Pédaler de Veghel à Bois-le-Duc

Un nouveau trajet de ville à ville proposé par Mark Wagenbuur, près de deux fois plus long que celui présenté dans « Pédaler de Bilthoven à Utrecht » récemment.
Voici la traduction de « Riding from Veghel to ʼs-Hertogenbosch » publié le 7 juillet 2021 sur Bicycle Dutch.

Pour cette publication, j’ai pédalé jusqu’à la ville de Veghel, pour filmer le retour de la périphérie de cette ville à Bois-le-Duc. L’itinéraire cyclable principal longe un canal appelé Zuid-Willemsvaart. Cet itinéraire a été ouvert en novembre 2015, après qu’un chemin privé réservé aux autorités du canal (utilisé pour vérifier l’état et la sécurité du canal) ait été transformé en voie cyclable publique. Ce nouveau chemin a été relié à des routes secondaires existantes pour former l’itinéraire cyclable continu. J’ai déjà présenté cet itinéraire, mais dans ce billet, j’ai pédalé dans la direction opposée, à une période de l’année complètement différente et je l’ai filmé avec une autre caméra. Trois choses ont changé depuis la vidéo de 2016, les rayures sur la surface dans la municipalité de Sint-Michielsgestel ont été ajoutées, un pont cycliste vers Berlicum a été construit et à la limite de Bois-le-Duc, une route mineure a été transformée en route cyclable. Ce sont les nouvelles bandes qui ressortent le plus. Il y a maintenant des lignes pleines sur les bords. Cela fait paraître la piste cyclable plus étroite, mais dans des conditions de faible luminosité, il est bien plus facile de voir les bords du bitume. Il s’agit d’une mesure visant à améliorer la sécurité. Je vais montrer les deux versions de la piste dans les captures.

J’ai filmé ce trajet le mercredi 2 juin 2021, en commençant à 16 h 07. Un peu plus de 46 minutes plus tard, je suis arrivé sur la place du marché (Markt) de Bois-le-Duc à 16 h 54 (16 h 54). Comme l’itinéraire que j’ai emprunté est long de 17,5 kilomètres, ma vitesse moyenne était de 22,6 km/h. C’est beaucoup plus rapide que ma vitesse moyenne habituelle d’un peu moins de 20 km/h. Cela s’explique par le fait que j’ai eu un vent relativement fort dans le dos pendant presque tout le trajet. C’est exceptionnel aux Pays-Bas, où on a le sentiment d’avoir toujours le vent de face !

J’ai commencé cette sortie à la limite de Veghel, car le pont cycliste menant au centre de la ville était fermé. Ce pont est déplacé d’environ 50 mètres pour rendre plus rectiligne le nouvel itinéraire cyclable principale de Veghel à Uden (extension de la F50).
Le mercredi après-midi ensoleillé où j’ai filmé cette sortie, la route était particulièrement fréquentée par des couples qui faisaient du vélo pour se détendre.
Mais il y avait aussi des coureurs cyclistes, seuls ou en couple, qui utilisaient ce chemin très droit pour une sortie sportive.
Certains qualifient ce genre d’itinéraire d’ennuyeux, mais j’aime les paysages ouverts où presque chaque arbre est un point de repère et où les gens que l’on rencontre se distinguent vraiment.
Il y a quelques ponts sur le canal. Profitant de la hauteur des culées, le chemin passe facilement sous les routes qu’il croise, comme ici.
Près de l’écluse de Schijndel, il y a un couvert d’arbres, ce qui est agréable pour l’ombre, mais aussi pour voir quelque chose de différent pendant un moment.
À cet endroit, l’itinéraire emprunte une route secondaire. Bien que rouge, il ne s’agit pas d’une bande cyclable, qui nécessiterait des symboles de vélo sur la surface. Ces bandes sont uniquement là pour maintenir la vitesse des véhicules motorisés en dessous de la vitesse maximale de 60km/h. Le trafic était assez léger et les conducteurs passaient à une distance suffisante pour ne pas rendre cette partie du trajet désagréable. Les instructions néerlandaises déconseillent l’utilisation de ces larges bandes facultatives. J’ai expliqué pourquoi dans un billet.
Voici la partie de la commune de Sint-Michielsgestel qui a reçu de nouveaux marquages. Cela rétrécit visuellement la piste cyclable, mais c’est mieux dans l’obscurité. Il n’y a pas d’éclairage public ici. C’est aussi la raison pour laquelle cet itinéraire ne peut pas être qualifié de « véloroute express ».
Sur cette photo et la précédente, un homme attendait que sa femme fasse quelque chose. Elle avait cueilli des fleurs. J’ai trouvé amusant de voir deux fois la même scène en très peu de temps.
Cette passerelle vélo vers Berlicum a été ouverte en janvier 2017. J’ai écrit à son sujet.
Le même endroit que la photo précédente, car je l’ai filmé dans la direction opposée en mars 2016. A l’époque, les travaux venaient de commencer pour construire le pont vers Berlicum. Les arbres alors fraîchement plantés ont vraiment grandi en 5 ans. Sans les bandes en surface, la route semblait plus large, mais c’est exactement la même largeur. Ce n’est pas officiellement une piste cyclable. Il s’agit d’une route fermée aux voitures. Cependant, les résidents peuvent utiliser la route avec un véhicule à moteur. On peut également croiser des véhicules agricoles ou d’entretien.
Une autre femme cueillait des fleurs. Encore une scène qui s’est répétée en peu de temps. Mais cette fois, aucun mari dans les environs. Quand le trajet n’est pas très mouvementé, c’est ce genre de choses qui ressortent.
À ce stade, j’entre dans l’agglomération de Bois-le-Duc. Cela signifie que la vitesse maximale du trafic automobile passe de 60km/h à 50km/h. Dans la vidéo de 2016, cette route n’était pas encore une vélorue. C’est difficile à voir, mais le revêtement est rouge avec des bandes plus sombres de chaque côté. Cela signifie que les voitures sont invitées ici. Malheureusement, le rapport entre les voitures et les vélos n’est pas idéal ici. Il y a trop de voitures et cela signifie que les conducteurs ne se comportent pas vraiment comme des invités.
Cet exemple de vélorue, un peu plus loin dans la ville, fonctionne beaucoup mieux. Moins de voitures à des vitesses plus faibles et plus de personnes à vélo, voilà la clé d’un meilleur fonctionnement.
Dans le centre historique de la ville, la rue devient une petite rue à sens unique pour la circulation automobile (vitesse de 30 km/h, comme l’indiquent la surface en briques et les panneaux). La rue est dotée d’une voie à contre-sens pour les cyclistes et d’un espace piétonnier surélevé séparé de chaque côté de la rue.
Il s’agit de la même rue que sur la photo précédente, mais elle a été transformée en zone piétonne où le vélo est autorisé. Cela signifie que les gens peuvent marcher où ils veulent (et ils le font) et que le « trottoir » n’est plus surélevé mais affleurant. Puisque les gens peuvent marcher partout, ce n’est pas un problème qu’il y ait un café en plein air sur ce qui peut sembler être l’espace piétonnier. À cet endroit, ce sont les personnes à vélo qui doivent se comporter comme des invités. Bois-le-Duc est l’une des très rares villes néerlandaises à autoriser le vélo dans les rues piétonnes du centre-ville. La plupart des gens, ainsi que les autorités, sont généralement satisfaits de la façon dont cela fonctionne en pratique.
Cette balade se termine devant l’hôtel de ville de Bois-le-Duc où deux petits enfants passent sur des draisiennes. Engins parfaits pour que les enfants apprennent à garder leur équilibre avant de passer aux vélos avec pédales.
Mon parcours de 17,5 km de Veghel à Bois-le-Duc en temps réel.

La carte du trajet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :