La Nouvelle-Orléans a construit une passerelle

Le 5 janvier 2018, les maires respectifs d’Orléans et de La Nouvelle-Orléans ont officialisé un jumelage entre les deux villes1. Le numéro de février d’Orléans.mag consacre quatre pleines pages à l’événement2. Alors pour tous les voyageurs et voyageuses immobiles qui n’ont pas eu la chance et l’honneur de faire partie de la délégation orléanaise reçue par Mitch Landrieu dans le city hall, Jeanne a mené une petite recherche vélocipédique sur la plus grande ville de Louisiane sans bouger de sa selle sa chaise.

Politique cyclable made in New Orleans

Sur le site officiel de NOLA (New Orleans Louisiana), il y a une page consacrée au vélo. L’administration y met en avant une distinction reçue en 2014 : le niveau Silver du  Bicycle Friendly Community décerné par la League of American Bicyclists’. Une sorte de label qui salue les efforts accomplis localement pour rendre les villes plus sûres, saines et agréables3.

Plus surprenant, on trouve au bas de cette même page un glossaire illustré – Bikeway Definitions – détaillant avec précision les différents types d’infastructure cyclable4.

Dans un billet du 1er mars 2017 intitulé “The country’s newest biking boomtown, New Orleans, looks to the next level”, un certain Michael Andersen du programme PlacesForBikes nous apprend que la part modale du vélo à La Nouvelle-Orléans dépasse légèrement 3 % (ce taux monte à plus de 10 % dans les quartiers centraux). Ce qui place la ville dans le top 10 des grandes villes américaines en la matière.

Pour rendre visible cette politique volontariste pro-vélo5, le maire et son équipe ont inauguré, en décembre 2017, un système de vélo en libre service : Blue Bikes. Si l’adjectif bleu s’accorde bien avec la jolie livrée des engins, c’est surtout une référence explicite au sponsor officiel de l’opération, une compagnie d’assurance répondant au nom de Blue Cross and Blue Shield of Louisiana. Selon le communiqué de presse, le système doit compter à terme 90 stations et 900 vélos. Ce qui – vu de l’autre côté de l’Atlantique – semble bien modeste pour une ville de plus de 340000 habitants.

New_Orleans_January_2018_Fortier_Park_Blue_Bikes_Rack_2

Une station Blue Bikes.

Et un tweet de présentation en VO :

Ci-dessous, un tweet de la journée de lancement. Sur la première photo, le maire Mitch Landrieu est en t-shirt violet et short bleu marine. Yes. Et bien sûr il a fait un petit tour au guidon d’un blue bike.

Une histoire de passerelle qui devrait bien se terminer

C’est bien beau des vélos en libre service mais sans infrastructure cyclable adaptée, impossible d’en développer l’usage massivement. Cela, les États-Uniens l’ont bien compris. Alors ils lancent de grands travaux6. Et c’est à l’occasion de la reconstruction d’un pont, le Wisner Bridge7, qui passe au-dessus d’une autoroute urbaine – une vraie, l’interstate 610 – que la ville a pris l’initiative d’y adjoindre une passerelle dédiée aux flux piétons et vélos de 3,65 m de large. Le pont est situé sur un axe nord-sud sur le Wisner Boulevard qui longe un très vaste poumon vert urbain, le City Park8.

Et comme avec Russell Banks9, le Web est tellement riche que Jeanne a trouvé une vidéo de la passerelle en cours d’achèvement tournée à vélo en octobre dernier :

Dans un billet publié le 9 décembre 2017 sur le blog New Orleans Outdoor Companion intitulé “Wisner Bike Path extension begins”, l’auteur explique comment cette nouvelle passerelle va être reliée à un itinéraire cyclable en cours de création. Une photo du chantier en cours (au 25 janvier 2018) est visible sur roadwork.nola.gov. Voilà une instructive illustration du fait qu’une passerelle, pour être véritablement utile et ne pas simplement faire à la fois moderne et joli, doit être impeccablement intégrée au réseau viaire. Et ne pas obliger à faire un détour10.

Au fait, si vous voulez une vue globale des pistes cyclables de La Nouvelle-Orléans – en date du 15 septembre 2017 – c’est par ici. Le réseau cumulerait environ 100 miles d’aménagements divers. Beaucoup moins donc qu’Orléans Métropole.

Mardi Gras

Dans le numéro d’Orléans.mag mentionné en introduction, l’un des membres de la délégation orléanaise reçue en Louisiane confie ses impressions concernant le traditionnel Mardi Gras, un ensemble de parades festives qui ont lieu pendant deux semaines en février :

C’est une déambulation festive, bon enfant, dans une ambiance très sympathique et devant un public familial. Cela n’a évidemment rien à voir avec les fêtes orléanaises, riches de près de 600 ans d’histoire, c’est plus dans le show, à l’américaine […]

Il me semble qu’on peut même dire que c’est beaucoup moins compassé et beaucoup plus débraillé – voire foutraque – que les traditionnelles fêtes de Jeanne d’Arc. Côté vélo en tout cas, la fantaisie est sans limite comme nous permet de le constater la bibliothèque Wikimedia Commons qui propose la catégorie bien fournie Bicycles in New Orleans. Une petite sélection :

Allez, une petite dernière pour la route en mode DIY (Do It Yourself) “roule comme une BMW” :

1024px-Port_Street_Bikes

La communauté

Côté usagers, il existe depuis 2003 une organisation locale appelée Bike Easy. Elle semble bien structurée (avec des salariés) et active11. Elle a mis au point un système d’auto-réparation en libre service – la Fixit Station – livrable clé en main. Il y en eu une d’installée début janvier. Et voici un très joli portrait de vélotafeuse nouvelle-orléanaise filmé par leur soin :

Il existe aussi un autre mouvement communautaire, plus proche du collectif informel à la sauce vélorutionnaire semble-t-il, né en 2010 et appelé NOLA Social Ride. Il organise (ou organisait, leur site et leur compte Twitter semblant peu actifs ces derniers mois) des rassemblements hebdomadaires appelés Happy Thursday Ride (associés aux dix commandements des Rules of the Ride).

On peut aussi signaler le mouvement GetUpNRide_Nola qui organise (organisait ?) des sorties nocturnes le mardi :

Tout a une fin

Terminons notre petit tour virtuel de La Nouvelle-Orléans par le cimetière :

1024px-Buddy_D_Dress_Rehearsal_and_'Stache_Dash'_15

No comment.


Crédits photo :

Photo à la une par Infrogmation of New Orleans (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Infrogmation of New Orleans (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Par Infrogmation of New Orleans (Flickr: Port Street Bikes) [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Derek Bridges (Flickr: Carnival_Tucks_13) [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Infrogmation of New Orleans (Photo by Infrogmation) [GFDL, CC BY-SA 2.0, CC BY-SA 2.5 ou CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Infrogmation of New Orleans (Photo by Infrogmation (d) of New Orleans) [GFDL, CC BY 2.0 ou CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Pas d’auteur lisible par la machine identifié. Infrogmation supposé (étant donné la revendication de droit d’auteur). [GFDL ou CC BY 2.5], via Wikimedia Commons

Derek Bridges [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Notes

  1. Pour d’autres idées de jumelage basées sur le nom de la ville, consulter cette page d’homonymie de Wikipédia. Y a de quoi faire !
  2. Le communiqué de presse étatsunien est à lire ici.
  3. “improving health, safety and quality of life in cities and towns” dans le texte original.
  4. Voilà qui pourrait inspirer Orléans Métropole dont le site web propose une page vélos/piétons un peu légère.
  5. Les services de la ville s’intéressent aussi au stationnement vélo dans l’espace public ainsi qu’aux mesures de prévention antivol.
  6. Début novembre 2015, la ville se félicitait de l’inauguration, pour 9,1 millions de dollars, d’un cheminement piéton et cyclable – une voie verte – large de 3,65 m et long de 3,2 km. D’autres précisions avec des visuels sur cette page.
  7. Le chantier de reconstruction est chiffré à 19,5 millions de dollars. Le communiqué de presse publié à l’occasion de la réouverture du pont aux voitures indique que le cheminement cyclable devrait être ouvert au printemps 2018.
  8. À côté du City Park, notre parc Pasteur ferait presque figure de carré de pelouse.
  9. Jeanne ne peut imaginer que vous soyez passé(e)s à côté de ce billet “littérature contemporaine et vélo”. Et si vous pensez que Jeanne abuse des appels de notes, personne ne viendra vous le reprocher.
  10. Toute allusion au contexte orléanais actuel qui voit fleurir les projets de passerelle (et autres téléphériques) ne serait absolument pas déplacée.
  11. La liste des articles publiés sur leur blog remonte jusqu’en 2011.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. janpeire dit :

    Bel article, surtout pour un journaliste « de salon » 😉

    Plaisanteries mises de côté, de nombreux « journalistes » « pure player » ne se donnent pas toute cette peine de traduction et de recherche.

    Chapeau (de cow-boy)

  2. CdV dit :

    Sans aller jusqu’à La Nouvelle Orléans, nos élus peuvent aussi trouver une problématique de pont qui s’approche de celle du pont G V d’Orléans : c’est Bordeaux et son Pont de Pierre, qui rentre en coeur de ville, comme à Orléans, et qui se trouve encadré de deux autres ponts, comme à Orléans. Depuis juillet, il est fermé aux voitures, et consacré aux TC, piétons et vélos. C’est une expérimentation, depuis juillet, qui vient d’être prolongée jusque fin juin 2018.

    Voir le commentaire sur le site de Bordeaux :http://www.bordeaux.fr/p127319

    CdV

    • Jeanne à vélo dit :

      Oui, le collectif Vélorution Orléans suit ça de près (voir la pétition lancée en novembre dernier) et j’ai moi-même évoqué la chose dans ce billet : jeanneavelo.fr/2018/01/23/vu-du-tramway/

  3. The Potager dit :

    Bravo pour cette belle investigation Jeanne ! J’avoue avoir un faible pour le concept du vélo-BMW. BMW = Biking Matches Wonderfully ? 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up
%d blogueurs aiment cette page :