stops à toutes les intersections et de bateaux en grand nombre. Depuis 2011, les pictos vélos ont également un peu perdu de leur éclat.

Ça monte et ça descend. Très fréquemment. Et la piste s’interrompt, soudainement.

Cela dit, cet itinéraire est très emprunté pour passer du quartier Dunois au quartier Madeleine (en concurrence avec l’axe Coulmiers/Vauquois un peu plus à l’est). Et on peut penser que beaucoup apprécient cet espace séparé de la circulation motorisée qui a le bon goût de ne pas être obligatoire (panneau carré).

En selle !

Dans la vidéo, deux mises en situations fortuites, et deux façons de négocier ce carrefour quand on souhaite continuer tout droit dans la rue des Beaumonts.

On peut remarquer la qualité du comportement des deux personnes à vélo qui, bien que s’affranchissant des strictes règles du code de la route, font les bons contrôles au bon moment dans leur environnement. On peut supposer qu’il/elle connaissent bien le coin2.

Il faut croire qu’à l’époque de sa conception les services techniques n’avaient pas découvert l’existence du sas vélo. On ne peut pas prétendre créer un réseau cyclable cohérent et continu si on ne gère pas correctement les intersections.

Alors qu’en face sur le boulevard, l’entrée sur la piste se fait bien depuis la route.

La méthode 1 – 2 – 3

En compagnie d’enfants ou si la circulation est trop dense, la méthode la plus sûre consiste à opérer en trois temps.

  1. S’arrêter devant le passage piéton. Attendre qu’il passe au vert en s’assurant de l’arrêt des éventuels véhicules qui tournent (car le phasage des feux fait qu’ils ont l’orange clignotant avant que le feu piéton passe au vert – c’est le « tu te fais écrabouiller » du commentaire initial).
  2. Venir se positionner devant le passage piéton et attendre que plus aucun véhicule ne se présente sur la gauche (avec pour intention d’aller tout droit rue des Beaumonts).
  3. S’engager dans la rue des Beaumonts et s’étonner qu’une rue en sens unique aussi étroite ne soit pas en zone 30.

Faut aimer relancer la bécane, c’est certain…

Notes

  1. Les autres ne savent pas ce qu’ils ratent !
  2. Et comme toujours, quand il fait beau et sec c’est plus facile que quand il fait nuit et qu’il pleut.

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. REGIS REGUIGNE dit :

    Les « ateliers vélos » de la Métropole , les 15 et 16 mars 2019, à ne pas manquer car l’exemple donné n’est qu’un cas parmi… des centaines !

    • Jeanne à vélo dit :

      En effet.

      Concernant la seconde vague d’ateliers de construction du plan vélo :
      – vendredi 15 mars 18h-20h, à la mairie d’OLIVET (salon bleu)
      – samedi 16 mars 10h-12h, au LAB’O à ORLEANS (1 avenue du Champs de Mars)
      – samedi 16 mars 14h30-16h30, à la salle René Cassin 2 à ST JEAN DE BRAYE (21 rue René Cassin)

      • Yann d'Orléans dit :

        Faire cet atelier au LabO est assez drôle, l’accessibilité à vélo approche le néant !

        Et les travaux sur le rond point en contrebas ne laissent pas apparaître la moindre infra cyclable.

        J’y serai 😊

  2. fabien85 dit :

    Je passe par là tous les jours et la solution 2 est effectivement la moins pire. Il y a toujours des véhicules stationnés sur les anciennes sorties de voitures.

    Merci pour le blog

  3. mpi dit :

    Bonjour et merci pour ce billet et pour l’article qui l’a motivé.
    Puisque vous parlez du bd de Chateaudun côté Ouest, je vous suggère un petit tour du côté Est (rue des Murlins et cité Coligny).
    Remonter la rue des Murlins depuis la Médiathèque est déjà une galère avec le stationnement qui déborde, les voitures qui vous poussent et l’effroi que vous lisez chez les téméraires qui s’avisent de la descendre à vélo en direction de la Médiathèque mais c’est le circuit qui est défini pour éviter le fg Bannier !! et je ne parle pas des horaires de dépôt aux écoles !!
    Bref, à l’arrivée au coin du bd de Chateaudun, vous gagnez tant bien que mal le passage piétons-vélos marqué au sol pour traverser le bd en vous méfiant évidemment des voitures qui tournent à droite et de celles qui tournent à gauche. Ouf, vous êtes enfin de l’autre côté. Que faire pour continue ?
    1 Traverser la piste cyclable est-ouest du bd, et le trottoir peu fréquentés mais nécessairement par des vélos
    2 longer le micro-jardin du coin de rue plutôt à pied
    3 franchir les chicanes impossible avec sacoches sans être à pied qui permettent (ou empêchent pltutôt) l’accès à la large piste qui longe la cité Coligny le long de la rue des Murlins
    4 éviter les parents de chiens, les passants rivés sur leur smartphone et les descendants des voitures en stationnement
    5 s’arrêter au coin de la rue des 2 ponts et que faire ? se faire écrabouiller par ceux qui tournent à droite, ceux qui viennent de droite et font jouer leur priorité, ceux qui viennent de gauche et qui sont pressés et ceux qui, comme vous, vont tout droit mais ne voudraient pas que vous les gêniez en montant trop lentement le pont qui suit et vous jettent allègrement contre le trottoir !
    Bref une galère de plus mais ça m’a fait plaisir de vous la raconter. Merci à vous.

  4. REGIS REGUIGNE dit :

     » P… » le Plan Vélo de la métropole doit être piloté par le vice-président d’OM en charge de ce dossier (Mr le maire de La Chapelle-St Mesmin) ; attendons nous à un  » tsunami » en faveur des déplacements à vélo dans toute notre métropole, non? Sinon, que dire, que faire ? Déjà, venir se faire entendre (et respecter ?) dans les « ateliers vélos de la Métropole » qui sont « incontournables » !

    • Yann d'Orléans dit :

      Ce sera ma première participation. Quel est le format de ces ateliers ? Merci

      • Jeanne à vélo dit :

        Les premiers se sont déroulés autour de cartes déjà annotées (aménagements existants et itinéraires projetés) par petits groupes avec restitution en fin d’atelier. Est-ce que seront présentées lors de ces prochains ateliers des cartes modifiées en tenant compte de ce qui avait été dit ?

  5. REGIS REGUIGNE dit :

    Et, grâce au Plan Vélo d’OM chacune des communes concernées aura-t-elle son « Plan Communal Vélo », déclinaison du Plan Vélo d’OM, sachant que la Métropole est en charge de la politique cyclable sur l’ensemble de SES communes ? Question à poser lors des ateliers … Régis .

    • Jeanne à vélo dit :

      Il me semble que la réponse est dans la question. Il ne devrait plus y avoir de spécificité municipale en matière de vélo et, surtout, une logique de continuité d’itinéraire à l’oeuvre.

      • REGIS REGUIGNE dit :

        Entièrement d’accord. A nous, maintenant, de jouer pour cette cohérence. Exemple : quelle continuité cyclable depuis Orléans – cathédrale jusqu’ à La Chapelle – St Mesmin mairie (pour aller remercier le vice-président d’OM de la réalisation de cet itinéraire structurant fondamental et maire de cette commune) ? Régis Réguigne ; Inventeur puis Créateur de La Loire à vélo (en 1995). Toujours « sur la brèche » vélo ; désormais au CESER Centre via le SRADDET en élaboration. Amitiés « cyclables » à tous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :