Jeanne à Périgueux, ville à bosses et Isle verte

Après le petit village de Saint-Jean-de-Côle, voici Périgueux, préfecture de la Dordogne et capitale du Périgord. Une ville de 30000 habitants dont Olivier Razemon dit qu’elle « vaut bien davantage qu’un simple détour ». C’est bien vrai, elle est charmante et cossue. Contrairement à Orléans qui a perdu à l’occasion de la Deuxième Guerre mondiale une partie très importante de ses anciens quartiers, Périgueux a conservé ses vieilles pierres dont certaines remontent à l’antiquité romaine (Vésone). Avant un second billet consacré à la rencontre avec celui qui a fait découvrir la ville à Olivier Razemon quand il préparait Comment la France a tué ses villes, quelques coups d’œil, de cœur et de pédales périgourdins – en photos et vidéos1.

Avec ou sans assistance

L’histoire retiendra peut-être que c’est en Dordogne que pour la première fois en France, un coureur cycliste amateur a été pris à tricher à l’électricité. C’était en octobre 2017 à Saint-Michel-de-Double (un nom prédestiné). Le procureur de la République de Périgueux avait sobrement commenté pour l’Agence France Presse : il « a été contrôlé à l’arrivée » et « a reconnu utiliser ce système interdit »2. Le Parisien ajoutait de son côté3 :

D’après nos informations le coureur interpellé dimanche, aurait acheté son système en Chine pour quelques dizaines d’euros. Un dispositif que les clients achèteraient dans ce pays où on se déplace beaucoup en vélo pour booster la propulsion de leur deux-roues traditionnels.

Sacrés Chinois qui tentent les sportifs amateurs français ! Heureusement que le vélo n’est pas qu’une affaire de compétition. Ce monsieur équipé d’un Flying Cat doit être très satisfait de l’assistance électrique dans les montées parfois raides de Périgueux :

Périgueux_FlyingCat1.jpg

Périgueux_FlyingCat2

Il est fort probable qu’il ait acheté sa monture dans le dernier magasin de vélo du centre ville, Reboot Cycles, installé rue Gambetta :

Périgueux_RebootCycles

Reboot Cycles (qui propose notamment la gamme des vélos Arcade).

Il existe aussi le Véloc Café qui fait dans la location de vélos4 et qui se signale largement par les engins exposés autour de sa terrasse :

Non loin de là, la fière tour Mataguerre :

Périgueux_tourMataguerre.jpg

Deux Gazelle au pied de la tour Mataguerre.

Amphithéâtre de verdure

Le jardin des arènes est magnifique. Il s’agit d’un jardin à l’anglaise aménagé à partir de 1875 dans ce qui fut l’amphithéâtre de la cité antique. Il a donc une forme elliptique.

Périgueux_Arène_entrée

Tout autour du jardin les ruines encore visibles de l’amphithéâtre.

Périgueux_Arènes_arbres

Le jardin est très largement arboré et donc ombragé.

Au milieu du jardin un grand bassin à plusieurs niveaux forme une piscine-pataugeoire semi-clandestine. Les enfants s’y baignent avec bonheur. Et puis parfois :

Périgueux_Arènes_cyclo_bassin

Il fait très chaud et le cyclo compte bien se rafraîchir dans le bassin.

Périgueux_Arènes_apprentissage

Le vélo à tout âge dans l’aire de jeu.

Périgueux_Arènes_arceaux

Le parking à vélo du jardin fait le bonheur d’un Peugeot vintage.

Périgueux_Arènes_brigadeverte

La brigade verte (c’est son nom) veille.

La voie verte des berges de l’Isle

L’Isle est l’affluent de la Dordogne qui passe au pied de la ville de Périgueux. Le long de son cours a été aménagée relativement récemment5 une voie verte qui est l’atout mobilité active de la ville. Elle est très fréquentée ce qui ne va pas sans créer des conflits d’usage comme l’indiquent ces consignes lues sur le site du Grand Périgueux :

Ce site, atout pour le cadre de vie des Périgourdins appartient à tous. Aussi il est indispensable pour la sécurité, le confort et le plaisir de chacun, que les bases du civisme soient respectées.
Il faut par exemple que les cyclistes se manifestent quand ils s’approchent des piétons et qu’ils ne prennent pas la Voie Verte pour une piste d’entrainement. Les chiens doivent être attachés et les enfants surveillés aux abords de la rivière…
Chacun est donc amené à faire un petit effort pour que ce site partagé offre le calme et la quiétude recherchés.

En pointillés bleus, la voie verte.

Périgueux_voieverte_ouest

Sur la partie ouest de la voie verte, qui continue ensuite vers la Gironde.

Périgueux_voieverte_interruption

A l’ouest toujours, la seule discontinuité de la voie verte : un passage étroit sur trottoir.

Périgueux_voieverte_sous_pont

Attention à la tête !

Un regret toutefois : un jalonnement déficient. Délicat de rejoindre la voie verte depuis le centre ville. Difficile parfois de s’orienter sur le parcours6.

Dans la vidéo suivante, un aperçu de la partie est de la voie verte du côté de la commune de Trélissac. Les dégâts causés par l’orage du 4 juillet sont encore bien visibles7 :

En selle !

Périgueux_en_selle_Coderc

Traverser la tranquille place du Coderc.

Périgueux_en_selle_Guéna

Le rond-point Yves Guéna, moins engageant.

En vidéo, deux trajets dans Périgueux dont le premier est plutôt en descente :

Périgueux_carte_trajet

En orange, le parcours (d’est en ouest).

Pour illustrer le caractère pentu de la ville, et jeter un coup d’œil à la splendide cathédrale Saint-Front, un second court trajet en montée depuis le pont des Barris8 jusqu’au cours Tourny9.

Périgueux_carte_trajet_montée

En orange, le parcours.

Un mot de Mimos

Mimos, c’est un festival international des arts du mime et du geste avec son In et son Off. Pendant dix jours, des spectacles payants et gratuits sont donnés en plusieurs endroits de la ville. Celui de la compagnie Tout Par Terre – « Welcome ! (or not…) »– était très sympathique avec ses numéros de jonglerie à quatre mains :

Périgueux_Mimos_ToutParTerre1

Périgueux_Mimos_ToutParTerre2

Un monument et un lieu

En guise de conclusion provisoire, une vue de la place Plumancy, démesurément vaste. Il faudrait un grand angle pour l’avoir en entier.

La place Plumancy. Un gigantesque rond-point nu.

Et l’impressionnante tour de Vésone éventrée (pour l’éternité ?) :

 

Notes

  1. Les articles consacrés à Périgueux et ses monuments sont particulièrement développés sur l’encyclopédie participative Wikipédia. Ne pas hésiter à cliquer sur les liens donnés dans le corps du texte.
  2. « Cyclisme en Dordogne : un moteur découvert dans un vélo lors d’une course amateur », Sud Ouest, 2 octobre 2017.
  3. « Cyclisme: un moteur découvert dans un vélo lors d’une course amateur en France », Le Parisien, 2 octobre 2017.
  4. « Périgueux : comment s’y prendre pour louer un vélo ? », Sud Ouest, 12 août 2017.
  5. Une description de la voie verte sur le site de l’AF3V. Une description du parcours en 2013 par des pratiquants de course à pied (qui ont également détaillé les travaux d’extension de la voie engagés en 2014).
  6. Expérience vécue : chercher à atteindre l’abbaye de Chancelade et se retrouver dans une grosse zone commerciale…
  7. « Voie verte du Grand Périgueux : retour à la normale progressif après l’orage », Sud Ouest, 11 juillet 2018.
  8. Le pourquoi du départ sur le trottoir du pont sera expliqué dans le prochain billet.
  9. De l’autre côté du cours, on trouve de magnifiques hôtels particuliers le long des allées de Tourny.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 2 août 2018

    […] à Périgueux ? Après le bref aperçu touristico-vélocipédique de la ville proposé dans le billet précédent, rencontre avec Olivier, co-fondateur et animateur du mouvement vélorutionnaire périgourdin. De […]

  2. 4 août 2018

    […] bicicleta dins Peirigus ? Passat la p’ita permenada, per becana o d’a pè, dins la ciutat coma ò montra lu darnier bilhet (>fr- Jeanne à vélo), veiquí l’encontra mai Olivier, l’un daus dos farjors e animator dau […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :